Saint Jean Climaque : L’échelle sainte

QUATRIÈME DEGRÉ
De la bienheureuse et toujours louable Obéissance..
1. C’est à ceux-là seuls qui combattent sous les étendards de Jésus Christ, que nous adresserons désormais la parole, selon l’ordre que nous avons cru devoir suivre; car comme la fleur précède toujours le fruit, de même la fuite du siècle précède toujours l’obéissance, soit qu’on quitte le monde par une séparation réelle, soit qu’on ne le quitte qu’en renonçant à son esprit et à ses maximes. C’est sur ces deux séparations du monde que l’âme, sur deux ailes d’or, s’efforce de monter au ciel; c’est ce que le psalmiste chantait dans ses airs si doux et si agréables : “Qui me donnera, disait-il, des ailes semblables à celles de la colombe, afin que je puisse voler jusqu’au ciel, et m’y reposer délicieusement après avoir travaillé, médité et pratiqué une humilité profonde et une obéissance parfaite ?” (cf. Ps 54,7)
2.
 Mais je crois qu’il est à propos de considérer ici quelles sont les armes spirituelles dont se servent les généreux soldats de Jésus Christ dont il est question ici, et de connaître de quelle manière ils tiennent le bouclier de la foi et de la confiance en Dieu, pour repousser loin d’eux toute pensée d’infidélité et de désobéissance; comme ils ont toujours l’épée de l’esprit de Dieu hors du fourreau pour immoler tous les mouvements de leur propre volonté, comme ils sont entièrement couverts des cuirasses de la patience et de la douceur pour émousser toutes les pointes dangereuses des injures, des moqueries et des paroles outrageantes, et comme ils portent sur la tête le casque du salut, qui consiste dans les prières ferventes de leur supérieur, qui les défend des traits enflammés de leurs ennemis. Voyez comme ils sont fermes et inébranlables dans leurs positions, et comme néanmoins ils jouissent de la délicieuse liberté des enfants de Dieu; car tandis qu’ils sont immobiles dans leurs prières continuelles, ils ne laissent pas d’exercer les devoirs de la charité en faveur de leurs frères en Dieu.
3.
 L’obéissance est donc un renoncement parfait à sa propre volonté, lequel se fait remarquer par des actions extérieures; ou plutôt, c’est une entière mortification des passions dans une âme pleine de vie, c’est un mouvement qui nous fait agir avec une simplicité parfaite et sans aucune préférence, c’est une mort volontaire, une vie exempte de toute curiosité, une assurance au milieu des dangers, un excellent moyen de défense pour paraître devant Dieu, une sécurité désirable à l’heure de la mort, une navigation sans écueils et sans tempêtes, et un voyage qu’on fait en sûreté et sans peine. Oui l’obéissance donne à une âme la paix et le calme contre la crainte de la mort, ensevelit la volonté, et fait vivre l’humilité; elle ne résiste et ne contredit jamais; elle ne prononce aucun jugement, et regarde avec une égale indifférence les biens et les maux de la vie présente. Aussi l’homme qui aura saintement mortifié son coeur sous le joug de l’obéissance, n’aura rien à craindre pour ses actions, et paraîtra devant Dieu avec une confiance assurée. Enfin disons que l’obéissance est un renoncement entier à ses lumières personnelles et à son propre jugement, pour les soumettre parfaitement aux lumières et au jugement d’un supérieur.
4. 
Cependant, il faut l’avouer, les commencements de cette mortification, ou plutôt de cette mort religieuse par laquelle il faut crucifier la volonté du coeur, les sens de la chair, sont accompagnés de beaucoup de travaux et de peines; les progrès qu’on fait dans l’obéissance, sont encore suivis de quelques sueurs et de quelques difficultés; mais enfin on se trouve délivré heureusement de toute sensation pénible et douloureuse, et l’on entre dans une paix et une tranquillité parfaites : car la seule peine qu’éprouve cet heureux homme d’obéissance, mort et vivant tout à la fois, c’est de connaître qu’il a suivi sa volonté en quelque chose : alors il craint d’avoir à répondre à Dieu de la détermination qu’il a prise de lui-même.
5
. Vous qui, pour courir plus vite et plus facilement, vous préparez à vous décharger de tout; qui désirez vous charger du joug de Jésus Christ; qui cherchez par le moyen de l’obéissance à vous défaire du lourd fardeau que vous avez porté; qui, pour jouir de la seule véritable liberté, voulez vous rendre esclaves de la volonté des autres; qui, soutenus et protégés par le secours des autres, tâchez de traverser la mer immense qui sépare le temps de l’éternité : sachez, et ne l’oubliez jamais, que vous avez choisi le chemin le plus court et le plus sûr, quoique le plus difficile et le plus raboteux, et qu’en le suivant, vous ne pouvez vous égarer qu’autant que vous vous laisseriez aller à prendre confiance en votre propre jugement, et que vous refuseriez de vous laisser conduire par vos supérieurs. En effet, ils sont tous parvenus au but heureux qu’ils se proposaient, ceux qui, dans les choses bonnes, religieuses et agréables à Dieu, ont été dirigés par les lumières et la sagesse de leurs directeurs : car l’obéissance consiste essentiellement, en toute chose, à se défier de soi-même jusqu’à la fin de la vie.
6.
 Ainsi, lorsque nous avons enfin pris la résolution de porter le joug de Jésus Christ, et de confier à un père spirituel le soin et la conduite de notre âme, nous devons, s’il nous reste tant soit peu de jugement et de sagesse, bien voir et bien peser quelles sont les lumières et la prudence de celui à qui nous allons confier une affaire d’une aussi haute importance; et, si j’ose m’exprimer ainsi, il nous faut tout employer pour connaître le directeur que nous choisissons, afin que nous n’ayons pas le malheur de tomber entre les mains d’un mauvais matelot, au lien d’un pilote expérimenté; d’un homme ignorant et malade lui-même, au lieu d’un médecin sage et prudent; d’une personne remplie de vices, au lieu d’une personne d’une vertu consommée, et d’un esclave de ses passions, au lieu de quelqu’un qui en serait parfaitement délivré : et qu’ainsi, en voulant éviter Scylla, nous ne tombions dans Charybde, et que nous ne fassions un déplorable naufrage. Au reste, une fois que nous serons entrés dans la carrière de la piété et de l’obéissance, nous devons absolument nous interdire tout jugement sur le vertueux directeur que nous aurons choisi, et ne censurer en aucune façon sa conduite, ni ses actions, quand même nous remarquerions en lui certaines imperfections et certaines chutes : hélas, nul homme sur la terre n’en est exempt ! En agissant autrement, nous ne retirerions aucun fruit de notre obéissance.
7.
 Que cette considération nous fasse comprendre combien il nous est nécessaire, pour avoir en nos directeurs une confiance parfaite et constante, de graver si profondément dans nos esprits et dans nos coeurs, les bonnes oeuvres et les vertus que nous leur voyons pratiquer; que rien ne soit capable de les effacer de notre mémoire, et que, lorsque les démons chercheraient à nous porter à nous défier des lumières et de la sagesse des directeurs qui nous conduisent, nous repoussions victorieusement cette tentation par le souvenir de leurs bonnes et saintes actions. Car nous ne pouvons révoquer en doute que nous nous portons à faire ce qui nous est ordonné, avec d’autant plus de zèle et de promptitude, que nous avons plus de confiance en celui qui est à notre tête. Aussi pouvons-nous assurer que ceux qui manquent de confiance en leurs directeurs, sont bien près de tomber, si déjà ils ne sont pas tombés, puisque “tout ce qui ne vient pas de la confiance est péché.” (Rom 14,23).
8. 
Si donc il vous vient quelques pensées de juger et de condamner votre directeur, rejetez-les avec autant d’horreur que vous devez rejeter la pensée de faire une action déshonnête avec une vierge. Cette tentation est une vipère de l’enfer, à laquelle vous devez fermer toute entrée, toute ouverture, et refuser toute place dans votre coeur. Dites avec un saint orgueil, à ce dragon : “Sache, infâme imposteur, que je n’ignore pas que ce n’est pas moi qui ai reçu le pouvoir de juger les actions de mon père spirituel, et que je sais parfaitement que c’est lui qui a le droit incontestable de juger les miennes.”
9. 
Nos anciens nous ont appris que nous trouvons des armes spirituelles dans le chant des psaumes, que les exercices de la prière sont les remparts pour nous défendre, que les larmes de la pénitence sont un bain où notre âme se purifie de ses souillures, et que, sans l’obéissance, qui est la confession du Seigneur, personne, s’il est chargé de péchés, ne pourra voir Dieu.
10. 
Celui qui est parfaitement soumis et obéissant, prononce contre lui-même; et si, pour plaire à Dieu, il obéit parfaitement, quoique ce qu’il fait ne soit pas exempt d’imperfection, il n’aura point à en rendre compte au souverain Juge. On ne peut pas en dire autant de celui qui fait sa propre volonté en quelque chose, quoiqu’il lui semble qu’il accomplit les ordres de son supérieur; car il rendra compte à Dieu de ce qu’il y a, dans son acte d’obéissance, de conforme à sa propre volonté qu’il a suivie. Si, dans cette circonstance, le supérieur du monastère ne cesse de le corriger et de le reprendre, tout n’est pas perdu pour lui; mais si malheureusement ce supérieur garde le silence, je n’ose dire ici ce que je pense.
11. 
Tous ceux qui dans le Seigneur, obéissent avec simplicité de coeur, traversent heureusement la carrière religieuse; car, elle évitant toute recherche curieuse sur les choses qui leur sont commandées, ils échappent aux ruses et aux embûches des démons.
12
. La première chose que nous avons à faire par rapport au directeur que nous avons choisi, c’est de lui faire une confession exacte de tous les péchés de notre vie, et, s’il juge à propos de nous en faite faire une confession publique, de nous soumettre à cet ordre de bon coeur; car cet aveu, soit secret, soit public, de nos fautes ne contribuera pas peu à cicatriser et à guérir les plaies qu’elles ont faites à notre âme.

Histoire d’un voleur pénitent.
13.
 Étant allé un jour dans un monastère, dont l’abbé était un juge et un pasteur excellent, j’y entendis prononcer un jugement bien terrible. Voici le fait : Pendant que j’étais dans ce monastère, il y arriva un voleur fameux, qui demandait à grands cris de pouvoir y entrer pour embrasser la vie monastique. L’abbé, comme un bon père et un bon médecin, lui ordonna de prendre sept jours pour se reposer, et pour examiner et connaître quels étaient les usages et la manière de vivre du monastère. Ce laps de temps passé, il le fit appeler en particulier auprès de lui, et lui demanda s’il désirait encore de demeurer dans le monastère et d’y vivre selon les règles de la maison. Comme il lui répondit affirmativement avec une candeur et une franchise admirables, l’abbé lui dit qu’il fallait qu’il lui fit une confession entière et bien détaillée des crimes dont il avait souillé sa vie. À peine l’abbé avait-il donné cet ordre, que le voleur s’empressa de l’exécuter; il lui déclara donc tous ses péchés avec une sincérité et une prudence étonnantes. Mais pour l’éprouver encore, l’abbé lui demanda s’il consentit à faire devant toute la communauté la confession qu’il venait de lui faire. Cet homme n’hésita pas un instant de répondre affirmativement : tant étaient vives et sincères la haine et la contrition qu’il avait de ses péchés, et tant la honte de les déclarer ainsi possédait peu son âme; il déclara même que, s’il le fallait, il les proclamerait au milieu d’Alexandrie. Le saint abbé, en voyant d’aussi heureuses dispositions, assembla tous les moines dans l’église du monastère. Ils étaient trois cent trente, et c’était un dimanche après l’évangile. Il fit venir ce voleur, qui était déjà justifié. Il avait les mains liées derrière le dos, le corps revêtu d’un cilice effrayant, la tête couverte de cendres; quelques frères le menaient avec une corde, et d’autres le frappaient légèrement avec des verges. Comme tout le monde n’avait rien su de ce qui se passait, ce spectacle effraya tellement les religieux, qu’ils ne purent retenir leurs cris, ni comprimer leurs gémissements. Quand il fut arrivé à la porte de l’église, le supérieur, plein de zèle et de sagesse, lui dit d’une voix forte et terrible : “Arrêtez-vous, car vous êtes indigne d’entrer dans la maison de Dieu.” Ces paroles, sorties de la bouche de ce prudent directeur, qui était dans le lieu saint, frappèrent ce voleur d’une si grande terreur, qu’il ne crut pas avoir entendu une voix humaine, mais un violent coup de tonnerre, et que saisi de crainte et d’horreur, il tomba le visage contre terre : c’est ce que lui-même nous a plusieurs fois assuré avec serment. Or tandis que ce voleur pénitent était ainsi prosterné, et qu’il arrosait le pavé d’un torrent de larmes, l’abbé, qui dans cette action ne cherchait que le salut de ce malheureux, et qui voulait aussi présenter à ses moines un modèle efficace d’une profonde et salutaire humilité, lui dit et lui commanda de déclarer avec ordre, en détail et devant tout le monde, les crimes qu’il avait commis et les fautes qu’il avait faites; ce que cet excellent pénitent fit en frissonnant, et en causant à ceux qui l’entendaient confesser des crimes horribles et inouïs, un étonnement et une terreur inexprimables : car il confessa non seulement les péchés qu’il avait commis en violant les lois ordinaires de la nature et en portant la brutalité au delà des créatures raisonnables, mais encore des empoisonnements, des homicides et d’autres attentats si exécrables, qu’il n’est pas permis aux oreilles de les entendre, ni à la plume de les transcrire. Quand il eut achevé, l’abbé ordonna qu’on lui coupât les cheveux et qu’on le reçoive au nombre des frères.
14. Plein d’admiration pour la sagesse de ce saint homme, j’osai lui demander en particulier quelles étaient les raisons qui l’avaient engagé à donner à ses moines un spectacle si extraordinaire. Or voici la réponse que me fit cet excellent médecin des âmes : “J’en ai agi de le sorte, me dit-il, pour deux raisons principales. La première, afin que ce pénitent, par la honte temporelle et passagère qu’il éprouverait en confessant publiquement ses péchés, se préservât de la confusion future et éternelle; et c’est ce qui lui est heureusement arrivé, car il n’était pas encore relevé de terre, que déjà Dieu lui avait généreusement pardonné tous ses crimes; et vous ne devez point en douter, mon cher abbé Jean, car un de nos moine qui était présent et très attentif, m’a certifié qu’il avait vu un homme d’un aspect terrible, lequel, d’une main, tenait un papier écrit, et de l’autre, une plume avec laquelle il effaçait sur le papier chaque péché, à mesure que ce pénitent, prosterné par terre, en faisait la confession. Eh certes ! Cela ne doit point nous surprendre, car n’est-il pas écrit : “Aussitôt, ô mon Dieu, que j’ai pris la résolution de confesser mes iniquités devant vous et contre moi-même, vous m’avez pardonné la noirceur et l’impiété de mes péchés” (Ps 31,5). La seconde raison que j’ai eue de me conduire de la sorte, c’est qu’ayant dans ma communauté quelques moines qui n’ont point encore fait la confession de leurs fautes, j’ai voulu profiter de cette circonstance pour les engager à la faire; car, sans la confession, personne ne peut obtenir le pardon de ses péchés.”
Autres traits de vertu
15.
 Mais, outre ce que je viens de raconter, j’ai vu dans cet illustre abbé, et dans le monastère qu’il dirigeait avec tant de prudence et de sagesse, plusieurs autres choses qui m’ont ravi d’admiration et d’étonnement, et qui méritent d’être rappelées. Je tâcherai au moins de faire connaître les principales; car je suis demeuré assez longtemps dans cette maison, pour m’instruire exactement de la vie, de la discipline et de la conduite des moines qui l’habitaient; et je vous assure qu’en considérant avec quelle ardeur ces faibles mortels faisaient des efforts pour imiter la vie et la perfection des intelligences célestes, j’en étais hors de moi-même, et mon étonnement était sans bornes.
16.
 Une sainte amitié les tenait étroitement unis, leur charité les uns pour les autres les liait tous par des chaînes indissolubles; et ce qui me ravissait, c’est que leur affection était exempte de toute familiarité et de toute légèreté, soit dans leurs rapports les uns avec les autres, soit dans leurs conversations. Ils avaient surtout le plus grand soin de ne blesser en rien la conscience de leurs frères. Si quelquefois il arrivait qu’un frère laissât paraître quelque aversion pour un autre frère, l’abbé en purgeait de suite le monastère, et l’envoyait en exil dans une autre maison, comme un misérable. Or voici ce qui arriva sous mes yeux : Un jour un moine dit quelques paroles injurieuses à un autre; aussitôt que le saint abbé l’eut appris, il ordonna qu’on le chassât du monastère, en disant qu’on ne pouvait pas souffrir deux démons dans la même maison : un, qui était visible, et un autre, qui était invisible, c’est-à-dire un démon réel, et un homme qui était semblable à un démon.
17.
 Parmi ces respectables moines, j’ai vu des choses qui peuvent également nous être utiles et nous frapper d’admiration : par exemple, je remarquai une société de frères, formée par l’esprit de Dieu, et fortifiée par la plus parfaite charité. Ils avaient en partage, ce qu’il y a de plus excellent, soit dans l’action, soit dans la contemplation; ils se livraient avec tant d’ardeur aux exercices de la vie religieuse, qu’ils n’avaient presque plus besoin des avis ni des conseils de leur supérieur : tant ils s’excitaient les uns les autres à une ferveur, à une diligence presque divines. Ils avaient concerté, réglé et déterminé certaines pratiques de piété, toutes particulières; ainsi par exemple, si pendant l’absence de l’abbé, il arrivait à quelqu’un d’eux de parler d’un autre d’une manière peu convenable, ou de le condamner par un jugement inconsidéré, ou de dire quelques paroles inutiles, aussitôt un frère, par un signe secret, l’avertissait de sa faute, et le faisait rentrer dans le devoir; et si ce moine paraissait ne pas comprendre, ou ne pas voir ce signe, alors celui qui l’avertissait, devait se prosterner et se retirer. Dans les moments de récréation, la pensée de la mort et du jugement était le sujet ordinaire et habituel de leurs conversations.
18.
 Il m’est impossible ici de ne pas vous parler de la vertu rare et singulière du frère qui était chargé de préparer les mets. Comme dans les occupations tumultueuses de sa charge je le voyais d’un recueillement admirable, et tout baigné de larmes, je le priai de ne pas trouver mauvais que je lui demandasse de quelle manière il avait obtenu de Dieu une si grande faveur. Vaincu par mes instances continuelles, il me fit enfin cette réponse : “C’est, me dit-il, parce que dans ma charge, je n’ai jamais cru servir les hommes, mais Dieu même; que je me suis jugé indigne de tout repos, et de toute tranquillité, et qu’en voyant toujours devant moi le feu matériel, cette vue me rappelle sans cesse le souvenir des flammes éternelles.”
19.
 Considérons encore une autre pratique de piété non moins rare ni moins étonnante. À table même, ces fervents moine n’interrompaient pas leurs saintes méditations et par des signes particuliers, ils s’avertissaient les uns les autres de se renouveler dans l’esprit de prière et d’oraison; et ce n’était pas seulement dans cette occasion qu’ils en agissaient de la sorte, mais toutes les fois qu’ils se rencontraient, ou se réunissaient.
20. Leur charité les uns pour les autres était admirable; car, s’il arrivait à l’un d’eux de faire quelque faute, ou quelque manquement, les autres allaient le trouver pour lui demander avec instance de se décharger sur eux du soin et de la peine de rendre compte au supérieur de cette faiblesse, et d’en recevoir la réprimande et la punition. De là il arrivait que l’abbé connaissait quels étaient les sentiments de charité qui régnaient dans les coeurs de ses moines, et que, ne pouvant pas ignorer que le coupable n’était pas parmi ceux qui se présentaient devant lui, il les reprenait avec moins de sévérité et les punissait avec moins de rigueur; souvent même il ne se mettait point en peine de chercher à connaître quel était celui qui avait fait la faute.
21. Du reste les entendait-on jamais s’entretenir de discours vains, ridicules et facétieux ? S’il arrivait que quelqu’un eut quelque légère contestation avec un frère, un autre frère, qui se trouvait présent, en se prosternant contre terre, mettait fin de suite à la question; que si ce moyen ne réussissait pas, et ne faisait pas cesser toute aigreur et tout ressentiment, on avertissait le père qui remplaçait l’abbé, afin qu’il prit les moyens efficaces pour procurer une réconciliation parfaite avant le coucher du soleil. Enfin, si ce dernier moyen était inutile, et que le coeur des frères, qui s’étaient offensés, demeurât inflexible, on leur interdisait toute nourriture jusqu’à ce qu’ils se fussent parfaitement réconciliés; et quelquefois même on chassait impitoyablement ces moines opiniâtres du monastère et de la société des frères.
22. 
Or cette discipline, si régulière et si louable, n’était pas stérile, comme on peut en juger : elle produisait de grands biens et procurait de grands avantages; car la plupart des frères faisaient les plus grands progrès et dans la vie active et dans la vie contemplative, et, remplis de lumière et de discernement, ils étaient d’une modestie parfaite et d’une humilité profonde. Aussi voyait-on dans ce monastère un spectacle tout céleste, et bien capable d’exciter la plus grande admiration. On voyait des vieillards, sur le visage de qui éclatait une majesté vénérable, accourir, comme de simples enfants, pour recevoir les ordres du supérieur, et faire consister toute leur gloire et tout leur bonheur à les exécuter avec une scrupuleuse exactitude et une soumission entière.
23.
 Pénétré de respect pour des moines qui avaient passé jusqu’à cinquante ans dans les exercices constants de l’obéissance, je ne puis un jour m’empêcher de leur demander de quelle consolation ils avaient joui dans la pratique si pénible et, si gênante de cette vertu. Or, les uns me répondirent que par la pratique de l’obéissance ils étaient descendus si avant dans l’humilité, qu’ils avaient été heureusement exempts de tout autre combat, et qu’ils avaient continuellement goûté les douceurs d’une paix profonde; et les autres m’avouèrent que par là ils avaient eu le bonheur d’en venir au point de ne pas éprouver la moindre peine ni le moindre trouble au milieu des injures et des outrages.
24.
 Parmi ces hommes respectables et dignes d’une éternelle mémoire, j’ai encore remarqué certains vieillards dont la tête était blanchie par les années, et qui ressemblaient plutôt à des anges qu’à des hommes. Or, ces vieillards, conduits et dirigés par l’esprit de Dieu, sanctifiés par les efforts continuels de leur bonne volonté, étaient arrivés au plus haut degré d’innocence, de simplicité et de sagesse; car, alors que les fourbes présentent deux faces : une qui paraît et qu’on peut voir, et une autre qui est cachée et invisible, l’homme ami de la simplicité ne présente, lui, qu’une seule et même face, et se manifeste tel qu’il est. Ces vieillards étaient encore bien loin d’annoncer l’affaiblissement de la raison et de montrer la moindre chose qui portât le caractère de cette puérile légèreté qui fait que, dans le siècle, les vieillards se font si souvent mépriser. Aussi ne voyait-on en eux qu’une douceur charmante, une bonté ravissante et une gaieté pleine de gravité; on ne remarquait rien dans leur conduite ni dans leurs conversations, qui soit dissimulé, étudié, faux, ou peu sincère; chose qu’il est bien rare de trouver parmi les hommes. Leur sainte âme n’avait qu’une seule ambition, c’était de se reposer en Dieu et d’obéir à leur supérieur; c’est pourquoi, tandis qu’à l’égard de leur abbé, ils étaient comme de petits enfants sans malice et sans fraude, ils étaient pleins de vigueur et de courage contre les démons et les vices, et les poursuivaient les uns et les autres avec une espèce de fureur.
25. Mais, hélas, père saint, et vous troupeau fidèle si chéri de Dieu, ma vie entière ne suffirait pas, si je voulais raconter ici toutes les vertus et les actions vraiment célestes de ces moines; cependant j’estime comme très important de vous retracer leurs travaux et leurs sueurs: cette vue sera bien plus capable d’enflammer vos coeurs d’une noble ardeur pour le ciel, que les instructions que je vous donnerais, et les exhortations que je vous adresserais. Au reste, tout le monde sait que souvent les choses défectueuses sont corrigées par celles qui sont plus parfaites. Ce que je vous conjure de m’accorder, c’est de croire que tout ce que je vous raconte ici, ne contient ni fable ni fiction, mais que c’est le langage de la plus exacte vérité : car je sais que le doute seul qu’on a sur la vérité d’un fait, suffit pour empêcher qu’on en retire des fruits et des avantages. Reprenons le cours de notre discours.
Histoire d’Isidore.
26.
 Dans le temps que j’étais dans ce monastère, j’y rencontrai un homme de qualité, qu’on appelait Isidore. Il avait été un des principaux magistrats d’Alexandrie; mais ayant généreusement renoncé aux affaires du siècle, dans la gestion desquelles il s’était fait un grand nom et une brillante réputation, il s’était retiré dans cette maison religieuse. Le saint abbé qui le reçut, connut de suite que toute la vivacité de son esprit et toute l’ardeur de son coeur étaient portées vers le mal; qu’il était violent, impitoyable, arrogant et plein de lui-même. Mais la sagesse et la prudence de cet excellent supérieur lui firent rompre les pièges dans lesquels les démons tenaient cet homme captif; et voici de quelle manière il s’y prit : “Isidore, lui dit-il, si vous avez pris la ferme résolution de porter le joug de Jésus Christ, je veux avant toute chose que vous vous exerciez dans la pratique de l’obéissance.” À quoi Isidore répondit : “Mon très saint Père, je me donne à vous pour vous être aussi soumis que le fer l’est au forgeron.” Cette réponse satisfit et encouragea l’abbé, qui, charmé de la comparaison dont il s’était servi, le mit de suite comme sur l’enclume. “Eh bien, mon cher frère, lui dit l’abbé, je juge à propos et je vous ordonne de vous tenir à la porte du monastère, de vous mettre à genoux devant tous ceux qui entreront ou qui sortiront, et de leur dire : Mon Père, priez pour moi, car je ne suis qu’un épileptique spirituel.” Isidore obéit à l’abbé avec la même soumission et la même exactitude que les anges obéissent à Dieu. Ce fut ainsi qu’il passa sept années consécutives. Or, après qu’il eut passé ce temps dans ce dur et pénible exercice, et qu’il eut acquit, une obéissance parfaite, une humilité profonde et une vive componction de ses péchés, l’abbé, dans sa haute sagesse, jugea que par ces vertus solides cet homme était digne d’être reçu au nombre des frères et d’entrer dans les ordres sacrés; mais Isidore, qui, pendant tout ce temps avait pratiqué une patience si extraordinaire et une soumission si généreuse, fit tant d’instances, soit par lui-même, soit par les autres, soit par moi-même, pour qu’on lui permît d’achever sa carrière dans ce même lieu et dans les mêmes exercices, laissant assez à comprendre qu’il croyait n’avoir pas fort longtemps à vivre, et qu’il était sur le point de sortir de ce monde, ainsi que l’apprit l’événement, que l’abbé lui accorda ce qu’il demandait avec tant de zèle et d’ardeur. Mais dix jours après, cet illustre pénitent alla prendre possession de la gloire éternelle qu’il avait méritée par le mépris parfait qu’il avait eu pour la gloire temporelle; et sept jours après sa mort, conformément à la parole qu’il lui avait donnée, il attira dans le ciel le portier du monastère : car il lui avait dit quelques jours avant de mourir : “Si j’ai quelque pouvoir auprès de Dieu dans le ciel, nous serons bientôt réunis ensemble auprès de Lui, pour ne nous séparer jamais.” Or tout cela arriva de la sorte, parce que le Seigneur voulut, d’une manière sensible et frappante, faire connaître l’excellence et le mérite de l’obéissance par laquelle il n’avait pas eu honte de faire exactement et de grand coeur les choses basses et humiliantes qu’on lui avait ordonnées, et de son humilité profonde, par laquelle il avait si parfaitement imité le Fils de Dieu.
27. Or, pendant qu’Isidore vivait ainsi à la porte du monastère, je me permis un jour de lui demander quelles étaient les pensées qui remplissaient son esprit, et les sentiments qui agitaient son coeur. Comme il vit qu’en me répondant, il contribuerait à mon salut, et me serait de quelque utilité, il n’hésita pas de me faire la réponse suivante La première année, me dit-il, je me suis continuellement représenté que c’étaient mes péchés qui m’avaient ainsi vendu et rendu esclave. Cette considération me navrait le coeur d’amertume et de douleur, et me portait à me faire violence pour accomplir les ordres qu’on m’avait donnés; c’est pourquoi, en me prosternant aux pieds de mes frères, je les arrosais de mes larmes, et quelquefois de mon sang. Après cette première année, je conçus l’espérance que Dieu récompenserait et ma soumission et ma patience; ce qui fut cause que je fis sans peine ma pénitence. Enfin les cinq dernières années je ne sentis en moi-même qu’un vif sentiment de mon indignité, qui me faisait juger indigne, non seulement d’entrer dans le monastère, mais de demeurer même où j’étais; de jouir de la présence et de la conversation des frères; d’être admis à la participation des saints mystères, et même d’être regardé par quelque personne que ce fût. C’est pourquoi, tenant mes yeux et plus encore mon esprit et mon coeur abaissés vers la terre, je conjurais ceux qui entraient ou qui sortaient, de prier Dieu pour moi.”
Histoire de Laurent
28. 
Un jour que j’étais à table auprès du supérieur, il se pencha tout doucement vers moi et me dit à l’oreille : “Voulez- vous que dans un vieillard d’une extrême vieillesse je vous fasse voir une raison et une sagesse toute célestes ?” Comme je lui fis signe que je le désirais et le lui demandais, il appela un bon père nommé Laurent; il était placé à une autre table. Ce respectable moine avait déjà passé quarante-huit ans dans le monastère; c’était le second prêtre en dignité dans l’église de la communauté. Il se rendit aussitôt auprès de son supérieur, se mit à genoux, selon la coutume de la maison, pour recevoir sa bénédiction; puis il se leva pour prendre ses ordres, mais l’abbé ne lui dit rien, et le laissa debout devant la table, sans lui rien donner à manger. Or tout cela se faisait au commencement du repas. Enfin il demeura près d’une heure au moins, immobile et sans mouvement; ce qui me causait une telle confusion, que je n’osais regarder ce bon père tout blanc de vieillesse : car il avait quatre-vingts ans. Il resta donc en cet état jusqu’à la fin du repas, sans que l’abbé lui dit un seul mot. Quand le repas fut fini, son supérieur lui commanda d’aller trouver Isidore, ce grand pénitent dont nous avons parlé, et de lui réciter ce paroles du psalmiste : “J’ai attendu longtemps le Seigneur, et je ne me suis point lassé de l’attendre.” (Ps 39).
29. Or, comme je suis très malicieux, je ne manquais pas de chercher l’occasion de parler à ce vénérable vieillard, pour lui demander à quoi il pensait pendant qu’il était ainsi debout devant la table. “Je regardais, me répondit-il, Jésus Christ dans la personne de mon supérieur; aussi ne considérais-je pas le commandement qui m’était imposé comme venant d’un homme, mais comme venant de Dieu; c’est pourquoi, mon cher père Jean, j’étais bien loin de croire que j’étais debout auprès d’une table, autour de laquelle étaient assis de simples mortels; mais me figurant être devant l’autel du Seigneur, je Lui adressais, selon mon pouvoir, de ferventes prières; et je peux vous assurer qu’il ne m’est pas même venu dans l’esprit une mauvaise pensée contre mon supérieur, tant est grande la confiance que j’ai en lui, et tant est forte l’affection que je lui porte; car, ajouta-t-il, “l’amour ne pense mal de personne” (1 Cor 13). Au reste, mon Père, sachez bien que le démon ne trouve plus d’issue pour entrer dans un coeur qui s’est dévoué et consacré entièrement à la simplicité, à l’innocence et à la bonté.
Histoire d’un économe

30.
 Comme Dieu, dans sa Miséricorde et sa Justice, avait donné aux religieux de ce monastère un abbé qui en était le sage pasteur et le tendre sauveur, il lui avait accordé un économe, un administrateur admirable; car c’était un homme plein de modération et de prudence, de douceur et de patience, tel enfin qu’on trouverait peu d’hommes qui pussent lui ressembler. Or comme l’abbé voulait que l’exemple de son humilité et de sa patience servît au salut des frères, il le reprit un jour fort sévèrement, quoiqu’il fût innocent, et poussa cette sévérité, jusqu’à le chasser honteusement de l’église. Sachant de science certaine qu’il n’avait pas fait la faute, pour laquelle on le punissait avec tant de rigueur, je pris à part le supérieur pour servir d’avocat à son économe; mais ce sage directeur me répondit : “Je sais aussi bien que vous, mon Père, qu’il est innocent; mais comme il ne convient pas à un père, et que c’est une chose condamnable d’ôter à son enfant qui a faim le morceau de pain qu’il va manger, de même un père spirituel se rend à lui-même et à son inférieur un bien mauvais service, s’il ne cherche pas à tout moment à lui procurer de nouveaux mérites et de nouvelles couronnes, soit en lui faisant des reproches et lui présentant des humiliations, soit en le couvrant de mépris, et lui fournissant des mortifications, soit enfin en l’exerçant dans des railleries et des blâmes, selon néanmoins qu’il le sait capable de tout supporter avec patience et résignation; car autrement cet inférieur se trouve privé de trois grands avantages : le premier, c’est qu’il ne mérite pas la récompense d’une correction charitable soufferte avec patience, le second, ses frères sont privés des bons effets que son exemple produirait dans eux; enfin le troisième, et c’est ici le plus grand mal qui puisse arriver, les inférieurs perdent peu à peu la douceur et la patience, car il arrive souvent que ceux-là mêmes qui, dans leurs travaux spirituels et dans les humiliations, paraissaient être vraiment des hommes de patience, s’ils ne sont pas exercés, repris et humiliés de temps en temps par leur supérieur, qui les regarde pour des gens vertueux et parfaits, tombent bien vite dans un funeste relâchement; et leur âme, quoiqu’elle soit une terre bonne, grasse et fertile, si elle n’est pas arrosée souvent par l’eau de l’humiliation, perd bien vite et bien facilement son heureuse fertilité, et finit ordinairement par ne plus produire que les ronces, et les épines de l’orgueil, du dérèglement des moeurs et d’une confiance présomptueuse, laquelle chasse toute crainte de Dieu. C’était ce que n’ignorait pas le grand Apôtre, lorsqu’il donnait cet avis à son cher Timothée : “Pressez les fidèles, lui disait-il, à temps et à contretemps.” (2 Tim 4,2).
31. À toutes ces raisons, je répliquais qu’il pourrait arriver par des circonstances malheureuses, mais surtout par la faiblesse de la nature humaine, qu’il y en aurait plusieurs qui, se voyant repris sans raison, et même avec raison, abandonneraient le monastère; mais la réponse de ce trésor de sagesse ne se fit pas attendre : “Une âme, répartit-il, que Jésus Christ a liée avec son pasteur par les chaînes de l’amour et de la foi, conservera invariablement cette sainte union : elle préférerait plutôt répandre tout son sang que de la rompre jamais, surtout si Dieu s’est servi de lui pour la guérir des plaies que le péché lui avait faites; car elle se souvient de ce qui est écrit : “Ni les anges, ni les principautés, ni aucune autre créature, ne pourront nous séparer de l’amour de Dieu, qui est notre Seigneur Jésus Christ” (Rom 8.38-39); et si cette âme n’est pas liée, attachée et unie inséparablement avec son directeur, je ne peux sûrement pas concevoir comment elle peut, d’une manière utile, demeurer dans un lieu où rien ne la retient qu’une obéissance fausse et trompeuse.” Certes, il faut avouer que ce grand homme ne se trompait pas, puisque, par les moyens dont il s’est servi, il a si heureusement dirigé et conduit, offert et consacré à Jésus Christ, un grand nombre d’âmes, qui ont été comme des hosties vivantes.

Histoire d’Abbacyre
32. Consultons donc la Sagesse de Dieu, elle se trouve même dans des vases d’argile; c’est ce qui doit nous frapper du plus grand étonnement. C’est la résolution que me fit prendre la conduite de quelques jeunes religieux, car j’étais hors de moi-même, en voyant avec quelle vivacité de foi, avec quelle constance, avec quelle patience et quelle force d’âme ils souffraient d’être repris, mortifiés et méprisés, non seulement par leur supérieur, mais encore par des frères qui étaient bien au dessous de lui. Il y avait dans le monastère un frère qui fixait mes regards d’une manière toute particulière; il s’appelait Abbacyre, et il y avait déjà passé quinze ans. Or je m’aperçus qu’il était presque partout maltraité par tous les moines, et qu’il n’y avait pas de jour où ceux qui servaient à table, ne le chassassent du réfectoire, parce qu’il était naturellement porté à parler. Je cherchai l’occasion de lui parler; et l’ayant rencontrée, je lui demandai instamment de me dire pour quelles raisons on le chassait ainsi du réfectoire, et qu’on l’envoyait dormir, sans avoir rien mangé à souper. “Croyez-moi, mon père, me répondit-il avec simplicité, les moines ne me traitent ainsi que pour connaître mes dispositions intérieures et pour savoir si je serai propre à mener une vie solitaire; ce n’est donc point avec sévérité, mais dans le désir charitable de m’éprouver, qu’ils en agissent de la sorte. C’est pourquoi connaissant parfaitement les pieuses intentions de notre excellent supérieur et des autres pères, je souffre tout avec joie et plaisir. Voilà quinze ans que je suis au monastère, et qu’on me traite comme vous voyez. Lorsque je suis entré dans cette maison, les pères ne m’ont pas caché qu’on y éprouve pendant trente ans ceux qui ont renoncé au monde; et certes, mon cher père Jean, ce n’est pas sans de bonnes raisons qu’on tient cette conduite : car n’est-ce pas dans le creuset et dans le feu, qu’il faut faire passer l’or pour le polir et l’épurer ?”
33.
 Ce courageux Abbacyre vécut encore deux ans, pendant mon séjour dans cette communauté; et comme il était sur le point de partir de ce monde, il dit aux frères qui entouraient son lit de mort : “Je vous remercie, mes frères, et je rends grâce à Dieu, de m’avoir traité comme vous avez fait; car voilà dix-sept ans que vous m’avez mis par là à l’abri des épreuves et des tentations des démons.” Ces paroles firent une si vive impression sur l’esprit de l’abbé, ce juste appréciateur des vertus de ses frères, qu’il mit Abbacyre au nombre des confesseurs, et fit placer son corps auprès de ceux des saints pères qui reposent dans l’intérieur du monastère.

Histoire de Macédonius
34. Je ferais une peine réelle à tous ceux qui ont du zèle et de l’amour pour la pratique de la vertu, si je ne disais rien ici des saints exercices et des grands travaux de Macédonius, premier diacre de ce monastère. Ce grand serviteur de Dieu, si favorisé de son divin Maître, demanda à l’abbé, deux jours avant la solennité des Rois, que les Grecs appellent Théophanie, la permission d’aller à Alexandrie pour des affaires importantes qui exigeaient nécessairement ce voyage. La permission lui fut accordée, mais à la condition expresse d’être de retour au monastère pour préparer tout ce qui était nécessaire pour la solennité. Mais le démon, ennemi juré de la vertu, fit naître tant d’obstacles, que Macédonius ne put revenir au temps fixé; il n’arriva que le lendemain de la fête. Pour le punir de sa désobéissance, l’abbé le suspendit de ses fonctions, et le condamna à vivre parmi les novices. Or ce saint diacre, grand par sa patience, mais plus grand encore par son humilité constante, reçut cet ordre et accepta cette pénitence avec le même calme et la même tranquillité d’esprit, que s’il n’eût pas été question de lui même. Après avoir passé quarante jours parmi les novices, l’abbé voulut lui rendre sa charge et ses honorables fonctions; mais le lendemain, que l’abbé l’avait rétabli dans sa dignité, il alla trouver son supérieur, pour le prier avec instance de vouloir bien le laisser dans ce état d’humilité et de pénitence, et de le laisser vivre jusqu’à la fin de sa vie au milieu des jeunes frères. Pour obtenir cette grâce, il l’assurait qu’il avait eu le malheur de commettre, à son voyage, une faute qui le rendait absolument indigne de pardon. Cependant, quoique le saint abbé sût parfaitement qu’il n’en était rien, et que son diacre n’alléguait ce prétexte qu’afin de pouvoir demeurer dans l’état d’abaissement où il était, il céda au désir si louable, de sa ferveur et de son humilité. On vit donc au milieu des jeunes moines, un homme vénérable par sa dignité et par son âge, leur demander le secours et l’assistance de leurs prières, afin, leur disait-il, d’obtenir de Dieu le pardon de l’exécrable désobéissance dont il s’était rendu coupable à Alexandrie. Ce saint diacre, tout indigne que j’en fusse, daigna m’apprendre un jour la raison particulière qui lui avait tant fait désirer de rester dans cet état humiliant. “Jamais, me dit-il, je ne me suis vu moins attaqué par les troubles intérieurs, ni moins agité par les travaux de la guerre spirituelle que nous faisons au démon, et jamais je n’ai goûté si délicieusement les douceurs abondantes de la lumière céleste, que depuis que je suis dans les exercices de cette pénitence.
Histoire de l’économe du monastère

35.
 Le propre des anges, ajouta-t-il, c’est de n’être plus exposés à faire des chutes, et même, ainsi que quelques docteurs l’enseignent, de ne pouvoir tomber; le propre des hommes est de faire des fautes mais par la grâce de Dieu ils peuvent s’en relever toutes les fois que ce malheur leur arrive. Les démons, au contraire, sont tombés pour ne jamais pouvoir se relever de leur chute.” Voici encore ce que me raconta l’économe de ce monastère célèbre. “Lorsque, me dit-il, j’étais jeune, et que j’étais chargé de prendre soin des animaux de la maison, j’eus le malheur de faire une faute énorme; mais, comme je m’étais accoutumé à ne jamais tenir caché dans mon coeur le serpent qui s’y était glissé, je pris celui-ci par la queue, aussitôt que je le sentis, et le montrai au médecin spirituel de mon âme; je lui découvris donc de suite la méchante action dont je m’étais rendu coupable. Me regardant avec un visage riant et me donnant un léger soufflet, il m’adressa ses paroles : Allez, mon fils, continuez vos exercices ordinaires comme auparavant, et ne craignez rien. Je me confiai entièrement à sa parole; et quelques jours après, je fus assuré de ma guérison, et je marchai dans les voies de Dieu avec une grande joie, mais néanmoins avec crainte et tremblement.”
36. Quelques docteurs, ont sagement observé que, comme il y a certaines différences essentielles dans toutes les créatures auxquelles Dieu a donné l’existence, de même dans les maisons religieuses, nous voyons différentes manières de marcher et de s’avancer dans la carrière et dans la pratique de la vertu, et diverses inclinations mauvaises qu’il faut combattre et mortifier. C’est ainsi que le sage médecin qui présidait à ce monastère, s’étant aperçu que quelques-uns de ses moines se plaisaient par ostentation et par vanité, à paraître devant les séculiers, lorsque ceux-ci venaient au monastère, les humiliait sévèrement en leur présence, tantôt en leur commandant ce qu’il y avait de plus bas et de plus méprisable tantôt en leur faisant les reproches les plus ignominieux de sorte que ces moines furent obligés, pour éviter cet affront, de se cacher dès qu’ils voyaient entrer les gens du monde. Or cette conduite produisait un effet vraiment étonnant, car elle faisait que la vaine gloire poursuivait la vaine gloire, et empêchait ces moines de se donner en spectacle aux autres.
Histoire de saint Ménas.
37. 
Comme Dieu, par une grâce insigne, ne voulut pas me priver du secours des prières d’un saint père qui était dans ce monastère, il l’appela à lui sept jours avant mon départ. Ce saint homme s’appelait Ménas. Il avait passé cinquante-neuf ans dans cette maison, et avait successivement exercé toutes les charges qui y étaient établies, il était alors le premier, après l’abbé. Or le troisième jour après sa mort, tandis que nous célébrions ses funérailles et que nous faisions les prières accoutumées, le lieu où était son saint corps se trouva tout-à-coup parfumé d’une douce et suave odeur. L’abbé, qui était présent, nous ordonna d’ouvrir le cercueil, et nous vîmes tous que, de ses pieds vénérables, il sortait comme deux sources d’une huile odoriférante. Alors cet excellent maître dans les voies religieuses nous adressa ces paroles : “Vous êtes tous témoins, nous dit-il, de ce miracle; mais sachez que ses travaux et ses sueurs ont été un parfum délicieux et agréable à Dieu.” 38.
 Il avait bien raison; car les pères se mirent à raconter quelques excellentes actions de ce saint homme, et, entre autres, qu’un jour l’abbé avait bien mis à l’épreuve sa patience toute céleste. Voici le fait : Revenant un soir du dehors, il était allé se prosterner aux pieds de l’abbé, afin de lui demander, selon l’usage, qu’il lui donnât sa bénédiction; mais l’abbé le laissa ainsi prosterné jusqu’à l’heure de l’office, qu’il le bénit et lui permit de se relever. Après quoi il lui fit des reproches très sévères sur son ostentation, sa vanité et son peu de douceur et de patience. Or l’abbé ne se conduisit de la sorte que parce qu’il savait avec combien de courage et de générosité ce saint vieillard souffrirait cette humiliante mortification, et combien son exemple servirait à l’édification des autres. C’est ce que m’assura en particulier un des disciples de ce saint moine, et il m’ajouta que lui ayant demandé un jour avec beaucoup d’instance de lui dire si, pendant qu’il était ainsi prosterné aux pieds de l’abbé, il ne s’était pas laissé aller au sommeil; il lui avait répondu naïvement que non, mais qu’il avait récité tout le psautier.
39. Je ne ferai pas la faute de ne pas orner ici mon discours par le récit d’un fait qui le fera briller comme une émeraude fait briller une couronne. Il arriva que, tandis que je vivais au milieu des illustres pères de ce monastère, la conversation tomba sur la vie des anachorètes; or ils me dirent avec un visage plein de douceur et de bienveillance : “Quant à nous, cher père Jean, étant aussi grossiers et aussi peu spirituels que nous le sommes, nous avons cru ne devoir embrasser que la vie qui nous convenait le mieux. C’est pourquoi nous n’avons entrepris qu’une guerre proportionnée à notre faiblesse, et nous avons jugé qu’il était plus avantageux pour nous de n’avoir à combattre que contre des hommes qui s’emportent et s’aigrissent, à la vérité, mais qui reviennent et s’adoucissent, que contre les démons, qui sont toujours en fureur et armés contre le genre humain.”
40. Or parmi ces hommes d’une éternelle mémoire, il y en avait un qui m’aimait beaucoup en Dieu, et qui me parlait avec une grande liberté. Il me dit donc un jour, avec une affection toute particulière : “Si vous, mon père, qui êtes si sage, éprouvez la force de celui qui, dans le ravissement de son coeur, s’écriait : Je peux tout en celui qui me fortifie (Phil 4.13); si l’Esprit saint est descendu en vous comme une rosée de grâces et de pureté, ainsi qu’il descendit autrefois dans la très sainte Vierge, et si la force du Très-Haut vous environne par la patience, ceignez vos reins, à l’exemple de l’Homme-Dieu, d’un linge blanc, qui est l’obéissance, et comme Lui, levez-vous de table, c’est-à-dire sortez de la solitude; afin de laver les pieds de vos frères dans l’eau pure de la componction et de la pénitence, ou plutôt jetez-vous à leurs pieds dans les sentiments de l’humilité la plus profonde; mettez à la porte de votre coeur des gardes qui ne s’endorment jamais, et qui ne soient jamais de connivence avec vos ennemis; arrêtez l’instabilité et la légèreté de votre esprit, en le fixant invariablement, malgré les distractions et la dissipation que lui causent sans cesse et l’agitation des affaires et les importunités des sens; conservez un repos parfait au milieu des mouvements et des soins dont la vie est continuellement agitée. Ici-bas; et, ce qui est encore plus rare, plus difficile et plus admirable, demeurez ferme et immobile dans le sein des troubles et des tempêtes qui se succèdent sans cesse. Liez votre langue par les chaînes d’un silence parfait, et empêchez-la de tomber dans des disputes hardies et dans des contradictions audacieuses; combattez soixante et dix sept fois le jour contre cette souveraine impérieuse et tyrannique; portez la croix de Jésus Christ dans votre coeur, et comme on enchâsse une enclume dans du bois, enchâssez de même votre esprit dans elle, de sorte qu’il soit capable de résister à tous les coups, à toutes les tentations, à tous les affronts, à toutes les calomnies, à toutes les railleries et à toutes les injustices qui pourront vous arriver, de manière à n’en être jamais ni blessé, ni offensé, ni agité, ni affligé, ni découragé, ni abattu, mais à persévérer immuablement dans la paix et dans le calme. Dépouillez-vous de votre volonté, comme d’un vêtement d’ignominie, et entrez ainsi tout nu dans la carrière céleste; et ce qui est certainement bien rare et bien difficile, soyez d’une confiance entière et inébranlable dans celui qui doit et veut vous couronner après la victoire, et qu’elle soit telle qu’elle ne puisse être pénétrée ni par les flèches du doute ni par les traits de la défiance. Mortifiez exactement vos sens par les austérités de la tempérance, et prenez bien garde que vous n’ayez à souffrir cruellement de leur fureur audacieuse et insolente. Servez-vous avantageusement de la méditation de la mort pour combattre et vaincre la curiosité de vos yeux, qui ne demandent sans cesse qu’à contempler la beauté des créatures sensibles. Faites en sorte de retenir l’indiscrétion et l’injustice de votre esprit, qui, tandis que vous vous livrez vous-même à la négligence la plus condamnable, vous porte à juger mal des actions et de la conduite de vos frères; et tâchez de le porter à exercer envers eux tous les devoirs d’une charité sincère. C’est par toutes ces choses qu’on pourra connaître que vous êtes véritablement disciples de Jésus Christ, selon sa parole même : “Tout le monde saura, nous dit-Il, que vous êtes mes disciples, si, dans la société qui vous réunit, vous vous aimez les uns les autres, et que vous vous témoigniez une affection mutuelle.” (Jn 13.35) “Venez, venez; oui venez ici, m’ajouta cet excellent ami, fixez parmi nous votre demeure, buvez avec nous l’eau amère des mépris et des humiliations; elle deviendra bientôt douce et salutaire. Rappelez-vous que David chercha longtemps ce qui pouvait être le plus doux et le plus agréable à l’homme, sans pouvoir le trouver; mais que s’étant demandé à lui-même quelle pouvait être cette chose, il se fit cette réponse admirable : “Qu’il est bon et agréable de vivre au milieu de ses frères !” (Ps 132,1). Si, cependant Dieu n’a pas jugé à propos de nous faire participer au bien excellent de cette patience et de cette obéissance, il nous sera du moins avantageux de reconnaître notre faiblesse et notre misère, afin que, si nous passions notre vie hors de cette carrière, nous soyons remplis d’estime pour ceux qui la parcourent, et que par nos prières, nous demandions à Dieu les grâces dont ils ont besoin pour combattre courageusement et remporter la victoire.” C’est ainsi que ce bon père, cet excellent maître dans la vie spirituelle, me convainquit par des passages et des autorités tirées de l’Évangile et des Prophètes, et par la tendre affection qu’il me témoignait, qu’il n’y avait rien de comparable à la récompense et à la couronne qu’on acquiert, en vivant sous le joug de l’obéissance. Avant de sortir de ce paradis de délices pour rentrer dans les ronces et les épines de mes paroles, lesquelles ne peuvent que vous déplaire, et ne vous être d’aucune utilité, je veux encore vous dire quelque chose des religieux de ce monastère, et des rares vertus qu’ils y pratiquaient: vous y trouverez de grands avantages spirituels.
41
. L’abbé de ce monastère ayant remarqué que pendant l’office, auquel j’ai assisté bien des fois, il y avait eu quelques frères qui s’étaient laissés aller à se dire quelques mots, leur ordonna d’un ton fort sévère de demeurer à la porte de l’église pendant tout une semaine, et de se prosterner devant tous ceux qui entreraient ou qui sortiraient, pour leur demander pardon. Or ceux qu’il condamna de la sorte, étaient des clercs; il y en avait même parmi eux qui étaient honorés du sacerdoce.
42. Je remarquai un jour que pendant le chant des psaumes il y avait un moine qui était plus attentif que les autres, qu’il avait une dévotion extraordinaire, et que, surtout au commencement des psaumes et des hymnes, il semblait extérieurement qu’il parlait à quelqu’un. Je le priai donc simplement de vouloir bien me dire pourquoi il en agissait ainsi. “C’est, me répondit-il, afin que, dès le commencement, je réunisse toutes mes pensées et toutes les facultés de mon âme pour leur adresser ces paroles. Venez toutes adorer Jésus Christ notre roi et notre Dieu, et vous prosterner à ses pieds.” (prières initiales de l’office, cf Ps 94.1).
43.
 Je fis encore une attention particulière à celui qui était chargé du réfectoire, et je vis avec étonnement qu’il portait à sa ceinture de petites tablettes, sur lesquelles il écrivait chaque jour toutes les pensées qu’il avait, afin d’en rendre un compte exact à l’abbé qui était a la tête du monastère. Or ce que celui-ci faisait, bien d’autres le faisaient aussi, et j’appris enfin que le supérieur l’avait ordonné.
44.
 Un frère, pour avoir faussement accusé un autre frère de se livrer à des paroles vaines et bouffonnes, fut impitoyablement condamné par le supérieur à être honteusement chassé du monastère, et à demeurer sept jours entiers dans le vestibule qui était à la porte de la maison, pendant lesquels il ne devait rien faire autre chose que de supplier qu’on lui permît de rentrer, et qu’on lui pardonnât la faute qu’il avait commise. Or il fit cette pénitence de si bon coeur, que l’abbé l’ayant appris, et sachant que pendant les six premiers jours il n’avait rien mangé, lui fit dire que, s’il avait un véritable désir de rentrer dans le monastère, il devait être dans la résolution de vivre dorénavant avec les pénitents; ce que ce frère, vraiment touché de l’esprit de componction, accepta très volontiers. L’abbé ordonna donc qu’on l’introduise, et qu’on le mène au lieu destiné à ceux qui pleuraient et expiaient leurs péchés; ce qui fut exécuté de suite. Mais, puisque l’occasion nous a conduit à parler de ce monastère des Pénitents, je vais vous en dire quelque chose.
45. Ce lieu était à peu près à un mille du monastère; on l’appelait communément la Prison. Toutes les consolations humaines en étaient bannies : on n’y voyait jamais du feu; l’huile et le vin n’entraient point dans la nourriture qu’on y prenait; la nourriture des pénitents était du pain et quelques légumes insipides. L’abbé envoyait dans cette triste maison tous les moines qui, après leur profession religieuse, étaient tombés dans quelque faute considérable, et ils y étaient tellement renfermés, qu’il ne leur était pas libre d’aller ailleurs ni de vivre ensemble, mais seul à seul, et le plus souvent deux à deux. Ils y demeuraient jusqu’à ce qu’il eût plu au Seigneur de faire connaître à l’abbé que leurs péchés étaient pardonnés, et qu’ils étaient réconciliés avec Dieu. Le supérieur général leur avait donné, pour supérieur particulier, un excellent homme appelé Isaïe, lequel exigeait d’eux une prière presque continuelle, et ne leur donnait presque point de relâche. Cependant, pour les empêcher de tomber dans l’abattement et l’ennui, il leur faisait distribuer une certaine quantité de feuilles de palmier, avec lesquelles ils faisaient de petites corbeilles. Telle était la vie, l’état et la discipline de ces pénitents, qui cherchaient avec ardeur à voir la face du Dieu de Jacob.
46. Il est beau d’admirer leurs travaux et leur pénitence, mais il est salutaire de les imiter; et ce serait folie et ne pas connaître la faiblesse humaine, que de vouloir incontinent marcher sur leurs traces.
47. Si donc notre conscience nous fait des reproches mérités, considérons avec douleur, les péchés que nous avons commis, jusqu’à ce qu’il plaise à Dieu de jeter un regard favorable sur la pénitence que nous faisons, sur les efforts auxquels nous fait livrer le désir violent que nous avons de nous réconcilier avec Lui, de recevoir le pardon de nos fautes, et de changer les regrets et la douleur déchirante de nos coeurs en une joie délicieuse, d’après ces paroles du roi-prophète : “Tes consolations, ô mon Dieu, ont rempli mon âme de joie, selon la multitude et la grandeur des douleurs qui ont affligé mon coeur.” (Ps 93). Rappelons encore, selon nos besoins, ces autres paroles de David : “Seigneur, qu’elles ont été grandes, nombreuses et cruelles, les afflictions dont tu m’as accablé ! mais enfin tu t’es tourné vers moi,tu m’as rendu la vie, et tu m’as retiré de l’abîme où j’étais tombé.” (Ps 70).
48. Heureux donc est celui qui, dans le dessein de plaire à Dieu, se fait violence tous les jours, et supporte avec patience et résignation les mépris et les injures ! Il participera abondamment, n’en doutons nullement, à la gloire des martyrs et à la joie des auges. Heureux le moine qui, dans sa profonde humilité, ne se regarde que comme le plus vil et le plus méprisable des hommes, et ne croit ne mériter que les humiliations et les abaissements ! Heureux celui qui a su faire mourir sa propre volonté, et s’abandonner sans réserve à la conduite du directeur que Dieu lui a donné pour père et pour maître spirituel ! sa place sera à la droite de Jésus Christ crucifié.
49. Mais remarquez bien que l’homme qui ne veut souffrir aucune correction, soit juste, soit injuste, agit directement contre les intérêts éternels de son salut; tandis que celui qui la reçoit avec patience et allégresse, obtient incontestablement le pardon de ses péchés.
50. Présentez donc à Dieu, en esprit et en vérité, la confiance et l’affection que vous avez pour votre père spirituel; et par une grâce singulière, Dieu lui fera connaître l’amour et la tendresse que vous lui portez, et cette connaissance lui inspirera de vous traiter avec douceur et ménagement; et, selon que vous le désirez, il deviendra votre ami dévoué.
51. Ce n’est sûrement pas une petite marque de confiance en son supérieur, que de lui découvrir toutes les tentations qu’on éprouve : on suit assurément la voie du salut; mais on s’en éloigne terriblement, quand on cache dans les ténèbres intérieures du coeur, ces serpents cruels et funestes.
52. Voulez-vous savoir si vous avez pour vos frères un amour solide et véritable, et une affection tendre et sincère, considérez si les péchés dont vous les voyez coupables, vous attristent et vous désolent, et si les grâces abondantes qu’ils reçoivent de Dieu, et les progrès qu’ils font dans la vertu, vous remplissent de joie et de plaisir.
53. Quiconque, dans une discussion quelle qu’elle soit, soutient avec opiniâtreté une opinion même vraie et un sentiment fondé, fait voir qu’il est malade de la maladie du démon, qui est l’orgueil. Si c’est vis-à-vis de ses égaux qu’il en agit de la sorte, il pourra peut-être encore en guérir par la correction qu’il recevra de ses supérieurs; mais si c’est vis-à-vis de ses supérieurs, nous croyons, humainement parlant, que sa maladie est incurable.
54. Comment en effet observera-t-il les règles et les devoirs de l’obéissance dans ses actions, celui qui les viole avec tant d’insolence dans ses paroles ? et ne sera-t-il pas, dans toutes les autres choses plus nécessaires et plus importantes, tel qu’on le trouve dans celles qui sont moins grandes et moins nécessaires ? Aussi devons-nous voir qu’il travaille en vain, et qu’il ne recueillera, de sa prétendue obéissance, qu’un jugement terrible et une sentence de mort.
55. Celui qui, dans des dispositions saintes et des intentions pures et droites, s’est soumis et dévoué entièrement à la volonté d’un sage et zélé directeur, ne voit arriver la mort que comme un doux sommeil, ou plutôt il l’attend et la désire tous les jours comme le commencement d’une véritable vie; car il a la confiance que ce ne sera pas à lui, mais au directeur de son âme, que Dieu fera rendre compte.
56. Celui qui a reçu avec plaisir et sans qu’on ait voulu l’en charger, des mains mêmes de son supérieur, quelques fonctions et quelque charge à exercer; et que dans la suite il lui arrive de faire quelque faute ou quelque faux pas dans l’exercice de cette charge, c’est à lui-même, et non point à son supérieur, qu’il peut s’en prendre, car les armes qu’il a reçues, c’est de son propre mouvement et par sa propre volonté qu’il les a prises. Il devait les tourner contre l’ennemi, et malheureusement il s’en est servi pour se percer le coeur. Mais si, au contraire, c’est malgré lui, après avoir bien fait connaître sa faiblesse. et son incapacité à son supérieur, après l’avoir prié humblement et avec instance de ne pas penser à lui, qu’il est obligé de recevoir cette charge et de se dévouer à cet emploi; il doit avoir bon courage; car s’il vient à tomber, sa chute ne sera pas mortelle.
57. Mais j’oubliais de vous présenter, mes chers amis, un pain délicieux et salutaire pour la nourriture de vos âmes; je veux dire de vous parler de la vertu admirable de ces moines qui, pour s’accoutumer à recevoir avec la plus grande patience et la plus parfaite charité les injures, les affronts et les mépris des autres, s’étaient réunis ensemble pour s’exercer à supporter toute sorte d’humiliations, d’outrages et de mépris.
58. L’âme qui pense sans cesse à confesser ses péchés, trouve dans cette pensée un antidote efficace contre le danger d’en commettre de nouveaux; car nous nous livrons assez facilement aux fautes que nous pouvons ensevelir dans les ténèbres.
59. Ainsi, quoique nous ne soyons pas en la présence de notre supérieur, si, par une vive représentation, nous nous le figurons au milieu de nous, cette image de sa présence ne contribuera pas peu à nous faire éviter avec soin tout ce que nous savons devoir lui déplaire dans nos entretiens, nos conversations, notre repos, notre nourriture et dans toute autre chose; et, en nous conduisant de cette manière, nous pratiquerons une véritable obéissance. Au reste, les véritables et sincères disciples regardent l’absence de leur maître comme un malheur réel, et s’en affligent, tandis que les mauvais s’en réjouissent.
60. Je demandais un jour à l’un des plus vertueux pères du monastère, comment il se faisait que l’obéissance fût la compagne fidèle et inséparable de l’humilité; voici la réponse qu’il me fit : “Celui, me dit-il, qui pratique l’obéissance, n’est pas seulement obéissant, il est encore plein de reconnaissance. Ainsi, quand même il ressusciterait les morts, qu’il posséderait le don des larmes, et qu’il jouirait de la paix souveraine du coeur, il pensera toujours que tous ces avantages, il ne les a que par le moyen de son supérieur, qu’il n’en jouit que par la vertu de ses prières. C’est pourquoi il sera exempt de tout sentiment de présomption et de vaine gloire. Eh ! comment pourrait-il s’en enorgueillir, en croyant que ce n’est pas par ses mérites ni par ses vertus qu’il a toutes ces choses, mais par le secours de son supérieur ? C’est ce qui fait que l’hésychaste est en quelque sorte incapable d’avoir en partage cette humilité intérieure au milieu des choses dont nous venons de parler; car il peut plus facilement croire que c’est par ses propres forces et son industrie qu’il vient à bout de faire les bonnes oeuvres qu’il pratique.
Les deux pièges du démon.
62. 
Ainsi, lorsqu’un moine qui est soumis à un supérieur, aura évité les deux pièges que le démon lui tend, il demeurera, comme un véritable disciple de Jésus Christ, sous le joug d’une obéissance éternelle.
63.
 Le démon ne cesse de tenter de mille manières différentes ceux qui font profession d’obéissance : tantôt il cherche à troubler et à salir leur imagination par des pensées et des images impures, afin de faire révolter la chair contre l’esprit; tantôt il remplit leurs coeurs de peines, de chagrins et de tristesse; ici il les pousse à l’emportement et à la mauvaise humeur, et cherche toutes les voies capables de paralyser leur volonté et de rendre leur vertu stérile et vaine; là il les porte à l’intempérance dans les repas, à la négligence dans la prière, à la mollesse dans le sommeil; enfin il enveloppe leur intelligence dans des nuages et des ténèbres épaisses, afin qu’en les fatiguant de la sorte, il leur mette dans l’idée et leur fasse croire que c’est inutile pour eux de pratiquer l’obéissance, qu’ils ne tirent aucun avantage spirituel des efforts et des sacrifices qu’ils font, qu’au lieu d’avancer dans la perfection, ils marchent en arrière. C’est ainsi que peu à peu il les décourage et les dégoûte des saintes occupations commandées par l’obéissance, et leur fait misérablement abandonner le champ de bataille; souvent même il ne leur laisse pas le temps de voir et de reconnaître que Dieu, pour fournir à ses serviteurs une occasion favorable de pratiquer d’une manière plus parfaite l’humilité et il obéissance, permet que le trésor de leurs vertus leur soit soustrait; mais ici c’est un effet de la Bonté de Dieu, il nous le rendra, ce trésor, plus riche et plus précieux.
64. Cependant, malgré les longues importunités du démon, il arrive que quelques-uns viennent à bout, par leur courageuse patience, de le vaincre et de le mettre en fuite. Mais à peine avons-nous remporté cette victoire sur le démon de la désobéissance, qu’il en survient un autre qui, par de nouvelles ruses et de nouvelles tentations, cherche à nous égarer et à nous perdre.
65.
 En effet j’ai vu des moines qui, après s’être entièrement et généreusement livrés à l’esprit d’obéissance, avaient heureusement obtenu de Dieu, par le secours de leur supérieur, de grands sentiments de componction et de pénitence, étaient parvenus à un degré sublime de douceur, de modestie, de chasteté, de ferveur et de constance, avaient absolument vaincu et soumis leurs appétits déréglés, et vivaient dans un saint et fervent amour pour Dieu. Or, les démons, jaloux de leur bonheur, pour réussir à les faire tomber de cet heureux état, ont tâché de leur inspirer intérieurement et de leur faire croire qu’ils étaient capables de vivre désormais dans la solitude, et qu’ils étaient assez forts dans la vertu pour oser espérer, dans le repos de la solitude, la paix souveraine de l’âme et une douce et céleste tranquillité. Mais, hélas ! qu’est-il arrivé ? ces malheureux se sont laissé tromper. Ils sont sortis du port pour se jeter en pleine mer; la tempête les y a surpris sans conducteur et sans pilote; les flots furieux des pensées impures et des autres tentations ont eu bientôt brisé et fait chavirer la frêle nacelle qui, portait leur trésor et eux-mêmes. Ils ont donc fait un triste naufrage et ont péri de la manière la plus misérable.
66. En effet ne faut-il pas que l’Océan soit agité, troublé et bouleversé, afin de rejeter sur le rivage, les pailles et les immondices qu’y entraînent les rivières et les fleuves ? C’est ainsi que notre âme est agitée de temps en temps, pour se débarrasser des saletés que nos passions, qui sont des fleuves par rapport à elle, lui apportent; et si nous y réfléchissons encore, nous verrons que dans notre âme, comme sur la mer, une grande tempête est ordinairement suivie d’un grand calme.
67. 
Celui qui, tantôt obéit, et tantôt désobéit à son supérieur, n’est que trop semblable à un homme qui met sur ses yeux malades, tantôt un excellent collyre, tantôt de la chaux vive. L’Écriture ne dit-elle pas : “Si l’un édifie, et que l’autre détruise, qu’en pourront-ils recueillir tous deux, sinon du travail et de la peine?” (Sir 34,23).
68. Ô vous donc, qui êtes les fils, et les serviteurs obéissants du Seigneur, ne vous laissez pas égarer par le démon de l’orgueil, ne confessez jamais vos péchés à votre supérieur sous un nom emprunté; car ce n’est que la confusion que vous en éprouverez en ce monde, qui vous fera éviter la honte éternelle. Montrez, oui montrez à nu, tout votre mal à votre médecin spirituel; dites-lui sans crainte et avec naïveté : “Mon Père, cette faute est toute de moi; cette blessure est mon propre ouvrage; elles ne me sont venues l’une et l’autre que parce que j’ai vécu dans la négligence; je ne puis m’excuser sur personne : c’est moi-même qui en suis l’auteur, il m’est impossible de me plaindre d’y avoir été porté par les mauvais exemples de mes frères, par les tentations mêmes des démons, par la faiblesse et la limitation de mon corps, et par quelqu’autre cause : c’est uniquement à raison de ma tiédeur, de ma paresse et de ma négligence, que je suis tombé.
69
. Lorsque vous vous présentez pour faire la confession de vos péchés, prenez le maintien, la posture et les manières d’un criminel; que votre visage annonce la modestie et l’humilité, remplissez votre esprit de la pensée de vos péchés; que vos yeux ne regardent que la terre; arrosez, si vous le pouvez, les pieds de votre père spirituel de larmes amères et abondantes, ainsi que vous le feriez, si c’était Jésus Christ même. Mais, lorsque nous confessons nos péchés, prenons-y garde, et défions-nous d’une tentation bien funeste : les démons alors redoublent leurs efforts pour nous porter à ne pas faire une confession entière et sincère, ou bien à ne nous confesser que sous un nom étranger, enfin à rejeter nos fautes sur les autres, comme en ayant été la cause ou l’occasion.
70. 
Si l’habitude qu’on a contractée de faire une chose quelconque, devient si forte et si puissante, qu’elle peut surmonter et vaincre tous les obstacles dans la nature, que ne pourra pas dans nous l’habitude que nous aurons de faire de bonnes oeuvres, étant aidés et soutenus par la grâce de Dieu ?
71. Croyez-moi donc, mon fils, si dès le début, vous vous livrez entièrement aux souffrances, aux mépris et aux humiliations, vous n’aurez pas de longues années à combattre vos passions, à les vaincre, et à vous procurer la précieuse paix du coeur.
72
. Ne négligez donc pas de faire à votre directeur la confession de vos péchés, avec des dispositions aussi saintes et aussi humbles que si c’était à Dieu même. Oh ! Que j’ai vu d’heureux pécheurs qui, par les sentiments d’une véritable contrition, par une confession humble et entière, par des prières ferventes, ont tout de suite fléchi la sévérité de leur juge, qui paraissait inexorable, et ont, changé sa rigueur et son indignation en miséricorde et en tendresse. C’est pourquoi nous voyons dans l’Évangile que saint Jean, ce digne précurseur de Jésus Christ, avant de conférer le baptême à ceux qui se présentaient pour le recevoir, les obligeait à faire la confession de leurs péchés. Or il n’avait pas besoin lui-même de cette confession, mais il ne l’exigeait que pour procurer le salut aux pécheurs qui recouraient à son ministère.
73.
 Nous ne devons point nous étonner, si, après avoir confessé nos péchés avec les dispositions requises, il nous reste encore des combats à soutenir; car nous devons savoir qu’il nous est plus facile d’avoir à lutter contre la corruption de notre corps, qui nous humilie, que contre l’enflure du coeur, qui nous élève.
74. Allez doucement et calmez votre ardeur, lorsqu’on vous raconte la vie et les vertus des anachorètes qui vivent dans le désert; et ne croyez pas pouvoir embrasser un genre de vie qui serait au dessus de vos forces, car par l’obéissance, vous marchez sous les étendards du premier martyr.
75.
 Si donc il vous arrive de manquer de force et de courage pendant le combat, ne sortez pas du rang que vous occupez; car c’est dans ces pénibles moments de la vie, que nous avons le plus besoin d’un médecin éclairé et habile. Hélas ! ne faut-il pas l’avouer ? Celui qui, quoique protégé et dirigé par la sagesse et l’expérience d’un supérieur, a néanmoins pu se laisser tomber, celui-là aurait fait une chute mortelle, et ne se serait pas relevé, s’il avait été seul et privé de secours !
76. Ainsi il est vrai de dire que lorsque nous avons eu le malheur de tomber dans quelque faute, les démons, pour profiter de notre chute et achever notre perte éternelle, nous suggèrent et nous inspirent fortement le désir et le dessein de nous retirer dans la solitude. Mais n’est-il pas évident que par cette tentation, s’ils pouvaient nous y faire succomber, ces ennemis de notre salut voudraient ajouter blessure sur blessure, et nous perdre éternellement.
77. 
Si le médecin spirituel que nous avons actuellement, nous déclare qu’il lui est impossible de procurer à notre âme la guérison que nous attendons, il ne faut pas perdre courage, mais en chercher un autre et nous confier à ses soins; car nous devons savoir qu’il est bien peu de malades spirituels qui aient été guéris sans le secours d’un médecin. Eh ! Quel est celui qui oserait soutenir un sentiment contraire ? Un vaisseau qui, quoique conduit et dirigé par un bon et vaillant pilote, a fait naufrage, aurait-il été épargné par la tempête, s’il en eût été privé ? Qui oserait le dire ?
78. C’est l’obéissance qui produit l’humilité, et l’humilité produit la paix et le calme dans une âme; car elle la délivre des tempêtes des passions, et lui procure une victoire parfaite sur son propre coeur. C’est ce que le roi-prophète nous enseigne par ces paroles : “Le Seigneur S’est souvenu de nous dans notre humiliation, et nous a délivrés des mains de nos ennemis” (Ps 135,23-24). Rien donc ne peut ici nous empêcher d’affirmer que l’obéissance engendre la paix précieuse du coeur, puisqu’elle produit l’humilité, et que l’humilité donne l’existence à cette paix, laquelle perfectionne et couronne l’humilité. Ainsi l’obéissance est le principe et la cause de l’humilité, et la paix de l’âme, qui est la fille de l’humilité, donne à sa mère la dernière perfection. C’est ainsi que Moïse, qui est la figure de l’obéissance, a donné le commencement de la loi, et que Marie, qui est l’image de la paix parfaite de l’âme, a donné la dernière perfection à l’humilité.
79. Ils méritent d’être sévèrement punis de Dieu, ces malades spirituels qui, connaissant par les avantages qu’ils en ont déjà reçus, la dextérité et la sagesse de leur médecin, l’abandonnent avec mépris, avant d’être parfaitement guéris, et recourent aux soins d’un autre qu’ils lui préfèrent.
80. Ne sortez donc pas d’entre les mains de celui qui, le premier, vous a présenté à notre Seigneur; car vous n’en trouverez pas un autre pour lequel vous puissiez avoir une affection plus respectueuse.
81. Comme un soldat sans expérience s’expose à un très grand danger en se séparant de sa compagnie pour aller seul combattre l’ennemi; de même il s’expose à un danger pressant, le moine qui, sans avoir passé par les exercices spirituels, et sans connaître la manière dont on doit combattre et vaincre les passions, quitte la société de ses frères pour aller seul, dans la solitude, faire la guerre au démon. La témérité du soldat le met en danger de perdre la vie du corps, et celle du moine, de perdre la vie de l’âme. Aussi Esprit saint nous dit “qu’il vaut mieux être deux ensemble, que d’être tout seul,” (Eccl 4,9) c’est-à-dire, que pour combattre efficacement ses mauvaises habitudes avec le secours et l’assistance du saint Esprit, il faut qu’un fils soit assisté par son père spirituel.
82. Ôter à l’aveugle son conducteur; au troupeau son pasteur; au passager, son guide; à l’enfant, son père; au malade, son médecin; au vaisseau, son pilote, n’est-ce pas mettre toutes ces personnes et ces choses dans le danger de périr ? Ne sera-t-il pas exposé au même malheur celui qui, sans le secours de son père spirituel sera assez téméraire pour déclarer et, faire la guerre aux démons ? Hélas ! Ces ennemis se jetteront sur lui, le perceront de mille traits, et le laisseront étendu sur le champ de bataille.
83. Ceux qui, pour la première fois, se présentent dans un lieu destiné à prendre soin des malades, doivent avoir pris des précautions pour connaître les maladies dont ils sont affectés; et ceux qui pensent à se soumettre au joug de l’obéissance, doivent savoir quelle est l’humilité qu’ils ont dans le fond de leur coeur, car, si les malades du corps sentent que leur guérison s’opère à mesure que les douleurs diminuent, les malades de l’âme ne peuvent compter sur leur guérison spirituelle, qu’autant qu’ils verront que l’humilité s’accroît dans leur coeur, et qu’ils se blâmeront, se condamneront eux-mêmes, et détesteront leur vie passée.
84. Consultez donc votre conscience pour voir les taches de votre âme, comme vous consultez un miroir pour connaître celles de votre visage. Si vous en agissez de la sorte, cela vous suffira.
85. Les moines qui vivent dans la solitude, sous la direction d’un père spirituel, n’ont pour ennemis que les démons, qui s’opposent communément au salut des hommes; tandis que ceux qui passent leur vie dans un monastère ont à combattre, non seulement contre les démons, mais souvent encore contre les hommes. Les premiers, étant constamment sous les yeux de leur père, ont bien soin de ne pas transgresser ses ordres; les derniers, étant rarement en présence de leur supérieur, sont plus exposés à vivre dans la négligence. Néanmoins si, parmi ces derniers, il s’en trouve qui soient remplis de ferveur et de patience, ils peuvent avantageusement remplacer cette privation par la douceur, la résignation et l’humilité avec lesquelles ils endureront tout ce qui peut les mortifier et les fatiguer de la part de leurs frères, et mériter une double couronne de gloire.
86. Veillons donc sur nous avec toutes les précautions possibles; car un monastère est semblable à un port rempli de vaisseaux : il est facile que ces bâtiments nombreux se heurtent les uns les autres, et se fassent du mal. Disons en autant des moines, surtout si parmi eux il y en a qui aient l’humeur bilieuse et irascible.
87. Lorsque nous sommes en présence de notre supérieur, gardons le silence le plus scrupuleux, et ne faisons pas croire que nous nous occupons de lui car celui qui aime et observe le silence, est disciple de la sagesse, et se procure de grandes lumières sur toute sorte de choses.
88. Il m’est arrivé un jour de voir un moine interrompre son supérieur. Or je vous déclare que je désespérai de le voir jamais sous le joug de la véritable obéissance, parce qu’il se servait des paroles de son père spirituel, non pour s’humilier, mais pour s’élever.
89. Nous devons remarquer avec prudence et sagesse, observer avec toute l’attention possible, et peser avec une parfaite circonspection dans quel temps et de quelle manière il convient que nous préférions à la prière les exercices de la charge que nous avons à remplir; car on ne doit pas toujours, ni de la même manière, abandonner la prière pour exercer l’emploi dont on est chargé.
90. Lorsque vous vous trouvez au milieu de vos frères, vous devez bien prendre garde de paraître plus juste et plus sage qu’eux, dans quelque chose que ce soit; autrement vous feriez deux grands maux : d’abord, vous fatigueriez sensiblement vos frères par cette justice fausse et qui n’est qu’ apparence; et ensuite vous n’en retireriez pour vous-même qu’une sotte vanité et un fol orgueil.
91.
 Sois zélé dans ton âme, mais ne faites jamais paraître extérieurement votre régularité; ne vous servez jamais, pour cette misérable fin, ni d’actions, ni de gestes, ni de paroles, ni de quelque autre signe secret, et vivez dans cette précaution, tant que vous ne sentirez pas que vous vous êtes enfin corrigé de cette passion qui vous fait rechercher les louanges des autres, et qui vous porte à juger et à mépriser vos frères. Si donc vous éprouvez que vous êtes encore porté à les mépriser, étudiez-vous fortement à conformer votre conduite à la leur, et à ne jamais vous distinguer ni vous séparer d’eux par un esprit de vanité et de vaine gloire.
92. J’ai connu un disciple qui, en présence de plusieurs autres, se servait des louanges que méritait son supérieur, et de ses vertus, pour s’en faire gloire à lui-même; mais ce misérable, en moissonnant ainsi dans le champ de son maître, au lieu de la gloire et de l’honneur qu’il pensait y cueillir, n’y trouva que la honte et la confusion, car tout le monde se mit à lui dire : “Comment est-il donc arrivé qu’un arbre si bon et si excellent n’ait produit qu’une branche si mauvaise et frappée d’une si grande stérilité ?”
93. N’allons pas croire que nous ayons acquis une patience parfaite, parce que nous voyons que nous endurons sans nous émouvoir, et que nous souffrons généreusement les reproches et les réprimandes humiliantes de notre supérieur. Mais supporterions-nous de la même manière les outrages et les injures que nous feraient toute sorte de personnes ? Hélas ! si nous souffrons avec douceur ce que notre supérieur nous fait endurer, c’est que nous le craignons, que nous ne voulons pas lui déplaire, ni lui manquer de reconnaissance pour les services qu’il nous a rendus, et que d’ailleurs c’est notre devoir nécessaire. 94. L’essentiel pour nous est de recevoir de la main de qui que ce soit les humiliations et les mépris, de les faire promptement passer dans l’intérieur de notre âme, comme une eau qui donne la santé et la vie : car ce breuvage amer ne nous est présenté qu’afin que nous nous en servions pour nous purifier des humeurs malignes et corrompues qui rendent notre âme malade. Or si vous recevez ainsi les contradictions et les mépris, c’est alors qu’une pureté parfaite fera l’ornement de votre âme et que l’éclat de la lumière divine ne s’éclipsera plus dans votre esprit.
95. Que nul qui voit un grand nombre de moines se reposer tranquillement sur la sagesse et la bonté des soins qu’il prend d’eux, doit bien prendre garde de s’en glorifier, mais se rappeler toujours qu’il y a une infinité de larrons et de voleurs qui sont autour de lui et des siens, pour leur tendre à tous des pièges cachés. Gravez donc profondément dans votre coeur cet avis que vous donne Jésus Christ : “Lorsque, nous dit-Il, vous aurez fait tout ce qui vous a été commandé, dites encore : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous n’avons fait que ce que nous devions faire”; (Lc 17,10) car ce ne sera qu’à l’heure de notre mort que nous connaîtrons réellement le jugement qui sera porté sur nous à cause de nos bonnes oeuvres et de nos travaux.
96.
 Un monastère est sur la terre une espèce de paradis il convient donc qu’en y étant, nous imitions les sentiments et les affections des anges qui environnent le trône de Dieu dans le ciel, et qui accomplissent si parfaitement ses volontés adorables. Or, dans ce paradis terrestre, nous y voyons des moines dont le coeur est aussi sec et aussi dur que les pierres; il y en a d’autres cependant qui, par les larmes d’une tendre et sincère componction, ont mérité les consolations divines. Mais remarquons ici la bonté ineffable du Seigneur : les premiers sont durs et insensibles, afin qu’ils ne tombent pas dans l’orgueil, qui serait indubitablement leur partage, s’ils avaient la sensibilité des seconds; et ces derniers sont consolés par l’abondance des larmes qu’ils répandent.
97. Un petit feu est capable d’amollir une grosse masse de cire; or souvent une petite humiliation, un léger mépris qu’on n’attendait pas, peuvent adoucir, corriger et faire disparaître la rudesse de l’esprit, la dureté, l’insensibilité et l’endurcissement du coeur.
98. J’ai connu deux moines qui se mettaient dans un lieu secret et caché pour examiner et observer les travaux et pour écouter les gémissements de quelques saints athlètes de Jésus Christ. L’un de ces deux hommes en agissait de la sorte avec un coeur droit et simple : C’était par un ardent désir de les imiter; l’autre, au contraire, avait une très mauvaise intention : il ne le faisait qu’afin de pouvoir ensuite se moquer publiquement de ces bons moines, les tourner en ridicule et les détourner de leur saints exercices de piété.
99. Vous devez aussi faire attention que le silence que vous garderiez d’une manière bizarre et à contretemps, ne trouble et ne fatigue pas vos frères, et que, si l’on vous ordonne de vous hâter, vous ne le fassiez pas avec une nonchalance, une lenteur étudiée; car alors vous seriez plus condamnable que ceux qui courent avec une espèce de fureur. C’est ainsi que, selon la parole de Job, j’ai reconnu que la gravité a été nuisible à des âmes, et que d’autrefois la précipitation l’a été à d’autres : tant est étonnante la variété qu’on peut remarquer dans la malice du coeur humain !
100. Le moine qui vit dans une communauté, ne retire pas autant de fruit du chant des psaumes que de la prière; car la confusion des voix dissipe l’attention et trouble l’intelligence.
101. 
Mais combattez courageusement la légèreté de l’esprit, dont les pensées sont vagabondes et volages et forcez-le de rentrer en lui-même. Au reste, Dieu n’exige pas de ceux qui sont encore des enfants en ce qui concerne l’obéissance des prières exemptes de toute distraction. Ne vous découragez donc pas, si, pendant vos prières, votre esprit erre de côté et d’autre par des pensées involontaires; mais rappelez-le fortement au recueillement intérieur. Les anges seuls sont capables d’une attention soutenue et persévérante.
102. 
Quiconque, dans le secret de son coeur, a résolu de s’exposer mille fois à la mort plutôt que, dans tout le temps de sa vie, de ne pas soutenir avec vigueur la guerre qu’il a commencée pour sauver son âme, ne tombera pas facilement dans les inconvénients que je viens de signaler. L’inconstance et le changement de lieux sont des sources intarissables de maux et de malheurs; aussi ceux qui passent facilement d’un lieu à un autre, d’un monastère à un autre, ne sont pas loin de mériter l’épithète honteuse d’infâmes. Après tout, rien n’est plus propre à produire la stérilité des bonnes oeuvres dans une âme, que cette inconstance continuelle.
103. Si donc vous arrivez dans une école de médecine spirituelle, qui vous est totalement inconnue, et que vous vous mettiez sous la direction d’un père spirituel que vous ne connaissiez pas, ce que vous avez à faire, c’est d’examiner avec attention quel est l’esprit et quelle est la manière de vivre de tous ceux qui sont réunis dans ce lieu. Si vous trouvez que ces ouvriers et ces ministres du salut sont capables de vous procurer quelque soulagements et de contribuer à la guérison de votre âme, si surtout vous y rencontrez le remède singulier et efficace contre l’enflure du coeur et la vanité, approchez-vous d’eux sans crainte et avec confiance, réunissez-vous, vendez-vous à eux; et pour passer ce contrat de vente, présentez-leur l’or précieux de l’humilité; pour papier, l’obéissance; pour tablettes, vos services et votre travail, et pour témoins, les anges. Déchirez devant eux la cédule honteuse par laquelle vous vous étiez vous-même rendu esclave de votre propre volonté; car si vous ne faites qu’errer çà et là, sans vous fixer nulle part, vous perdrez le prix par lequel Jésus Christ vous a racheté. Que ce monastère soit pour vous comme un tombeau, d’où les morts ne doivent sortir que pour comparaître devant le souverain Juge; et s’il en est qui en soient sortis autrement, il est bien à craindre et même à croire qu’ils sont réellement morts. C’est pourquoi nous devons conjurer le Seigneur de détourner loin de nous cet épouvantable malheur.
104. Les paresseux, pour ne pas faire les choses pénibles qu’on leur commande, ont coutume d’alléguer la nécessité où ils se trouvent de vaquer à la prière; mais lorsqu’on leur en ordonne de douces et d’agréables, il n’ont alors pas plus envie de prier que de se brûler.
105. Il est un certain nombre de moines qui se désistent des charges et des emplois qu’ils exerçaient dans le monastère, mais par des motifs bien différents; car les uns les abandonnent en faveur d’un frère, et parce qu’on les en prie; les autres ne veulent pas les exercer par paresse et lâcheté; ceux-ci y renoncent par une vaine ostentation, et ceux-là, pour être plus libres, les quittent avec grand plaisir.
106.
 Si vous êtes entré, dans une communauté, et que vous vous aperceviez que votre âme, au lieu d’y être éclairée de nouvelles lumières, se plonge, au contraire, dans des ténèbres plus profondes, vous n’avez pas d’autre parti à prendre que d’en sortir le plus vite que vous pourrez; car quoique l’homme de bien puisse toujours et partout se conduire en homme de bien, le méchant ne devient bon nulle part.
107. Dans le monde, les médisances et les calomnies produisent ordinairement des querelles et des animosités; dans un monastère l’intempérance donne la mort à toutes les vertus, et inspire l’horreur pour la vie religieuse. Si donc il vous est donné de réduire en esclavage cette maîtresse tyrannique, vous jouirez partout de la paix et de la tranquillité de l’âme; mais si elle établit son emprise sur vous, votre salut sera, jusqu’à la mort, dans un péril éminent.
108. 
Dieu, par une faveur singulière, accorde à ceux qui sont vraiment enfants de l’obéissance de voir et de contempler les vertus de leur supérieur, et leur cache adroitement ses mauvaises qualités et ses mauvaises actions. Le démon, qui est l’ennemi déclaré de la vertu, fait tout le contraire.
109. Prenons, mes amis, le mercure comme l’image de la perfection de l’obéissance; et faisons bien attention que, quoiqu’il soit continuellement en mouvement et qu’il se tienne toujours au dessous des autres liquides, il est toujours pur et ne se souille jamais par quelque impureté.
110.
 Que ceux donc qui pratiquent la vertu avec une sainte ardeur, prennent bien garde de croire que les autres se livrent à la négligence; car ils mériteraient d’être jugés et condamnés plus sévèrement que ceux dont ils blâment et critiquent la paresse. Voilà pourquoi je pense que le bon patriarche Loth fut jugé digne d’être appelé juste, parce qu’en vivant au milieu des impies mêmes, il n’avait néanmoins jamais condamné personne.
111. Il est vrai que partout et toujours nous devons faire en sorte de préserver notre âme de la dissipation, du trouble et de l’inquiétude; mais c’est surtout lorsque nous devons nous livrer aux exercices de la prière et au chant des psaumes : car c’est alors que les démons redoublent leurs efforts pour remplir notre esprit de distractions, afin de nous faire perdre le fruit de cette sainte occupation.
112. Il est vraiment serviteur de Dieu, celui qui, pendant qu’il rend des services à ses frères, élève son coeur jusqu’au ciel, y fixe ses voeux, ses affections et ses sentiments, et ne cesse de frapper à la porte de Dieu par ses ferventes prières.
113. Les injures, les mépris, les humiliations et toutes les choses dures et pénibles produisent l’amertume de l’absinthe dans l’âme de celui qui s’est tout dévoué aux devoirs de l’obéissance; tandis que les louanges, les applaudissements et les honneurs remplissent d’une douceur semblable à celle du miel le coeur de celui qui ne se plaît que dans les choses douces et agréables. Mais rappelons-nous ici quelle sont les propriétés du miel et de l’absinthe. Celle-ci, purifie l’estomac et les entrailles des humeurs malignes et bilieuses; et celui-là ne sert guère qu’à les augmenter
114. Ayons une confiance sans bornes en ceux qui, dans le Seigneur, se sont chargés de conduire notre âme au port du salut, quand même il nous semble qu’ils exigent de nous des choses contraires au salut; car c’est dans ces circonstances, oui c’est surtout dans ces circonstances pénibles, que notre confiance en leurs lumières et en leur sagesse est éprouvée par le feu de l’obéissance et de l’humilité; et la marque la moins équivoque que nous puissions donner de la fermeté de notre foi, c’est d’accomplir sans hésiter ce que nos supérieurs nous ordonnent, quoique leurs ordres nous paraissent opposés à ce que nous espérons et désirons.
115. Nous l’avons déjà dit : l’humilité naît de l’obéissance; mais la prudence religieuse tire son origine de l’humilité. Les docteurs l’appellent discernement. Cassien a dit sur cette vertu des choses admirables dans un excellent traité qu’il a fait tout exprès. Or cette excellente vertu orne l’esprit de lumières, et lui communique même la faculté de prévoir les choses futures. Qui pourra donc, en considérant de si grands avantages, se refuser de parcourir la belle carrière de l’obéissance ? N’est-ce pas elle qu’a chantée le psalmiste royal, lorsqu’il a dit : “Tu as préparé, ô mon Dieu, dans ta grande Bonté, un trésor à ton peuple;” (Ps 67) et ce peuple heureux, ne pouvons-nous pas assurer que ce sont les moines réellement obéissants, et que ce trésor précieux est la présence de Dieu dans leurs coeurs ?
116. Ne perdez jamais le souvenir de ce grand serviteur de Dieu, de cet intrépide athlète de Jésus Christ, lequel, pendant dix-huit ans qu’il vécut dans la plus parfaite obéissance à son supérieur, ne put pas une seule fois recevoir de lui cette parole consolante : Mon fils, que je désire que vous vous sauviez ! Mais, tandis que les hommes lui refusaient cette consolation, Dieu Lui-même le consolait admirablement; car il ne lui disait pas seulement au fond de son coeur : “Je désire que tu sois du nombre de mes élus”, paroles qui n’auraient exprimé qu’une chose incertaine, mais il lui assurait qu’il était sauvé; ce qui lui annonçait un état certain et indubitable.
117. Parmi ceux qui vivent sous le joug de l’obéissance, il en est quelques-uns qui ne font pas attention qu’ils vivent dans une illusion bien funeste : ce sont ceux qui, connaissant la facile condescendance de leur supérieur, lui demandent et obtiennent des charges, des emplois et des exercices conformes à leurs goûts et à leurs inclinations; mais que ces malheureux sachent et comprennent qu’en obtenant ainsi ce qu’ils souhaitaient, ils ont perdu tout droit à la couronne et à la récompense destinées à la parfaite obéissance : car l’obéissance est un renoncement entier et absolu à toute dissimulation et à toute volonté propre.
118. Il arrive quelquefois qu’un moine, ayant reçu un ordre de son supérieur, et prévoyant que s’il l’accomplit, il lui fera de la peine, ne l’accomplit pas par ce seul motif; comme il arrive aussi qu’un autre moine, prévoyant bien la même chose, exécute sans hésiter les ordres qu’il a reçus, Or on demande ici quel est celui de ces deux moines dont la conduite a été la plus sainte et la plus conforme à l’esprit d’obéissance.
119. Cependant il ne faut nullement penser ici que le démon, notre cruel ennemi, agisse jamais d’une manière contraire à la volonté qu’il a de nous faire du mal; et vous devez être convaincu de cette vérité, par l’exemple de ceux qui, après avoir vécu quelque temps dans une cellule, ou dans un monastère, avec douceur et patience, sont ensuite tombés dans le relâchement. Si donc nous éprouvons en nous le désir de quitter un monastère pour passer dans un autre nous devons, afin de connaître ce que Dieu demande de nous, examiner sérieusement s’il ne Lui serait point agréable que nous demeurions dans le lieu où nous sommes; car il me semble que c’est une tentation que nous avons à combattre; étant donc ainsi attaqués par le démon, nous devons nous défendre.
Histoire de saint Acace.
120. Je me rendrais également coupable de malice et de cruauté, si je passais sous silence des choses qu’il n’est pas permis de taire. Or c’est Jean Sabaïte, qui ne m’est pas peu cher, lequel m’a raconté ces choses merveilleuses; et vous savez par votre propre expérience, mon respectable père, combien ce grand homme est exempt de passions et d’exaltation; vous savez aussi combien il abhorre la vaine gloire dans ses paroles. Voici donc ce qu’il m’a dit : “Il y avait dans un monastère de l’Asie où je demeurais alors, un vieillard très négligent et d’une conduite très mauvaise; je vous le dis, non pour juger des intentions secrètes de cet homme, mais pour l’honneur de la vérité. Or il arriva, je ne sais comment, que ce vieillard eut pour disciple Acace, jeune homme d’une admirable simplicité et d’une prudence étonnante. Ce jeune moine souffrit de la part de son maître tant et de si mauvais traitements, que bien des personnes refuseront de les croire; car il ne se contentait pas de le couvrir et de l’accabler d’injures, d’outrages et d’humiliations, mais il le déchirait et lui sillonnait le corps de blessures et de plaies par les coups redoublés qu’il déchargeait sur lui tous les jours. Acace souffrait toutes ces indignités et ces cruautés avec une patience et une sagesse vraiment étonnantes. Or comme chaque jour je voyais que ce saint jeune homme était plus cruellement traité qu’un vil esclave, je lui adressais quelques paroles de consolation, lorsque je le rencontrais : Eh bien, mon cher Acace, lui disais-je, comment vous trouvez-vous aujourd’hui ? Qu’y a-t-il de nouveau pour vous ? Et pour toute réponse, ce bon moine me montrait des yeux tout ternes et sans vivacité, un cou tout meurtri et une tête remplie de plaies et de contusions; et comme je savais combien sa patience était grande et généreuse, je me contentais de lui dire pour l’encourager : Courage, mon cher frère, tout va bien; oui, tout va bien : souffrez toujours avec douceur et résignation, et vous recueillerez bientôt les fruits abondants de la patience. Or après avoir ainsi passé neuf ans sous la férule de cet impitoyable vieillard, son âme sainte s’envola vers le ciel. Cinq jours après la mort d’Acace, son maître alla voir un ancien solitaire, homme très recommandable par ses vertus, et, après l’avoir salué, lui raconta la mort de son saint et fervent disciple. Mais ce bon vieillard lui répondit qu’en vérité il ne pouvait le croire. Alors le maître d’Acace ajouta : “Venez donc avec moi, et vous verrez si je vous trompe. Le solitaire se leva, et vint avec ce père sur la tombe de ce grand et vaillant athlète de Jésus Christ. Quand il y fut arrivé, comme si Acace eût été encore en vie, et en effet il n’était pas mort, puisqu’il n’était que dans le sommeil des justes, il lui adressa ces paroles : Frère Acace, est-ce bien vrai que vous êtes mort ? Alors ce noble enfant de l’obéissance donna, même après sa mort, un illustre exemple de soumission; car il obéit à celui qui l’interrogeait, et lui répondit : Comment pourrait-il arriver, mon Père, qu’un disciple sincère de l’obéissance puisse mourir ? Ces mots frappèrent le maître de ce jeune moine d’une terreur si forte, que, fondant en larmes, il tomba le visage contre terre, et s’empressa de demander au supérieur de la Laure de lui permettre de fixer sa demeure auprès du tombeau de son disciple. Il obtint cette permission, et passa dans ce lieu le reste de sa vie, en pratiquant une modestie, une patience et une soumission parfaites. Il ne cessait pas de répéter aux pères de cette communauté : Hélas, mes pères, j’ai commis un homicide. Or, mon père, je crois devoir vous déclarer que celui qui parlait au jeune Acace, était lui-même l’abbé Jean, qui nous a conservé et raconté cette histoire, car cet admirable abbé m’en a raconté une autre, sous un nom emprunté, et j’ai ensuite découvert que c’était à lui-même qu’elle était arrivée.
Histoire de Jean le Sabaïte, ou d’Antiochos
121. Tandis que j’étais, me dit-il, dans le même monastère, je remarquai un autre moine qu’on avait mis sous la discipline d’un père, homme d’un âge avancé, d’un esprit doux, patient, raisonnable et modéré; mais comme le jeune moine s’aperçut que son maître était plein de respect et de prévenance pour lui, il jugea sagement que cette conduite lui serait autant nuisible et funeste qu’elle l’avait été à plusieurs autres personnes. Il se permit donc de prier ce bon moine qu’il daignât lui accorder de se retirer de sa compagnie. Or, comme il avait encore un autre disciple, il ne fit pas difficulté de lui octroyer sa demande. Ce moine quitta donc ce maître, qui lui donna avec bonté des lettres de recommandation, pour qu’il pût entrer dans un des monastères du Pont. La première nuit qu’il passa dans ce monastère, il vit en songe des personnes qui le pressaient fortement de leur rendre compte d’une somme d’argent qu’il leur devait; lesquelles, après avoir sérieusement examiné l’état des choses, le convainquirent qu’il était redevable de cent livres d’or. Quand il fut éveillé, il comprit fort bien ce que signifiait cette vision. C’est pourquoi il ne cessait de se répéter à lui-même : Malheureux Antiochos, c’était son nom, il n’est que trop vrai qu’il te reste bien des dettes à acquitter. Je demeurai, continua-t-il, trois ans dans ce monastère, obéissant aveuglément à tout ce qu’on me commandait, et comme j’étais étranger, tout le monde me méprisait, m’humiliait et me maltraitait. Or, après avoir passé ainsi ces trois premières années, j’eus une seconde vision, pendant laquelle un personnage me remit une quittance seulement de dix livres d’or sur les cent que je devais. Je m’éveillai, je compris l’avertissement qui me venait d’en-haut, et je me dis à moi-même : Hélas ! Pendant ces trois ans de travaux et de peines, tu n’as pu payer que dix livres d’or; quand pourras-tu, misérable, t’acquitter des autres ? Il faut donc, pauvre Antiochos, que pour te libérer entièrement, tu supportes de plus grands travaux, et que tu dévores des humiliations plus profondes. Je pris donc la résolution extraordinaire de contrefaire le fou, sans néanmoins faire croire que j’avais entièrement perdu la raison. Les pères du monastère, en me voyant dans cet état, et connaissant d’ailleurs la promptitude avec laquelle j’accomplissais les ordres qu’on me donnait, me chargèrent de toutes les occupations les plus pénibles et les plus difficiles de la maison, et ne me regardèrent plus que comme l’ordure de la communauté. Je passai encore treize ans dans cet état, au bout desquels, les mêmes hommes que j’avais vus, m’apparurent encore pendant mon sommeil, et me donnèrent enfin la quittance de toute ma dette. Or pendant toutes ces années, lorsque les pères m’accablaient de mauvais traitements, la pensée et le souvenir de la dette énorme que j’avais à payer, me remplissaient de force et de courage, et me les faisaient souffrir avec patience et résignation”. Voilà, mon cher père Jean, ce que Jean le Sabaïte, ce trésor de sagesse, m’a raconté de lui-même, sous le nom emprunté d’Antiochos. C’était Lui-même qui, par son héroïque patience, avait obtenu d’être déchargé de toute cette dette, et avait mérité le pardon de tous ses péchés.
122. Mais considérons encore quelle a été sa rare prudence dans les jugements qu’il portait sur les dispositions intérieures des hommes; prudence admirable qu’il n’avait acquise que par une obéissance très parfaite. Dans le temps qu’il demeurait au monastère de Saint-Sabba, trois moines se présentèrent à lui pour se mettre sous sa discipline. Il les reçut avec une affection toute particulière, et fit tout ce que sa charité lui suggéra pour les remettre de la fatigue du voyage; mais après trois jours, ce saint vieillard leur adressa ces paroles : “Mes Frères, leur dit-il, je ne suis qu’un misérable pécheur; il m’est donc impossible de vous accorder ce que vous me demandez.” Ces moines ne donnant aucune suite à cette réponse, ni à la raison qu’il alléguait, le prièrent avec, instance de les recevoir au nombre de ses disciples : tant était grande l’idée qu’ils avaient de sa vertu ! Mais, comme ils virent que rien ne pouvait le fléchir ni le gagner, ils se précipitèrent tous à ses pieds, et le conjurèrent avec instance de leur donner au moins quelques règles salutaires de conduite et de leur dire de quelle manière et dans quel lieu ils devaient passer le reste de leur vie. Cédant alors à leurs voeux ardents, et sachant d’ailleurs qu’ils recevraient ses avis avec soumission et humilité, ce saint vieillard dit à l’un d’eux : “Mon fils, il est agréable au Seigneur que vous viviez dans la solitude, sous la direction d’un père spirituel.” Puis s’adressant au second : “Pour vous, lui dit-il, allez et consacrez au Seigneur votre volonté, sans vous en rien réserver, chargez-vous de la croix qu’il vous a destinée; vivez dans un monastère, au milieu de la société des frères, et vous aurez indubitablement un trésor dans le ciel.” Enfin il dit au troisième : “Quant à vous, il faut qu’il n’y ait pas un instant dans votre vie, où vous ne pensiez à cette sentence de notre Seigneur : Celui qui persévérera jusqu’à la fin, sera sauvé (Mt 10.22); allez donc, et faites en sorte que parmi tous les hommes il n’y en ait point qui soient plus sévères ni plus pénibles que celui que vous prendrez pour maître et pour conducteur dans la vie religieuse; ne vous séparez jamais de lui, et chaque jour avalez, comme du lait et du miel, les mépris et les humiliations par lesquelles il vous fera passer.” À ces paroles, un frère répartit à ce grand homme : Mais si ce père spirituel vivait dans la paresse et la négligence, que faudrait-il faire ? — “Quand même vous le verriez, lui répondit-il, tomber dans quelque faute qui vous ferait horreur, demeurez avec lui et contentez- vous de vous dire à vous-même : Mon ami, qu’es-tu venu faire ici ? Alors triomphant de la tentation, vous sentirez toute l’enflure de l’orgueil tomber et s’évanouir, et le feu de la concupiscence diminuer et s’éteindre,”
123. Nous tous, qui craignons le Seigneur, efforçons-nous de combattre sous ses étendards avec toute l’énergie et le courage dont nous sommes capables, de peur que, placés dans une école de vertu, au lieu d’apprendre la science heureuse des bonnes oeuvres, nous n’apprenions l’art funeste de devenir vicieux et méchants, astucieux et trompeurs, emportés et colères; et ne soyez pas étonnés que ce malheur arrive quelquefois : car tant que nous sommes dans le monde, soit parmi les matelots, soit parmi les laboureurs, soit ailleurs, les ennemis de notre roi, les démons, ne nous attaquent pas avec une si grande violence; mais dès qu’ils nous voient sous les étendards de notre divin Général, et qu’ils aperçoivent qu’il nous a reçus à son service, donné des armes, une épée, un habit militaire, alors ils frémissent de fureur, cherchent et emploient toute sorte de moyens et de ruses pour nous perdre; c’est pourquoi nous sommes essentiellement obligés de veiller sans cesse sur nous et autour de nous.
124. J’ai vu des enfants aimables par l’innocence et la simplicité de leur âme, et par la beauté de leur corps, envoyés dans des maisons d’éducation pour s’y former à la science et à la sagesse, et y acquérir les autres connaissances utiles, lesquels, par le commerce qu’ils ont eu avec des condisciples vicieux et pervers, s’y sont pervertis, et n’y ont malheureusement appris que la ruse, l’astuce et la corruption du coeur. Que celui qui a de l’intelligence, comprenne la fin que je me propose, en parlant de la sorte.
125. Il est impossible que ceux qui s’appliquent de toutes leurs forces à se procurer la science du salut, n’y fassent pas de grands progrès. Mais admirons ici la divine Providence; les uns connaissent les progrès qu’ils obtiennent, et les autres ne les aperçoivent pas.
126. Un banquier qui veut bien gérer ses affaires, ne manque pas, chaque soir, de se rendre un compte exact et circonstancié du gain, ou de la perte qu’il a faite pendant la journée. Mais il ne pourra pas savoir au juste où il en est, si, à chaque instant, il ne note les affaires qu’il traite; c’est de cette manière qu’il lui sera possible d’avoir une connaissance exacte de celles qu’il aura faites chaque jour.
127. Lorsqu’on fait des reproches à un mauvais moine, on le voit de suite triste et de mauvaise humeur, ou bien il se jette lâchement aux pieds du supérieur qui lui fait des remontrances pénibles, afin de lui présenter mille excuses. Mais en s’humiliant ainsi, c’est moins dans le désir de pratiquer l’humilité et la soumission que pour mettre fin à une scène qui le fatigue. Si donc on vous mortifie par des reproches amers, sachez garder un silence salutaire, et supporter avec une patience courageuse qu’on applique à votre âme le fer et le feu des corrections sévères, lesquelles vous purifieront et répandront dans votre esprit des lumières abondantes; et lorsque votre médecin spirituel aura terminé son opération, prosternez-vous à ses pieds pour lui demander pardon et vous excuser : car si vous le faisiez dans le moment qu’il vous reprend avec zèle, il pourrait fort bien ne pas vous écouter, et même vous rejeter.
128. Ceux qui vivent en communautés, doivent faire sans doute une guerre mortelle à tous les vices; mais il en est surtout deux que tous les jours de leur vie ils doivent attaquer avec plus de vigueur et de courage que les autres. Ces deux vices sont l’intempérance et la colère. Or je dis que ces vices doivent être l’objet particulier des cénobites, parce que ces passions trouvent dans la société des personnes qui vivent avec nous, les aliments qui leur conviennent.
129. Quoique nous soyons bien loin de pouvoir pratiquer des vertus rares et sublimes, le démon, pour nous faire briser le joug de l’obéissance sous lequel nous avons le bonheur de vivre, ne laisse pas de nous en suggérer la pensée et de nous en inspirer le désir insensé. Pénétrez en effet dans l’intérieur des moines imparfaits et téméraires, et vous verrez qu’ils soupirent après la vie solitaire, qu’ils désirent avec ardeur les jeûnes les plus rigoureux, la prière la plus continuelle et la plus recueillie, l’humilité la plus profonde, la méditation de la mort la plus constante, la componction la plus vive, la victoire la plus complète sur leurs passions, le silence le plus absolu et une pureté d’ange. Mais comme, par une conduite secrète de la divine Providence, ils n’ont pu, dès le commencement de leur noviciat, pratiquer selon leur désir ces belles et excellentes vertus, on les a vus ensuite tout découragés, abandonner les pratiques les plus ordinaires, et se retirer du monastère. Le démon les a trompés, en leur faisant désirer à contretemps la pratique de ces vertus, afin qu’ils ne pussent pas par la persévérance, les acquérir dans le temps convenable. Mais ce ne sont pas seulement les moines cénobites qu’il cherche à tromper, il attaque aussi les anachorètes. C’est ainsi que pour décourager et faire tomber les solitaires, cet ennemi rusé et trompeur leur prêche et leur exalte le bonheur des moines qui vivent en communauté; il leur vante l’hospitalité qu’ils exercent, les services de charité qu’ils se rendent les uns aux autres, leur affection et leur union fraternelles, les soins affectueux et assidus qu’ils ont pour les malades, et mille autres avantages afin de les dégoûter du genre de vie qu’ils ont embrassé, et de les faire égarer dans une fausse voie.
130. Il faut cependant l’avouer, l’hésychia n’est le partage que d’un petit nombre, et cette vie de perfection ne convient qu’à ceux que le Seigneur, par des grâces particulières et par des consolations toutes célestes, soutient et fortifie dans les travaux pénibles qu’ils ont à supporter, et dans les combats difficiles et cruels qu’ils ont à soutenir.
131. La connaissance que nous avons de nos mauvaises dispositions et de nos défauts, doit donc nous faire chercher et choisir de préférence l’état d’obéissance, comme nous étant le plus propre et le plus convenable. Que celui, par conséquent, qui se sent porté à l’intempérance et aux plaisirs charnels, ait soin de se mettre sous la discipline d’un supérieur d’une vertu éprouvée et d’une rigoureuse inflexibilité dans la pratique de la tempérance et de la sobriété, plutôt que d’un faiseur de miracles, d’un ami de l’hospitalité, et d’un homme qui se plaise à servir les autres à table. Que celui qui sent son coeur agité par la vanité et possédé de l’orgueil, choisisse pour père spirituel un homme d’une grande sévérité et d’une austérité parfaite, qui ne lui montre jamais un visage riant et satisfait, mais qui soit constamment sans clémence et sans douceur. Il faut donc bien nous garder de rechercher pour directeur un homme capable, par sa sagesse et ses lumières, de nous prédire les choses futures et de prévoir ce qui doit arriver. Désirons et procurons-nous des docteurs véritables, lesquels, par leurs bons exemples dans la pratique de l’obéissance et de l’humilité, et par la solide science, puissent nous guérir de nos maladies spirituelles, nous donner des règles de conduite, nous faire connaître l’état et le lieu qui nous sont nécessaires pour nous sanctifier.
133.
 Si donc vous êtes dans la volonté sincère de vous dévouer tout entier à l’obéissance, ne perdez jamais de vue l’exemple que nous a donné Abbacyre; comme ce grand serviteur de Dieu, dites-vous souvent à vous-même : “Ton supérieur veut éprouver et connaître ta fidélité; c’est pour cette fin qu’il te met à cette épreuve.” Cette pensée vous empêchera de vous tromper, vous ne vous éloignerez pas de la voie que vous devez suivre; et si vous avez pour lui une confiance d’autant plus entière et un amour d’autant plus affectueux, qu’il vous reprend avec plus de rigueur et de sévérité, c’est une marque certaine et indubitable que l’Esprit saint a daigné vous visiter, et qu’il habite invisiblement dans votre coeur. Au reste remarquez bien que, si vous souffrez avec une patience courageuse et constante les reproches et les humiliations de votre supérieur, loin d’avoir sujet de vous en glorifier et de vous en réjouir, vous avez mille raisons d’en gémir et d’en pleurer; car c’est votre conduite qui vous a mérité ces réprimandes ou ces corrections humiliantes, et qui a été cause que votre père spirituel s’est mis de mauvaise humeur contre vous.
134.
 Ne vous troublez pas, et ne soyez pas étonné de ce que je vais vous dire; car je ne le dirai que bien fondé et appuyé sur une autorité solide : c’est sur Moïse. Je dis donc qu’il nous est moins funeste de pécher contre Dieu même que contre notre père spirituel. En voici la raison : Si par nos péchés nous avons irrité Dieu contre nous, notre père spirituel peut l’apaiser, et nous réconcilier avec lui; mais lorsque nous avons offensé notre père en Dieu, à qui recourrons-nous pour nous rendre Dieu propice ? Cependant il me semble que Dieu apaisera notre supérieur, ainsi que notre supérieur a calmé Dieu en notre faveur.
135. Dans tout ce que nous venons de dire, il est une chose que nous devons examiner, considérer et peser avec grand soin et sans passion; c’est de savoir dans quelles circonstances nous sommes obligés de souffrir avec amour et reconnaissance, avec patience et sans rien dire, les reproches que nous fait notre supérieur, et dans quelles autres circonstances il nous est permis, pour nous excuser, de lui rendre compte de la conduite que nous avons tenue, laquelle nous a mérité son indignation et ses réprimandes. Quant à moi, je pense que toutes les fois que les humiliations ne tombent que sur nous, nous devons garder le silence; car c’est une excellente occasion d’enrichir et d’orner notre âme. Mais si ces humiliations sont nuisibles au prochain, il me semble que, par charité et pour le bien de la paix, nous sommes autorisés à rompre le silence et à défendre notre frère, dont nous connaissons l’innocence.
136. Personne ne peut mieux vous instruire des avantages de la pratique de l’obéissance, que ceux qui ne la pratiquent plus. Ils comprennent fort bien dans quel heureux ciel ils vivaient, quand ils étaient sous le joug de la soumission.
137. Quiconque est vraiment possédé du désir d’acquérir la paix et la tranquillité de l’âme, et de trouver Dieu, croit faire une perte énorme, si, dans sa vie, il se passe un seul jour où il n’ait quelque humiliation à souffrir.
138. De même que plus les arbres sont agités par les vents, plus ils poussent des racines fortes et profondes ainsi plus ceux qui vivent dans l’obéissance sont exercés et éprouvés, plus ils deviennent forts et invincibles.
139. On peut dire qu’étant d’abord aveugle, il a recouvré la vue qui nous montre Jésus Christ, celui qui, reconnaissant enfin qu’il est trop faible pour mener une vie érémitique, sort de la solitude pour entrer dans un monastère, s’y consacrer et s’y livrer tout entier aux salutaires exercices de l’obéissance.
140. Généreux athlètes du Seigneur, ayez bon courage, ayez bon courage, oui, je vous le répète pour la troisième fois : ayez bon courage ! Persévérez à courir dans la belle carrière de l’obéissance, et écoutez attentivement ces paroles du Sage : dans le monastère, “Le Seigneur les a éprouvés, comme on éprouve l’or dans la fournaise, et il les a reçus dans son sein comme des victimes et qui se sont sanctifiées pour Lui être offertes en holocauste.” (Sag 3) Jusqu’à présent nous n’avons traité que des degrés du paradis qui expriment le nombre des quatre évangélistes. Athlète, continue de courir sans crainte !

Source : http://www.livres-mystiques.com/partieTEXTES/Climaque/Echelle/climaque.htm#1

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.