Réflexions sur le Protopope Avvakum, sur le trouble de l’Église et l’amour de la patrie

Père Daniel Syosev de la Sainte Mémoire.

325e anniversaire de l’exécution de l’idéologue le plus éminent du schisme des Vieux Croyants – le protopope Avvakum – le 14 avril 1682.

Le 14 avril 1682, le fougueux prédicateur de la révolte contre l’Église, qui appelait aux suicides collectifs, a terminé son voyage terrestre dans les flammes. Son nom est toujours prononcé avec révérence non seulement par les apologistes des innombrables sectes de vieux croyants (leur nombre atteignait 800 !), mais aussi par de nombreuses personnes qui se considèrent sincèrement comme des chrétiens orthodoxes, des patriotes de la Russie. Même le surnom dérisoire d’Avvakum, “le frénétique” (“fou furieux” – en traduction du slavon), est considéré par beaucoup comme un titre élogieux. D’une certaine manière, même le comportement complètement rustre de l’ancien archiprêtre est accueilli avec une piété touchante. Ce prêtre jette une chasuble au visage du patriarche légitime pendant un office – et il y a un soupir admiratif : “quel exploit !”. Ce pasteur couvre le Tsar et les évêques de blasphèmes – “et comme il est courageux !” Le condamné Avvakum se mit à battre son compagnon, avec lequel il n’était pas d’accord dans une dispute théologique – “il était fatigué, à qui cela n’arrive-t-il pas !

Quelle attitude étonnante nous avons envers les gens et les commandements de Dieu ! Au nom de la “ligne du parti”, nous sommes prêts à justifier même un crime évident. – “Après tout, Avvakum est le premier dissident russe. Tout lui est pardonné. Il a souffert pour le Christ. Cependant il n’a pas souffert pour le Christ, mais pour avoir insulté l’oint de Dieu.

Maintenant, après toutes ces années, examinons les mythes qui entourent le dissident exécuté et le phénomène des Vieux Croyants lui-même.

Premier mythe. Avvakum et les autres Vieux Croyants représentaient l’orthodoxie originelle.

Cette notion ressemble généralement à ceci : “Saint Serge de Radonège et tous les autres saints de l’ancienne Rus’ étaient baptisés avec deux doigts, ils faisaient deux alléluias, ils n’appelaient pas le Christ (Иисус – Jésus, mais Исус [Jésus avec un seul “i”] , et le patriarche Nikon et le Conseil de Moscou de 1666-1667, ayant dénoncé ces rites, ont condamné ces saints et se sont ainsi éloignés de la foi. L’ancienne orthodoxie n’a été défendue et préservée que par les Vieux Croyants“.

La réponse à cette question doit être simple. – Ni Saint Serge de Radonège, ni aucun des autres saints de l’ancienne Russie ne croyait au rite, qu’il soit ancien ou nouveau. Des changements dans le rite de l’Église ont eu lieu à de nombreuses reprises auparavant. Dans l’Église russe aussi, des réformes liturgiques ont eu lieu à plusieurs reprises. A l’époque de saint Serge de Radonège, une réforme beaucoup plus radicale du culte a eu lieu en Russie – une transition du code Studite et des canons de la Grande Église vers le Tipikon de Jérusalem, qui est toujours en vigueur aujourd’hui. Mais saint Serge de Radonège ainsi que les autres saints n’ont pas protesté contre cette réforme liturgique.

L’ensemble des saints de l’Église orthodoxe ne croyait pas au rituel, mais au Dieu trinitaire, confessaient l’incarnation du Seigneur Jésus-Christ et étaient fidèles à l’Église orthodoxe universelle. Les Vieux Croyants, par contre, croient aux choses terrestres. La foi, selon l’apôtre Paul, est “la confiance dans l’invisible” (Hébreux 11,1). Et qu’est-ce qui est invisible dans le bipartite, dans le double alléluia et dans la mauvaise orthographe du nom du Seigneur ? Ce n’est pas une coïncidence si le Catéchisme qualifie de superstition la croyance des Vieux Croyants en la nature salvatrice des rites et des livres anciens.

Nous pouvons dire que les livres anciens ont préservé certains des rites anciens qui ont disparu de la pratique de l’Église moderne (par exemple le rite de renonciation du Vendredi saint). Mais cette précision justifie-t-elle en quoi que ce soit le péché mortel du schisme ? D’autre part, il ne faut pas oublier que la simple constatation d’erreurs dans les vieux livres imprimés n’a pas été rejeté, y compris par les dirigeants des Vieux Croyants. Avvakum lui-même a participé à la correction des livres dans le cercle de Vonifatiev, et le schisme s’explique en grande partie par son ressentiment personnel d’avoir été écarté de l’activité de correction des livres.

Les rites notoires eux-mêmes ne peuvent en aucun cas prétendre être anciens. Le double chant de l'”alléluia” a été réellement adopté au XIVe siècle, et au début du XVe siècle, saint Photius de Moscou l’a combattu. La tradition du double doigt est fixée dans la pratique nestorienne du XIIe siècle, alors qu’en Russie elle n’est fixée qu’au XIVe siècle (je pense que ce n’est pas sans l’influence des hérétiques d’Asie centrale qui ont fui l’Islam pour se réfugier en Russie). L’ajout au Credo (catégoriquement interdit par les Conseils œcuméniques) a été fait dans la seconde moitié du XVIe siècle. Il n’y a rien de particulièrement ancien dans les rites des Vieux Croyants. J’ajoute que même si ces rites étaient vraiment anciens, ils ne justifieraient en rien le schisme et ne rendraient pas les Vieux Croyants orthodoxes plus autant. Par exemple, l’Église arménienne maintient toujours la pratique de célébrer Noël et l’Épiphanie le même jour, comme c’était le cas avant le quatrième siècle, mais cette coutume n’en fait pas une Église orthodoxe.

Personne ne condamne non plus les rites eux-mêmes. Le concile de Moscou en 1666-1667 a condamné non pas les rites, mais ceux qui les suivent contrairement à la volonté de l’Église. Et le Conseil local de 1971 a confirmé que suivre l’ancien rite n’est pas un péché en soi, si cela n’aliène pas la personne de l’Église. Ce n’est pas une coïncidence si, dès 1800, l’Église a créé l’institution de l’yedinoverie (coreligion), où les chrétiens orthodoxes peuvent servir selon les livres d’avant la réforme, en restant en unité avec la hiérarchie canonique de l’Église.

Quant à la foi réelle des Vieux Croyants, elle ne peut en aucun cas être qualifiée d’orthodoxe. La chose la plus importante dans l’orthodoxie est la croyance en la Trinité une et indivise. Mais Avvakum, vénéré comme un grand saint dans les concordances schismatiques, prêchait le tri-théisme. Il écrit : ” la Trinité, inséparable par l’égalité, est unie en trois êtres. – Un en trois êtres, la même unité et les images sont trois égales”. Ailleurs, il a écrit : “Dans le ciel, il y a trois rois assis sur trois trônes, et à leur droite se trouve Jésus-Christ”. Du point de vue de l’enseignement orthodoxe, il s’agit de l’hérésie la plus lourde, imposant pratiquement le polythéisme et séparant en même temps le Fils de Dieu de l’Homme – Christ d’une manière nestorienne. Il ne s’agissait pas d’une réserve accidentelle, mais d’une conviction intérieure de l’érudit schismatique. En raison de ses “mérites” dans la cause du schisme de l’Église, tout lui est pardonné – même le fait que, par ses discours, il est tombé sous l’anathème des sept conciles œcuméniques.

Mais d’autres Vieux Croyants ont également péché gravement en blasphémant l’Église orthodoxe universelle. Aujourd’hui encore, ils considèrent l’Église de Saint-Séraphin et des Nouveaux Martyrs comme une prostituée de Babylone, une traîtresse, qui trahit l’Antéchrist. Des blasphèmes monstrueux sont également proférés par des dissidents contre la Sainte Communion, l’appelant la nourriture des démons. Comment ceux qui sympathisent ou admirent les activités des blasphémateurs peuvent-ils être considérés comme orthodoxes après cela ?

Les Vieux Croyants, en soutirant le moustique des distinctions rituelles, dévorent le chameau de l’hérésie. Ils ont perdu le sacerdoce et se sont depuis engagés dans le “fait-maison”. Certains d’entre eux – les “bezpopovtsy” (sans prêtre)- sont devenus des sectaires réguliers, avec toutes les caractéristiques des sectes protestantes – fragmentation sans fin, institution de mentors, y compris le “sacerdoce féminin”, introduit dans l’Ancienne Croyance deux siècles plus tôt que dans les sectes les plus radicales d’Europe ; rejet de la nécessité de tous les sacrements, sauf le baptême, blasphème sur le sacrement du mariage. D’autres, les “popovtsy” (avec prêtre), ont tenté de créer un sacerdoce arbitraire en volant à l’Église des prêtres qui avaient été bannis ou privés de leur ministère. En 185 ans après le début du schisme, certains des “popovtsy” ont persuadé le métropolite grec Ambroise, qui a ordonné des “évêques” pour eux seuls (au mépris de la première règle des Saints Apôtres). C’est ainsi qu’est née la hiérarchie de Belaïa Krinitsa, et que d’autres “popovtsy” ont reçu la hiérarchie de Novozybkov. Quel genre d’ancienne orthodoxie est-ce là ? Serge de Radonège croyait-il en trois dieux ? A-t-il rejeté la Sainte Communion ? Les saints russes ont-ils affirmé que c’est seulement en Russie que la foi a été préservée ? Non.

Au XXe siècle, les recherches en archives ont confirmé ce que disaient les polémistes anti-Raskolnik des XVIIe et XVIIIe siècles. En fait, le schisme des Vieux Croyants doit son existence à l’activité hérétique du manichéen Kapiton, qui blasphémait le monde matériel et condamnait l’Église historique. Ce sont les idées de Кapiton qui ont incité les premiers schismatiques à se révolter contre l’Église.

Aujourd’hui encore, les idées de Кapiton sur l'”Antichrist spirituel”, sur le “sceau spirituel de l’Antichrist” ne réapparaissent plus dans les églises (les Vieux Croyants croyaient le sceau de l’Antichrist dans la croix bipartite à quatre pointes, le passeport, la nouvelle monnaie, le recensement et bien d’autres choses encore).

Deuxième mythe. Tous les Vieux Croyants étaient des patriotes de la Russie.

Parmi les patriotes, pour une raison quelconque, il est d’usage d’admirer le mode de vie des Vieux Croyants, leur économie robuste et leur moralité prétendument exemplaire, qui devrait être un exemple pour les citoyens modernes de la Russie. Mais avant de l’admirer, il faut se demander pourquoi les Vieux Croyants sont admirés non seulement par les patriotes, mais aussi par des forces clairement hostiles à la Russie historique.

L’affirmation sur le patriotisme inné des Vieux Croyants est parfaitement incorrecte. Depuis le début du schisme, le pays a été secoué par une série de terribles soulèvements, appelés pour une raison quelconque soulèvements de classe, alors qu’il s’agissait en fait de guerres de religion classiques, comme en Europe occidentale. Les Vieux Croyants ont été inspirés par la rébellion de Stenka Razin, qui a assassiné des prêtres et pillé des églises sous la direction des schismatiques. Mais on oublie souvent qu’il a assassiné Saint Joseph d’Astrakhan. Ce n’est pas un hasard si Razin, ainsi que Pougatchev, ont été anathématisés par l’Église.

Un rôle énorme a été joué par les Vieux Croyants dans la rébellion de Pougatchev. Ils ont financé la rébellion et participé activement aux hostilités. Ce n’est pas une coïncidence si Pougatchev, en capturant la ville, a tout d’abord détruit les antimensions dans les églises.

D’autres rébellions inspirées par des dissidents peuvent être nommées – l’insurrection de Boulavine (1707-1709), la révolte du choléra de Moscou (1771) et bien d’autres, à commencer par le célèbre siège des Solovetsky.

Les capitaux des Vieux Croyants ont également joué un rôle colossal dans la préparation de la révolution russe. Il est connu que les militants étaient financés non seulement par des banques juives, mais aussi par des Vieux Croyants (par exemple, les Morozov et les Ryabushinsky). Et l’empereur a été forcé d’abdiquer le trône par le vieux croyant A.I. Guchkov.

Dans toutes les guerres, menées par la Russie depuis le 17ème siècle, les Vieux Croyants ont essayé d’agir contre notre pays. Les vieux croyants ont combattu du côté de la Turquie islamique. Pendant la guerre du Caucase, de nombreux vieux croyants parmi les cosaques ont pris le parti de Chamil et ont même formé une division spéciale de son armée.

En 1812, seuls les Vieux Croyants ont soutenu Napoléon, et leurs représentants lui ont remis les clés de la ville de Moscou. Les Vieux Croyants ont aidé Napoléon à imprimer de la fausse monnaie. En contrepartie, il leur a donné le droit de piller les églises de Moscou – de nombreuses icônes anciennes ont été volées dans les églises et transférées aux dissidents.

Les Vieux Croyants collaboraient avec l’Autriche-Hongrie catholique hostile à la Russie, où se trouvait l’un des principaux centres du Vieux Croyant – Belaya Krynitsa.

Troisième mythe. Les Vieux Croyants ont toujours cherché à renforcer les fondements moraux de la société.

Mais en matière de piété personnelle, les Vieux Croyants n’étaient pas aussi grands que beaucoup le pensent. Oui, le mode de vie externe des Vieux Croyants est étonnant par son caractère cérémoniel : tout se fait dans la prière, toutes les vieilles coutumes populaires sont strictement conservées… Même celles qui n’ont pas besoin d’être préservées du tout. Ce n’est pas par hasard que les ethnologues, qui souhaitent étudier les vestiges païens, se rendent dans les quartiers des vieux croyants. Le fait est que là où il y avait une forte influence de la soi-disant Église Nikonienne (par exemple, à Moscou et dans la région de Moscou), il ne reste presque rien lié à l’ancien culte démoniaque. Et dans les villages des Vieux Croyants, jusqu’à la révolution, la fornication le jour d’Ivan Kupala, la divination et autres actes contre Dieu étaient la norme. Et ce n’est pas un hasard ! A la racine du schisme se cachait une ancienne hérésie, le manichéisme, soutenant toute débauche.

C’est de là qu’est né le terrible fléau de l’auto-immolation et de l’auto-mortification. Le péché terrible et impardonnable du suicide a été déclaré par Avvakum comme étant “l’auto-martyre”. Dans les feux de joie de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle, plus de 20 000 personnes sont mortes ! Ce n’est pas une coïncidence si les missionnaires ont rapporté avoir vu des démons au-dessus des feux, criant “nôtres, ils sont nôtres !”. Jusqu’à présent, les apologistes des Vieux Croyants prétendent que les Vieux Croyants ont ainsi été “sauvés” de la violence des Orthodoxes. Ils ignorent les récits des témoins oculaires (orthodoxes et vieux-croyants) selon lesquels les idéologues de l’auto-immolation ont fui les huttes en feu, emportant avec eux les biens des malheureux.

Quant aux familles fortes de vieux croyants, ce sont les vieux croyants qui ont été les premiers à s’opposer au mariage religieux. Déjà, Avvakum traitait les gens mariés à l’église d’adultères. Ses partisans soutenaient qu’il valait mieux forniquer que se marier. Les anciens croyants le faisaient très volontiers. Ce n’est pas un hasard si les “bezpopovtsy” ont été confrontés à un problème – que faire des “jeunes mariés”. Certains favorisaient le célibat complet tandis que d’autres leur imposaient une pénitence. Enfin, des cas terribles d’infanticide ont été enregistrés chez les Fedoseevites, lorsqu’un enfant était noyé dans un bénitier (“pour qu’il soit juste”).

Comment les orthodoxes doivent-ils considérer le schisme ?

Je pense que ce qui précède est suffisant pour que nous nous méfiions du schisme.

Nous ne devons pas être flattés par les exploits imaginaires et la vie austère de ceux qui sont en dehors de l’Église. Notre salut n’est pas dans les rituels, mais en Dieu, et ce n’est pas par une stricte adhésion aux rituels que nous sommes amenés à Lui, mais par la foi orthodoxe agissant dans l’amour. Il est bon de prier selon les nouveaux livres, ce n’est pas non plus un péché de prier selon les anciens, pourvu qu’il n’y ait pas de division entre nous, mais que nous soyons unis dans un seul Esprit et dans un seul esprit (1 Co. 1:10).

Une chose est un mal impardonnable, qui ne peut être lavé même par le sang d’un martyr – c’est le péché de schisme, qui déchire le manteau non gainé du Christ. Prenons-en garde, appelons les schismatiques vivants à la réconciliation avec Dieu et avec l’Église, et prenons garde au terrible péché d’orgueil, qui les entraîne dans l’abîme satanique, à l’exemple des schismatiques morts.

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.