Mère Olimpiada

Je me suis tourné depuis le début vers les destinées des gens moins connus. Voici l’histoire de mère Olimpiada, dont j’écoute régulièrement la douce voix mélancolique. Il s’agit d’un extrait légèrement adapté d’une lettre de mère Anna, du Monastère de la Sainte-Dormition Nicolas Vasilyevsky. Son maître spirituel, le père Zosime, lui a permis de briller au firmament des Saints, mais elle reste discrète, dans nos cœurs.

“Klymeniuk Vera Nikolayevna est née le 15 août 1966 dans le village de Bobrovitsa, région de Chernigov..

Non seulement les moniales du monastère, mais de nombreuses personnes de tous les coins du monde orthodoxe connaissaient et aimaient Matushka. Dans la vie profane, elle a pratiqué un sport professionnel – le volley-ball. Elle a joué dans les ligues majeures, participé aux Jeux olympiques, voyagé dans de nombreux pays. Et maintenant, en Terre Sainte à Jérusalem – le “cœur du monde spirituel” – le Seigneur a touché son cœur et a allumé la lumière de la foi en Christ. La foi (Vera en russe) était son nom dans le monde.

Lorsqu’elle est retournée dans son Donetsk natal, elle a commencé à aller à l’église. Ayant entendu parler par des connaissances du père Zosime dans le village de Nikolskoye, elle est venue au monastère pour obtenir des conseils et la bénédiction du Starets pour la suite de sa vie chrétienne. Le prêtre voulait envoyer la jeune fille au couvent de Gornensky à Jérusalem, mais il a changé d’avis et Vera est restée à Nikolskoe.

De cette façon, l’athlète professionnel est devenu un membre du saint cloître. En 2002, pendant le Carême, le Père Supérieur a ordonné la novice Vera et lui a donné le nom d’Olimpiada, en référence à la vertueuse diaconesse Olimpiada. Le père Zosime a nommé Matushka à l’obédience responsable d’intendance du monastère des femmes. C’est ainsi qu’a commencé son service désintéressé à Dieu, son travail inlassable dans la construction du monastère et ses soins diligents pour le salut des âmes de nombreuses personnes.

Mère Olympiada était atteinte d’une maladie congénitale – le syndrome de Marfan – une pathologie génétique du tissu conjonctif qui – entre autres symptômes – affecte gravement le système cardiovasculaire. Sans intervention chirurgicale, ces patients vivent rarement plus de 35 ans. Mais personne ne l’a entendue se plaindre de son état. Elle a porté tranquillement et humblement la croix de la maladie, sans jamais s’apitoyer sur son sort.

De ses propres mains, elle a construit un grand entrepôt dans le bâtiment des moniales, au sous-sol sous le réfectoire de l’église – une salle de stockage pour les matériaux de construction et d’entretien, etc. Mais elle a surtout recueilli l’héritage du père Zosime. Elle a mis en ordre de nombreuses cassettes des sermons du Père, des photos et des vidéos. Elle a compilé le livre des sermons du père Zosime “Le message de la Sainte Russie” et a collaboré avec le monastère Sretensky à Moscou, qui a publié ce livre. Grâce à son travail, de nombreux CD ont été publiés : une collection de sermons de Noël, des sermons pour le Carême et le Carême, des sermons de Pâques, un CD sur la visite de Sa Sainteté le Patriarche Kirill au monastère. Les disques contenant les chants de la chorale des sœurs et une acathiste à la Dormition de la Mère de Dieu sont rangés avec amour. À l’occasion du premier anniversaire de la mort du père Zosime, Matushka Olimpiada a écrit un poème sur lui, qui a ensuite été mis en musique par les sœurs et est encore chanté aujourd’hui par la chorale des sœurs.

Le coeur de Mère Olimpiada a cessé de battre le 28 octobre 2010.

On dit que “personne n’est irremplaçable”, mais on ne peut pas être d’accord avec cette expression. Chacun est irremplaçable à sa manière. Notre chère sœur en Christ, Matushka Olympiada, ne pourra jamais être remplacée. Elle s’est engagée dans chaque tâche qu’elle a entreprise avec un dévouement total et de toutes ses forces. Il est impossible d’énumérer tout le bien qu’elle a fait pour le monastère.

Je tiens également à souligner son attention particulière et son amour pour les autres. Grâce à ses conseils spirituels, de nombreuses personnes sont venues à Dieu. Elles se rendaient souvent à l’église et se présentaient aux sacrements de l’Église. Jusqu’à ce jour, ils restent des paroissiens du monastère de Saint-Nicolas qui aident aux besoins du monastère.

Pendant trois jours, de nombreuses personnes sont venues rendre un dernier hommage à Matushka après avoir appris la nouvelle de sa mort soudaine. Les sœurs et les frères pleurent leur séparation d’avec leur sœur en Christ, mais croient que le monastère a trouvé un autre chef de prière et intercesseur au trône de Dieu.

Nous croyons profondément que l’âme de Matushka Olimpiada repose dans les villages des justes, avec tous les saints et notre cher Père Zosime.”

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.