Une paroisse vieille-croyante à Joinville-le-pont..

Une paroisse suivant les anciens rites de l’orthodoxie russe a existé chez nous, près de Paris. La famille Ryabushinsky, et en particulier Vladmir Ryabushinsky, en fut l’heureux mécène. Comme vous le découvrirez dans le texte détérré par hasard sur internet , l’expérience n’a duré que quelques années, et s’est étiolée avec le départ du père Cyril. La chapelle fut démolie.

Tikhon

“Contrairement à ses frères, Vladimir ne rasa pas sa barbe à l’étranger : il était et resterait vieux-croyant jusqu’à sa mort, rassemblant des icônes, organisant des expositions et des conférences, fréquentant assidûment la chapelle de Joinville-le-Pont et défendant l’héritage spirituel de ses ancêtres (…). Il s’éteignit à Vincennes en 1955.”

Voici ce texte, tiré de l’essai de K. K. Parchevsky “Chez les vieux croyants” (Dernières nouvelles. 29 novembre 1936. n° 5728). En France à cette époque, le nombre de Vieux Croyants était “probablement de plusieurs centaines dans la composition globale de l’émigration post-révolutionnaire, dans les environs de Paris – environ une centaine … Les Vieux Croyants ont survécu à toutes sortes de persécutions, se cachant dans les forêts profondes, sont allés à l’étranger, ont souffert de la révolution et même ici, juste à l’extérieur de Paris, ont fondé leur propre communauté … Sur les bords de la Marne, à Joinville, vit un prêtre vieux-croyant, le père Cyril, dans le petit appartement duquel est aménagée une église dans l’arrière-cour d’un grand domaine de banlieue. De l’iconostase, placée à l’angle d’une petite pièce, on aperçoit les visages des saints de l’écriture ancienne et, sur l’étagère, une pile de livres saints anciens aux lourdes reliures de bois. Ces livres ont été ramenés de Russie lorsque la Société internationale du livre soviétique a littéralement dilapidé les éditions les plus rares des anciennes réserves pour presque rien… Lors des grandes fêtes, les vieux croyants russes se réunissent pour le service divin… Plusieurs hommes vêtus de pardessus noirs, qui ressemblent à d’anciens poddevki (vêtements d’extérieur pour hommes russes, avec une fermeture éclair latérale et des plis à la taille), dans la pénombre du soir, suivent chaque mot du service, qu’ils connaissent par cœur depuis leur enfance. Il y a très peu de gens qui prient, mais l’église est si petite…
En semaine, il y a une petite table dans l’église, près de la fenêtre, sur laquelle se trouve une ampoule lumineuse. Le père Cyril, le recteur, édite un livre publié par le célèbre activiste vieux-croyant V.P. Ryabushinsky, “La Vieille-Foi et le sentiment religieux russe”.

Cependant, il y a eu inévitablement des fautes de frappe, que le Père Cyril s’emploie à corriger manuellement sur tous les exemplaires.

“C’est un gros travail”, dit-il, “mais il n’y a rien à faire. Nous devons faire les corrections dans tous les exemplaires du livre. Cela m’ennuierait beaucoup de sortir ce livre dans cet état. Une machine à écrire et un rotateur facilitent les choses. Autrefois, nos ancêtres devaient tout faire à la main. Le livre sera probablement très demandé et sera bientôt épuisé. En France, certes, il n’y a pas beaucoup de Vieux Croyants, et ceux qui le sont ne s’intéressent pas beaucoup à ces questions, mais les nôtres sont éparpillés dans toute l’Europe, il y en a en Allemagne et dans les Balkans, et surtout en Roumanie.”

Au printemps 1926, le père Cyril, “sur la suggestion de son évêque, choisit comme lieu de résidence permanente la France, près de Paris, où une église permanente est construite. De là, il visite les Vieux Croyants d’Europe occidentale, qui l’invitent “à répondre à leurs besoins spirituels”. Dans cette Eglise de la Nativité de la Sainte Vierge à Joinville-le-Pont, organisée par les soins des Ryabushinskys (surtout V.P.), le père Cyril comme il l’a rapporté plus tard à l’archevêque Flavien (Slesarev) de Moscou et de toute la Russie, “possédait une grande bibliothèque de livres d’église et d’autres livres spirituels de toutes sortes, ainsi que presque toutes les séries du journal “L’Église”, des œuvres des Pères, des polémiques apologétiques et d’autres ouvrages, qu’il utilisait pour servir dans l’église, ainsi que des machines à écrire, sur lesquelles j’ai imprimé des livres, des brochures et d’autres choses contre les sectaires et les athées“…
En mars 1954, le père Cyril se voit restituer ses documents français. En décembre 1955, sa famille le retrouve par l’intermédiaire de l’ambassade de France à Moscou qui lui propose de “solliciter un visa pour quitter l’U.R.S.S. pour la France”.


Alors que la vaste bibliothèque et le matériel d’impression de Joinville-le-Pont appartenant au père Cyril existent toujours, ses proches ont pu le localiser aux États-Unis. Cyril avait survécu intact à cette époque, la paroisse des Vieux-Croyants près de Paris ayant cessé d’exister pendant la guerre.

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.