Sainte Isidora, folle-en-Christ de Tabenne.

Si je peux vous donner un exemple de ce qu’est l’amour.

Dans un ermitage égyptien, il y avait une moniale appelée Isidora. Elle vivait dans un monastère avec quarante moniales. Dans l’échelle hiérarchique de son monastère, elle n’avait jamais dépassé le noviciat. Pendant des années, elle avait travaillé en cuisine. Elle a couvert sa tête avec un morceau de toile de jute. Elle ne recevait ni ne recherchait aucun honneur, servant toutes les sœurs avec joie.

Elle disait qu’elle ne mangeait que ce qui restait dans les chaudrons et les assiettes après la fin du repas commun. Les moniales la traitaient d’idiote et se moquaient d’elle parce qu’elle était simple d’esprit.

Elle n’était bonne qu’à effectuer les tâches ingrates. Certaines moniales lui jetaient de la nourriture, la frappaient au visage pour rire, parce qu’elle n’avait pas ce qu’il fallait pour être une moniale. Elle n’était pas intelligente.

Et pourtant, ils ne savaient pas qui elle était vraiment.

Un moine âgé, venu d’un monastère voisin situé de l’autre côté de la rivière, a raconté qu’une nuit, il avait eu une révélation. Dieu lui dit : “Tu te prends pour un moine ? Tu penses être pieux ? Il y a une femme moine de l’autre côté de la rivière qui est meilleure que toi et meilleure que tout le monde.”

Arrivé au couvent, l’aîné demanda à l’higouménia de lui montrer toutes les religieuses, car parmi toutes les sœurs, il voulait trouver celle dont on lui avait parlé. Et lorsque, sur l’ordre de l’higouménia, toutes les moniales passèrent sous les yeux de l’aîné, celui-ci s’exclama : ” Mais elle n’est pas parmi elles ! “. Vous êtes sûr de m’avoir montré toutes les moniales ? L’higouménia répondit : -Oui, tous sauf une simple personne qui travaille à la cuisine, mais elle n’est rien. -Allez la chercher, – demanda l’aîné.

Lorsqu’elle fut entrée, l’aîné est tombé par terre et lui demanda sa bénédiction. Elle n’eut même pas le comportement habituel dans de telles situations (“Aha, j’ai enfin eu ma chance !”) car elle dit : “Non, c’est à moi de demander votre bénédiction”. Toutes les moniales étaient stupéfaites. Elles étaient tellement concentrées sur ce qu’elles faisaient et qui elles étaient qu’elles avaient négligé l’amour qui était censé vivre parmi elles.

Et le lendemain matin, Isidora n’était déjà plus au monastère – elle voulait que Dieu reconnaisse sa dignité, pas ses sœurs.

Vous ne savez même pas s’il y a une personne parmi vous comme Isidora. Peut-être y a-t-il parmi vous cette personne qui, lorsque vous dormez tous la nuit, prie pour vous tous.

C’est par ces prières que vous êtes sauvés – par les prières d’un homme qui aime les autres, pas lui-même.


Archimandrite Joachim (Parr)

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.