Des schismatiques demandent pardon, et reviennent vers l’Eglise.

Un certain nombre de personnes du village de Bronitsa, dans la province de Volyn, en Ukraine, sont revenues du schisme à l’Église orthodoxe, et les personnes impliquées dans la saisie violente de l’église locale ont même offert leur repentir et demandé pardon.

L’église de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste du village était constamment attaquée par des schismatiques au début de 2019. La communauté s’est réunie en janvier et a déclaré son intention de rester au sein de l’Église ukrainienne canonique. Quelques jours plus tard, des voyous de l’OCU ont attaqué physiquement le prêtre alors qu’il se préparait à un baptême.

Ils ont finalement réussi à s’emparer de l’église en février, et la communauté canonique a été contrainte de passer deux ans à célébrer le culte dans une simple pièce adaptée à des fins liturgiques.

Cependant, cette année, ils ont pu célébrer la Résurrection éclatante du Christ dans une nouvelle église qu’ils ont construite en quelques mois, dédiée à l’icône de la Mère de Dieu, Celle qui est prompte à entendre.

Le 7 juillet, la communauté a eu une double raison de se réjouir, car la consécration de l’église a également été l’occasion pour les personnes impliquées dans la saisie de l’église précédente de se repentir, rapporte le diocèse de Volyn.

“En fait, beaucoup de gens sont déjà revenus vers nous. Ils reviennent encore”, a souligné le père Nektary Priymak, qui a été nommé pour servir la communauté paroissiale après la saisie de leur église en février 2019.

Les paroissiens ont raconté au père Nektary comment un vote a été organisé pour transférer l’église à l'”Église orthodoxe d’Ukraine” schismatique avec la participation de protestants (le village est en grande partie protestant) et de personnes qui ne vivent plus à Bronitsa depuis longtemps. Des signatures frauduleuses ont également été recueillies.

Mais le jour de la consécration, les “militants” de l’OCU ont demandé pardon et, avec les paroissiens, ils ont tous participé au Corps et au Sang du Christ.

La directrice de la chorale, Natalia Busko, a réfléchi : Il est impossible de traduire ces moments en mots, lorsque pour votre mère, votre père et votre frère, vous vous transformez soudainement en “mauvais esprits russes qui devraient être envoyés en Sibérie”. C’est une douleur – une douleur intérieure, brûlante, terrible. J’ai réalisé plus tard que je pardonnerais tout et ceux qui l’ont fait.”

Les villageois disent qu’ils n’ont jamais vu une célébration aussi glorieuse à Bronitsa auparavant.

Source : https://orthochristian.com/141116.html

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.