Lettres du Père Séraphim Rose (1961-1982).

La correspondance du père Séraphim Rose a été rassemblée dans un ouvrage biographique par sa nièce, Cathy Scott, en 2000. Encore non traduit en français (à ma connaissance), “The True Story and Private Letters” est en partie recomposée par l’édition des fameuses lettres que vous trouverez sur ce lien, en anglais.

Voici la traduction de la seconde lettre, datant de juillet 1963, et intitulée à posteriori “Allison Engler à la découverte de l’Orthodoxie”.

Chère Alison,

J’ai reçu ta lettre vendredi en rentrant de l’église, où j’avais reçu la Sainte Communion. Il semble donc qu’au cours de ces quelques années, nos rôles se soient inversés : moi, qui cherchais encore à l’époque, j’ai trouvé l’objet de ma recherche, et toi, tu cherches à nouveau. Mais c’est la volonté de Dieu.

Je suis très heureux d’avoir à nouveau de vos nouvelles, et je suis tout à fait certain de la signification de tes écrits. J’ai toujours prié pour toi, et j’ai souvent pensé à toi ; et il est tout à fait exact que tu as été particulièrement présente dans mon esprit au cours du dernier mois ou des deux derniers mois.

La dernière fois que tu as eu de mes nouvelles, j’étais très proche de l’Église orthodoxe russe, bien qu’encore quelque peu incertain ; et bien que j’aie renoncé aux pires de mes péchés, je vivais encore très largement comme dans le monde. Mais alors, indigne comme je le suis, Dieu m’a montré son chemin. J’ai fait la connaissance d’un groupe de Russes orthodoxes fervents, et en quelques mois (c’était, de manière assez significative, le dimanche du “Fils prodigue”, juste avant le début du Carême), j’ai été reçu dans l’Église orthodoxe russe en exil, dont je suis l’enfant fidèle depuis un an et demi. Je suis né à nouveau dans le Seigneur, je suis maintenant son esclave, et j’ai connu en lui une joie que je n’aurais jamais cru possible lorsque je vivais encore selon le monde.

Je suis devenu ce que le monde appellerait un “fanatique” ; en fait, tous les vrais croyants orthodoxes sont des “fanatiques”. Ce “fanatisme” se justifie par le fait que l’Église orthodoxe est la seule véritable Église du Christ ; elle est la réalité dont le catholicisme romain et toutes les autres Églises ne sont, au mieux, que de pâles ombres. Cette affirmation peut te sembler extrême et, pour le prouver, je ne peux que te demander de la découvrir par toi-même.

Tout est conforme à la volonté de Dieu ; de cette vérité, j’ai fait une expérience très claire et remarquable au cours des deux dernières années. Les voies de Dieu nous paraissent souvent étranges ; mais son but est toujours le même : attirer les hommes à Lui. Comme je l’ai dit, je suis tout à fait certain de la signification de ce que tu m’écrivais alors : Dieu veut se servir de moi pour te parler de l’orthodoxie, non pas parce qu’il y a une quelconque vertu en moi, mais parce que la Vérité de Dieu est si puissante qu’elle peut être connue même à travers quelqu’un d’aussi totalement indigne que moi.

Ce que je dis doit sembler très improbable aux yeux du monde. Pour autant que je sache, tu n’as visité une église orthodoxe que deux fois dans ta vie : tu es probablement encore une anglicane nominale, séparée de toute religion, et ton mari est probablement protestant ou sans religion du tout ; il n’y a peut-être pas d’église orthodoxe à moins de cent miles de chez toi et tu considères peut-être l’orthodoxie comme quelque chose d'”oriental” et d’exotique. Il est donc très “improbable” que tu deviennes orthodoxe ; et pourtant, je suis tout à fait certain du fait, et je sens que tu vas reconnaître la volonté de Dieu dans ce que je dis. S’il en est ainsi, et puisque l’Église orthodoxe est la seule et unique Église du Christ, alors rien de ce que le monde peut dire ou faire ne t’empêchera d’être vraiment uni à notre Seigneur dans Son Église ; et notre Seigneur enverra les moyens en temps voulu pour atteindre Ses objectifs.

Je ne tenterai pas de dire grand-chose sur l’orthodoxie dans cette lettre, mais j’attendrai de découvrir ta réaction à ce que j’ai déjà dit. Et tout ce que je pourrai dire, bien sûr, ne sera qu’une expression très imparfaite de vérités qui ne signifient rien tant qu’on ne les vit pas de toute son âme. Si tu t’intéresses vraiment à l’orthodoxie, je peux commencer à t’envoyer des livres (pas tant des livres sur l’orthodoxie que des livres de conseils spirituels très pratiques qui sont une nourriture nécessaire à la vie orthodoxe), des icônes, etc. et te présenter à des orthodoxes. Je connais, par exemple, une Américaine de New York très pieuse qui s’est convertie à l’Église russe. L’une des joies de la vie orthodoxe est de connaître de telles personnes (même si ce n’est que par correspondance), car dans l’orthodoxie en particulier, le sens de la communauté est très fort ; parmi les personnes pieuses, tout le monde est “frère” et “sœur”, et ces mots ne sont pas de simples métaphores. Tous ceux qui ont pris le nom de chrétiens orthodoxes tendent ensemble vers le même but ; et même dans cette vie, nous avons un avant-goût de l’amour parfait qui nous liera ensemble dans notre Seigneur dans le Royaume éternel qu’Il a préparé pour Ses fidèles.

L’orthodoxie est la préparation des âmes à ce Royaume, le Royaume des Cieux. Les Églises schismatiques ont, dans une mesure plus ou moins grande, oublié cette vérité et se sont compromises avec le monde ; seule l’orthodoxie est restée dans l’autre monde. Le but de la vie orthodoxe (que nous n’atteignons pas tous) est de vivre dans cette vie en se souvenant constamment de la vie suivante, en fait de voir même dans cette vie, par la grâce de notre Seigneur, le début de cette vie. C’est le sens de la “joie” dont je viens de parler, et qui est pour moi la plus forte preuve de la vérité de l’orthodoxie. Le saint vit toujours dans cette joie – je te raconterai plus tard des histoires merveilleuses de certains de nos saints russes modernes et comment cette joie s’est exprimée en eux. Et seule l’orthodoxie continue à produire des saints – de vrais saints, pas seulement des “hommes de bien”. L’actuel archevêque de San Francisco (il est venu récemment de Paris) est un tel homme. Il mène une vie de véritable crucifixion – l’ascèse la plus stricte (il ne s’allonge même pas), un don de soi totalement désintéressé aux autres, la bonté et la patience chrétiennes, même face aux accusations les plus méchantes et les plus calomnieuses (car Satan attaque notre Église très fortement, de bien des manières) ; mais il est toujours rempli d’un tel amour et d’une telle joie que l’on est toujours heureux et en paix en sa présence, même dans la tristesse et dans les circonstances les plus éprouvantes.

Nous vivons une époque très difficile. La plupart des prêtres et des évêques que je connais (les évêques de notre Église sont très proches de leur peuple, très chaleureux et très faciles à approcher) sont convaincus que ce sont les derniers jours du monde et que le règne de l’Antéchrist est proche. Il est bien sûr très facile de se laisser emporter par ce sujet, mais notre Seigneur nous a dit de nous préparer aux signes de la fin, et ceux qui ne s’y intéressent pas ne feront que se laisser séduire par eux. Le reste fidèle des chrétiens dans les derniers jours, comme notre Seigneur nous l’a dit, sera très petit ; la grande majorité de ceux qui se disent chrétiens accueilleront l’Antéchrist comme le Messie. Il ne suffit donc pas d’être un chrétien “non confessionnel” ; ceux qui ne sont pas de vrais chrétiens orthodoxes appartiennent au “nouveau christianisme”, le “christianisme” de l’Antéchrist. Le pape de Rome et pratiquement tout le monde aujourd’hui parlent de “transformer le monde” par le christianisme : des prêtres et des religieux participent à des manifestations pour “l’égalité raciale” et autres causes similaires. Ces causes n’ont rien à voir avec le christianisme : elles ne font que détourner les hommes de leur véritable objectif, qui est le Royaume des cieux. L’ère de “paix”, d'”unité” et de “fraternité” qui s’annonce, si elle vient, sera le règne de l’Antéchrist : elle sera chrétienne de nom, mais satanique d’esprit. Aujourd’hui, tout le monde cherche le bonheur sur terre et pense que c’est cela le “christianisme” ; les vrais chrétiens orthodoxes savent que l’ère des persécutions, qui a recommencé avec les bolcheviks, est toujours là et que ce n’est qu’au prix de beaucoup de souffrances et de tribulations que nous pouvons entrer dans le Royaume des Cieux.

Le cœur de l’orthodoxie est la prière, et je peux dire en toute honnêteté qu’avant de découvrir l’orthodoxie, je n’avais jamais eu la moindre idée de ce qu’était la prière ni de son pouvoir. Souvent, bien sûr, on est froid dans la prière ; mais j’ai connu des moments, tant par moi-même qu’avec d’autres, de prière vraiment chaleureuse et fervente, et de larmes sincères de repentir : et j’ai connu la joie de voir mes prières exaucées. Ainsi encouragé, moi, faible et indigne, j’ai eu l’audace de parler à notre Seigneur, à Sa Mère et à Ses Saints (je ne connais personne qui prie les Saints avec autant de foi et de ferveur que les croyants orthodoxes), et leurs conseils dans ma vie sont aussi réels pour moi que ma propre respiration.

Je te prie de me pardonner de parler autant de moi-même, mais il m’est impossible de parler de l’orthodoxie dans l’abstrait ; tout ce que j’en sais provient de mon expérience. Sur un plan plus extérieur, tu seras peut-être intéressée de savoir que je ne suis jamais retourné dans le monde universitaire et que je ne le ferai jamais ; que je n’ai toujours pas terminé le livre que j’ai commencé il y a deux ans, à la fois en raison de sa longueur et du changement de mes opinions depuis lors (le livre est une discussion de l’état spirituel du monde contemporain à la lumière de la vérité orthodoxe) ; et que, si Dieu le veut, j’ai l’intention de devenir moine (et peut-être prêtre) au service de Dieu lorsque j’aurai terminé le livre dans un an ou deux.

Quant à ton état, il me semble qu’il n’est pas du tout désespéré, mais plutôt encourageant. Tu te sens abandonnée de Dieu, et pourtant tu as eu la force de résister à la tentation satanique de ton père et de souffrir avec une certaine patience tout ce qui t’est arrivé. Dieu t’a affaibli, je pense, pour te préparer à trouver toute ta force en Lui ; et le chemin de cette force se trouve dans l’Orthodoxie.

Écris-moi bientôt et dit-moi ce que tu as sur le cœur. Si j’ai parlé avec audace, c’est en raison de la certitude et de la joie intenses dont je suis rempli par notre Seigneur lorsque je reçois son Corps et son Sang très saints. Comment ne pas parler avec audace quand il est clair comme le jour pour moi que tout ce qui est dans ce monde passe en un instant, et que tout ce qui reste est notre Seigneur et le Royaume indescriptible qu’il a préparé pour nous qui prenons sur nous son joug léger (et en effet, comme il est léger ce joug qui semble si lourd aux incrédules !) Prie pour moi, qui suis indigne de tout ce qui m’a été donné.

En Christ, ton frère,

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.