Le faux concept de religion “traditionnelle”

Père Daniel Syosev de la Sainte Mémoire, Questions au prêtre

Pourquoi notre Église entretient-elle des relations différentes avec les religions traditionnelles (islam, bouddhisme, judaïsme) et avec les religions non-traditionnelles ?

Le concept de confessions traditionnelles est apparu dans la Rome antique. Il existe des hagiographies tout à fait extraordinaires : celle du saint martyr Antipus, qui est mentionné dans l’Apocalypse, et la vie du saint égal des apôtres Carpus. Lors de l’interrogatoire de saint Carpus, le souverain lui demanda pourquoi il s’était écarté de l’ancienne religion traditionnelle de ses ancêtres, qui avait renforcé le royaume, qui avait construit le fondement moral de la société, qui était reconnue non seulement par les Romains mais aussi par les étrangers, qui était très ancienne et bien établie par l’expérience de nombreuses générations ; et au vu de tout cela, pourquoi il s’était écarté vers cette nouvelle secte, le christianisme.


Carpus répondit à cette question par une réponse très logique, disant qu’on ne révère pas une chose seulement parce qu’elle est ancienne, car la méchanceté est également ancienne mais ne mérite aucune révérence. Les gens ont tué depuis l’époque de Caïn, mais le meurtre n’a pas été rendu honorable pour autant.

En ce qui concerne les religions traditionnelles et non traditionnelles, il s’agit d’un concept extrêmement typique qui est lié au nationalisme. On pense que l’État est renforcé par les religions traditionnelles, alors que les nouvelles religions sont destructrices. C’est un concept païen lié au culte impérial. À cet égard, nous avons adopté en Russie une approche totalement romaine, tout comme dans la Rome païenne : nous ne nous intéressons pas à savoir quelle religion est vraie et laquelle est fausse ; l’essentiel est de savoir si elle renforce ou non la nation.

Beaucoup ont oublié que l’Église n’existe pas pour servir la Russie, mais pour conduire le peuple au royaume de Dieu.

Pour les pères de l’Église, il n’y avait aucune différence entre les confessions traditionnelles et non traditionnelles. L’Écriture Sainte n’utilise qu’un seul principe pour distinguer les religions : une seule est vraie, et toutes les autres sont fausses. Il n’y a qu’un seul chemin qui mène à Dieu. Le Seigneur a dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie : nul ne vient au Père que par Moi (Jn. 14, 6). Il existe aussi une multitude de chemins ; ceux-ci ont été inventés par le diable et mènent à la ruine. Le Seigneur lui-même a dit que les idolâtres et tous les menteurs auront leur part dans l’étang ardent de feu et de soufre, qui est la seconde mort (Apocalypse 21:8). L’essence et la valeur d’une religion ne consistent pas à savoir si elle est traditionnelle ou non traditionnelle : elles consistent à savoir si elle est vraie ou fausse.

On tente actuellement de décrire la religion comme une institution de la société, et je considère qu’un tel comportement est intolérable dans l’Église.

Si nous ne prêchons pas la parole de Dieu aux Tatars, aux Tchétchènes, aux Juifs ou aux Kazakhs simplement parce qu’ils sont membres de confessions traditionnelles, nous faisons preuve d’une inhumanité diabolique à leur égard. Cela aboutit en fait à une sorte de racisme épouvantable : les personnes d’origine turque ou caucasienne sont indignes du salut à cause de leur langue. C’est ce qu’on appelle la discrimination, au sens le plus terrible du terme.

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.