Quelle est la différence entre l’iconographie “néo”-orthodoxe et l’iconographie vieille-ritualiste?

La différence entre la peinture d’icônes adoptée par l’Eglise des Vieux Croyants et la peinture adoptée par l’Eglise des Nouveaux Croyants peut être notée comme suit.

La peinture d’icônes picturales est apparue en Russie au XVIIe siècle, après avoir été empruntée à l’Occident. Auparavant, en Russie, comme dans l’Eglise des Vieux Croyants jusqu’à aujourd’hui, il existait une iconographie de type byzantin. Il ne fait aucun doute que l’idée d’iconographie ne correspond pas du tout à l’orientation occidentale adoptée par l’Eglise des Nouveaux Croyants. Ici, les modèles pour représenter le monde spirituel sont soit des personnages assis, soit des statues et des bas-reliefs païens. En veillant au naturel et à la vivacité des images, la peinture d’église occidentale et la peinture néo-russe empruntée à l’Occident ont introduit dans leurs œuvres un arbitraire offensant pour le sentiment chrétien et ont modifié les vêtements de la Vierge Marie et des saints sanctifiés par l’Antiquité. Ils ont commencé à représenter des visages sans tenir compte de la tradition historique, ce qui a rendu possible des blasphèmes tels que des portraits d’individus dans des images du Seigneur, de la Reine du Ciel et des saints.

L’iconographie de l’Église orthodoxe ancienne, qu’elle soit byzantine ou grecque, n’a rien effectivement aucun lien avec à voir avec cette discipline récente. Dans la Russie orthodoxe précédent le Raskol, l’art est considéré non pas comme un but, mais comme un moyen d’atteindre les objectifs de l’enseignement et de l’édification. Dans les icônes byzantines, tout correspond au but pour lequel l’Église utilise les icônes saintes, et tout vise à susciter la révérence et la disposition à la prière chez les personnes qui prient. Les traits distinctifs de l’iconographie byzantine sont la fidélité historique et le symbolisme.

La fidélité historique se révèle dans une représentation des saints selon des préceptes qui – pour certaines personnes – ont été conservés, ou un cadre historique approprié à la nature de l’époque dont est issue la figure représentée. Une autre caractéristique de l’iconographie byzantine, le symbolisme, se distingue par un détachement de la sainte expression de toute chose terrestre ; il devient le symbole d’une idée religieuse, immense et incompréhensible à travers le portrait. Les visages des saints brillent d’une grandeur et d’une tranquillité célestes. Les visages représentés sont maigres, fatigués par le jeûne et les actes, et servent à exprimer la pleine prédominance de l’esprit sur le corps (Doctrine sur le service divin de l’Église du Christ, M., 1913).

Ignorant cette fidélité historique et ce symbolisme et ne se souciant que du naturel et de la vivacité des images, la peinture à l’occidentale adoptée dans l’Église des Nouveaux Croyants, nous le répétons, atteint le point extrême du blasphème en représentant par l’icone les portraits de personnes ordinaires.

Une histoire circule tirée de la vie d’un célèbre artiste. Un jour, il entreprit de peindre un tableau représentant le Christ et Judas le traître. Alors qu’il cherchait un visage approprié pour l’image du Christ Sauveur, l’artiste rencontra par hasard une personne qui convenait parfaitement à son concept du visage de Jésus-Christ. Après avoir peint ce tableau, le peintre s’est mis à la recherche d’un visage qui conviendrait à l’image de Judas, le traître. Après une longue recherche, il a un jour rencontré une personne qui lui semblait convenir à une telle image. En l’invitant à poser pour le tableau de Judas le traître, l’artiste apprend de ce poseur qu’il a déjà posé pour lui lorsqu’il a peint le tableau du Christ.

Il s’est avéré que, alors que l’artiste cherchait un modèle pour Judas, l’homme qui avait posé comme modèle pour le Christ avait suffisamment bu pour être un portrait parfaitement adapté de Judas, le traître. Ainsi, la même personne convenait à l’artiste à la fois pour le Christ et pour Judas, son traître. Ce n’est peut-être pas tout à fait plausible, mais une telle coïncidence n’a rien d’improbable et relève au plus haut point du sacrilège.

Lors du dévoilement des reliques de la sainte princesse Anna de Kashin, à Kashin en 1909, comme le rapporte le magazine “Cerkva” de 1909 (n° 25), le portrait d’une religieuse est apparu comme une image de cette sainte. Qui sait ce que sera cette religieuse à l’avenir, et si tel ou tel artiste ne la dépeindra pas par la suite comme une image exactement opposée ?

Source : (“Le mot de l’Eglise”, 1915, N°11)

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.