Conseils sur la prière..

Les éléments de base que vous devez avoir dans un livre de prières sont les prières du matin et du soir, les prières et canons de pré-communion, les prières d’action de grâce après la communion, et les acathistes à notre Seigneur et à la Theotokos. En outre, il est préférable d’en avoir un qui soit basé sur la même traduction que celle utilisée dans votre paroisse. De plus, en discutant avec les prêtres, un thème commun émerge concernant la confession : les gens doivent être encouragés à se confesser régulièrement et uniquement à un seul prêtre. Ceux qui passent d’un prêtre à l’autre (ou d’un moine à l’autre) ne confessent pas du tout leurs péchés, mais cherchent plutôt à éviter toute véritable correction. C’est un point à considérer sérieusement.

En outre, il est absolument essentiel que chaque chrétien orthodoxe aille au-delà de l’utilisation des livres de prière (…) et cultive une vie intérieure du cœur par l’utilisation de la Prière de Jésus (“Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi”). Idéalement, cela devrait se faire sous la direction d’un père ou d’une mère spirituel(le). La pratique de la Prière de Jésus est au cœur de la spiritualité orthodoxe. Pour une introduction à ce sujet – dans le contexte plus large de la compréhension orthodoxe du salut en tant que purification, illumination et glorification – voir en particulier (…) l’ouvrage du métropolite Ierotheos (Vlachos) intitulé “Spiritualité orthodoxe”. Il faut également lire le classique orthodoxe russe, “Récit d’un pèlerin russe”. Un autre ouvrage largement reconnu comme un remarquable “manuel” sur la Prière de Jésus est “L’Art de la prière” (Faber & Faber ; maintenant réimprimé). Voici un extrait de cet ouvrage classique :

“Il y a beaucoup de gens parmi vous qui n’ont aucune connaissance du travail intérieur exigé de l’homme qui veut se souvenir de Dieu. Ces personnes ne comprennent même pas ce que signifie le souvenir de Dieu, et ne savent rien de la prière spirituelle, car elles s’imaginent que la seule façon correcte de prier est d’utiliser les prières que l’on trouve dans les livres de l’Église. Quant à la communion secrète avec Dieu dans le cœur, ils n’en connaissent rien, ni le profit qui en découle, ni n’en goûtent jamais la douceur spirituelle. Ceux qui n’entendent parler que de méditation spirituelle et de prière sans en avoir une connaissance directe sont comme des aveugles de naissance qui entendent parler du soleil sans jamais savoir ce qu’il est réellement. Par cette ignorance, ils perdent de nombreuses bénédictions spirituelles, et tardent à parvenir aux vertus qui permettent d’accomplir le bon plaisir de Dieu.” (p. 43)

Pour un échantillon du trésor spirituel de ce livre, lisez ce recueil des lettres de saint Théophane le Reclus, dont les écrits constituent une grande partie de L’art de la prière.

Enfin, bien que les très nombreux volumes de la Philocalie constituent le principal corpus d’écrits sur la tradition hésychaste, il est normalement conseillé à une personne qui souhaite les lire de se plonger d’abord dans les Vies des Saints. Celles-ci comprennent généralement l’instruction “d’école primaire” – pour voir comment d’autres ont adopté ces pratiques et sont devenus glorifiés -, bien que, comme le Père Seraphim Rose de Platina l’a noté dans son “Introduction au Bienheureux Païssy Velitchkovsky“, de nombreux aspects de la vie d’un Saint donné ne doivent pas être spécifiquement imités. (Il faut absolument lire son introduction très instructive.) Ensuite, on peut passer au “lycée”, en lisant et en appliquant à sa vie – et, espérons-le, sous la direction d’un guide spirituel avisé – les principes contenus dans le principal texte préparatoire à la Philocalie : l’Evergetinos (The Center for Traditionalist Orthodox Studies, multi-volumes).

Source : http://orthodoxinfo.com/praxis/pr_prayer.aspx

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.