Père Pyotr Boyarskij, martyr contemporain de l’église.

Le 17 novembre 1993, à l’âge de 21 ans, le prêtre Pyotr Boyarsky du diocèse de Zaporizhzhia a été brutalement assassiné. La simple pensée de l’agonie que Père Pyotr a endurée pendant son golgotha glace le sang. Les meurtriers lui ont brûlé les yeux vivants avec un chalumeau et ses organes internes avec une flamme de gaz. Ce n’est que le quatrième jour que le corps du prêtre torturé a été retrouvé. Ses mains étaient pour toujours jointes dans le signe de la croix.

Ce prêtre a servi comme l’un des prêtres du temple de la Sainte Ascension à Tokmak, dans la région de Zaporozhye (Ukraine). C’était les “folles années quatre-vingt-dix”, mais l’importance de la figure de l’un des prêtres réguliers d’une ville de province n’était pas de nature à influencer substantiellement les questions administratives ou financières extérieures. Le Père Peter était un homme absolument désintéressé, mais il était aussi un travailleur et un défenseur intransigeant de la vérité de l’Évangile.

J’ai été ordonné prêtre six mois après son meurtre, je n’ai donc pas eu la chance de rencontrer le Père Peter. Tout ce que j’ai ensuite entendu et lu sur cet homme remarquable ne témoigne que d’une seule chose : sa sainteté incontestable. Et le fait que sa tombe ne soit pas envahie par les chemins populaires, et qu’il y ait de nombreux témoignages de guérisons par des prières au Père Pierre indique qu’il a obtenu une grande miséricorde de Dieu. Personne n’ira vers un puits vide. En outre, la haine des forces du mal qu’elles éprouvent même à l’égard de la sépulture du père montre également que le père Pierre est couronné d’une couronne de martyr.

Plus d’une fois dans mon esprit, je suis revenu sur les raisons de la tragédie qui a eu lieu à Tokmak à cette époque. Les auteurs de cette atrocité étaient des personnes spécifiques. Qui étaient-ils ? Quelles étaient leurs motivations ? Qu’est-ce qui les a poussés à commettre des atrocités aussi terribles ? Pour autant que je sache, personne n’a été puni pour ce meurtre. Mais il n’était pas très difficile pour la milice d’une petite ville avec très peu d’habitants de résoudre ce crime, d’attraper les auteurs et leurs clients. Il y avait donc des personnes influentes et faisant autorité derrière cette atrocité, au moins à l’échelle régionale.

Il serait intéressant de lire les dossiers criminels de ces années-là, de trouver des témoins et d’apprendre la vérité. Je ne sais pas si elle sera un jour révélée à notre monde, mais j’ai confiance que Dieu remettra chaque chose à sa place dans le jugement de Dieu, et que chacun recevra ce qu’il mérite. Il est fort probable que les tueurs, leurs clients et leurs protecteurs vivent encore et attendent leur sort amer après la mort. Eh bien, le Père Pierre est au ciel, servant au trône de Dieu avec d’autres martyrs et souffrants pour la foi du Christ. Que Dieu ait l’âme du prêtre Piotr et qu’il ait pitié de nous, pécheurs, par ses saintes prières.

Archiprêtre Igor Ryabko

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.