Saint Nikola Kotchanov, fol-en-Christ (27 juillet/9 août)

La “Vie” du bienheureux Nikola Kotchanov ne peut être comprise que comme des récits ultérieurs du saint de Novgorod, mis sous une forme standard. Mais le noyau de ces histoires était souvent constitué de textes anciens, tels que le “Mot de louange…”

“…Voici que beaucoup aspirent à la richesse, certains convoitent la gloire et le pouvoir, d’autres ne peuvent vivre sans la douceur des mets exquis. Mais le ravissement en vaut-il la peine ? Il disparaît avec la vie passagère et certains n’en ont même pas profité dans cette vie passagère. Tout passe comme un rêve, mais la vertu, elle, est immortelle. Sa gloire vit dans l’éternité ; elle est digne d’émerveillement et de louanges. Beaucoup ont été forts et riches – mais où sont-ils ? La gloire des saints est inextinguible“, ainsi commence le récit à la manière des Proverbes de Salomon, “Une parole de louange…”. Et de conclure : “Tel est le bienheureux Nicola, surnommé Kochanov, insensé pour l’amour du Christ.”

église saint Nikola-Kotchanov à Novgorod

Les noms des parents de saint Nikola, Maxime et Juliania, nous sont également parvenus par le biais de légendes anciennes. Leur famille vivait du côté de Sophia à Novgorod. Il s’agissait de personnes nobles et riches, probablement issues des boyards, selon le “Mot de la louange”. On sait que la mère de Nikola, Juliania, est morte huit ans avant son fils et qu’elle a été enterrée au cimetière de Nerevo (le secteur nord de l’ancienne Novgorod) près de l’église de Saint Iyakov (qui a été fondée sous l’archevêque Jean Illia de Novgorod, fête le 20 (7) septembre, sur laquelle nous avons déjà eu l’honneur d’écrire), où ils ont également déposé les reliques du bienheureux Nikola.

Les parents du bienheureux étaient respectés non seulement pour leur richesse, mais aussi pour leur piété, qui, selon l’hagiographie, fut un guide exemplaire pour Nikola. Dès sa jeunesse, il aima le jeûne, la prière et les prosternations ; il fréquentait assidûment l’église de Dieu, mais évitait les jeux avec ses camarades. Sa vie chrétienne était si vertueuse que les gens l’aimaient et se mirent à le louer. Voulant éviter la “gloire de l’homme”, car l’homme “quand il était dans l’honneur”, “quand il mourra, n’abandonnera-t-il pas tout ? Sa gloire ne descendra pas non plus avec lui” (Ps.48), Nikola a pris l’image d’un “yurod“.

Dans ces mots presque “standard”, le récit pieux décrit la vie du juste de Novgorod. Aucune difficulté caractérielle, de luttes internes, de doutes ; dès l’enfance, l’élu apparaît devant nous presque sans péché. Mais est-ce possible ?

Nous avons déjà donné la réponse. En vérité, c’est un élu. La déclaration divine : “Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez et portiez du fruit” (Jean 51) est toujours valable pour l’Église et pour ce qui est lié à l’Église. Elle s’applique à tous les chrétiens, seules ses formes et ses manifestations peuvent varier, et de fait sont très diverses. C’est pourquoi tout récit hagiographique, surtout ancien, doit être compris dans le contexte de la Providence de Dieu, de la Sagesse divine, des Voies de Dieu, et non comme un éloge des vertus humaines – comme on le sait, imaginaires. Les scribes de l’Antiquité connaissaient très bien la non-existence des bonnes œuvres chez l’homme (mais leur nécessité pour le salut : un terrible paradoxe !). La folie est l’une des œuvres merveilleuses du Christ notre Dieu, dans l’un des “membres” de Son Corps.

Alors, Nikola prit la croix et suivit le Christ. Il se promenait dans Novo-grad, du côté de Sainte-Sophie et “faisait le malin” : il chevauchait et courait pieds nus, portant une cape en été et en hiver, peut-être dans un manteau miteux de boyard avec lequel il avait quitté la riche maison parentale ayant décidé d”invectiver” la gloire de l’homme… Il priait sans cesse dans son cœur et sur ses lèvres.

A cette époque, de l’autre côté de la rivière Volkhov, un autre bienheureux – Théodore, fou pour l’amour du Christ (Commémoré le 19 janvier / 1er février). Ces deux saints hommes sont apparus comme des ennemis irréconciliables et ont dépeint de manière imagée au peuple de Novgorod leurs querelles intestines. Un jour, alors qu’il rattrapait son adversaire imaginaire, le bienheureux Nicolas marcha le long de la rivière comme sur la terre ferme et lança une tête de chou au bienheureux Théodore, d’où le nom de Kochanov (kotchan kapousty – tête de chou).

Saint Théodore de Novgorod achèvera son pénible voyage terrestre sept mois avant son frère Nikola.

Un miracle du bienheureux Nikola Kochanov

Un riche noble, apparemment en raison de sa connaissance préalable de la famille de boyards dont le bienheureux était issu, décida de l’honorer et l’invita à dîner. Nikola a répondu : ” Comme Dieu le veut, il en sera ainsi, mon ami. Il accepta l’invitation et se rendit chez le noble quelque temps plus tard. Le maître s’était absenté et les seules personnes présentes dans la maison étaient les domestiques, qui se mirent à railler l'”insensé”, commencèrent à le pousser et même à le rouer de coups devant les invités réunis. Considérant l’incident comme quelque chose de normal et de correct, Nikola quitta la maison se mit à courir et à galoper dans les rues de Novgorod comme si rien ne s’était passé. Le propriétaire rentra chez lui pour trouver, bien sûr, un manque total de vin dans la cave. Pour ne pas perdre la face devant les invités rassemblés (seul Kotchanov manquait), le noble envoya ses serviteurs à la cour varangienne pour acheter du vin et, tandis que certains serviteurs s’y rendaient, il demanda aux autres : Nikola était-il venu ? Il s’est avéré qu’il était venu, mais qu’il s’est enfui. Pourquoi donc est-ce lui qui s’enfuit ? Je l’attendais ! A-t-il souffert d’un quelconque malheur de votre part, bande d’idiots ? – c’est le cas, père nourricier. – Alors vite, les coquins, sautez dans vos bottes et courez après lui, en ratissant toute la rue Sofia ! Demandez pardon, embrassez le sol et dites-lui que le maître demande grâce et accepte son honorable invité dans sa maison en paix. Les serviteurs cherchèrent le bienheureux et le traînèrent à nouveau dans la maison, implorant son pardon et expliquant que Nikola ne pouvait pas ne pas revenir, sinon ils ne pourraient sauver leurs têtes à cause de ce péché. Quand le bienheureux est arrivé à la maison, les tonneaux de vin dans la cave étaient aussi pleins qu’avant. Le maître était prêt à tomber à ses pieds, mais Nikola lui interdit et lui dit de ne pas claironner ce qui s’est passé. Cependant, puisque nous sommes informés de ce miracle, il ne semble pas que le noble ait gardé le silence longtemps – peut-être lui ou ses descendants l’ont-ils dit après le repos du saint.

Texte adapté d’après https://ruvera.ru/blazhennyj_nikola_kochanov et https://azbyka.ru/days/sv-nikolaj-kochanov

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.