La vie de Saint Raiko de Shumen

Ce nouveau champion du Christ et martyr du bien était originaire d’une grande ville de Bulgarie appelée Shumen. Nous n’avons pas été en mesure d’apprendre qui était sa famille et les noms de ses parents. Mais lui-même s’appelait Raiko, et était orfèvre de métier. Il vivait et exerçait son métier dans le centre de Shumen et avait environ 18 ans, très beau de visage, avec une âme encore plus belle, et très fervent et très ferme dans la foi et l’amour du Christ. Et comme les événements l’ont prouvé par la suite, lui aussi, comme l’apôtre Pierre, disait au Christ dans son esprit et dans son cœur : “Si je devais être avec Toi et mourir, je ne te renierai pas” (Matt. 26:35). Mais il s’est aussi montré un merveilleux et admirable imitateur du patriarche Joseph le Merveilleux (Gen. 39:7-12) dans la chasteté, pour laquelle il entra dans un martyre pour la foi, et lutta vaillamment, et merveilleusement contre les puissances visibles et invisibles, et mourut finalement pour le Christ en vainqueur triomphant. Et comment il a lutté pour la chasteté, et comment il a souffert le martyre, c’est ce que notre récit racontera, tel qu’il nous a été livré par un homme, un hiéromoine, qui se trouvait là par hasard.


Il exerçait – comme on dit – son métier d’orfèvre dans le centre de la ville de Shumen. Et en face de son atelier, il y avait une maison turque dont la propriétaire avait une fille célibataire. En voyant la beauté indicible de Raiko, elle s’enflamma d’un amour satanique, et se prit d’affection pour lui ; mais, incapable d’accomplir autrement son dessein et de satisfaire son mauvais désir, elle s’efforça d’utiliser la méthode suivante…


Un jour, elle descendit et s’éloigna un peu de la porte, et appela Raiko pour qu’il vienne à elle. Celui-ci, ne comprenant pas son intention, alla se placer à l’extérieur de la porte. Elle lui dit de s’approcher pour prendre la mesure de son doigt, afin qu’il lui fasse une chevalière en or. Le beau jeune homme s’approcha, et comme il se tenait dans la crainte et la timidité, cette femme lubrique, la nouvelle égyptienne (Gen. 39:7), avec impudeur et insolence satanique, le tira de toutes ses forces pour le faire entrer dans la maison. Ainsi fit cette femme lascive et dévergondée, et le nouveau Joseph (Gen. 39:12) retira sa main avec plus de force de ses mains, et elle, repoussée, tomba sur le dos. Immédiatement, comme cette Égyptienne d’autrefois qui avait transformé l’amour en haine, elle s’est mise à hurler aussi fort qu’elle le pouvait, et se mit à calomnier Raiko devant les personnes présentes, qui était digne d’innombrables éloges pour avoir soi-disant osé violer son honneur de jeune fille.

Une grande calomnie ! Les Agariens, assoiffés de sang, l’ont saisi et l’ont amené devant le juge. Le juge, sous l’influence du père de la jeune fille, lui proposa le choix suivant : soit se convertir à l’islam et la prendre comme épouse, soit, s’il ne le souhaitait pas, être battu jusqu’à la mort. Et il demanda au bienheureux Raiko ce qu’il préférait. Celui-ci répondit qu’il préférait la mort au reniement du Christ. Le juge tenta de le persuader, et ceux qui étaient présents également, et le père de la jeune fille essaya de le persuader plus que les autres, disant qu’il lui pardonnait son audace, seulement qu’il en ferait son gendre, et l’aurait pour fils, héritier de tous ses biens. Mais ils ne pouvaient pas le faire changer d’avis – c’est tout ce qu’il a dit :

-Je suis chrétien, je mourrai en chrétien !

Oh, ta ferme résistance, tout-puissant Raiko ! Oh, votre conviction virile ! Oh, ton amour le plus ardent et fervent pour le Christ ! Tu as montré en peu de temps que tu t’es merveilleusement enrichi des quatre vertus cardinales : la prudence, la chasteté, la force d’âme et la justice : la prudence, tu l’as montrée en gardant comme tête la pureté devant Dieu et la piété ; la chasteté, tu l’as montrée en ne consentant pas à être l’esclave des convoitises de la nouvelle égyptienne ; la force d’âme, tu l’as montrée en ne craignant pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l’âme (Matt. 10:28) ; justice dont vous avez fait preuve en mourant pour le Christ, car il est aussi mort pour votre salut ! Mais nous voyons unies et discernons clairement les trois vertus théologales : l’espérance, parce que pour la promesse et la jouissance des biens futurs tu as négligé comme des déchets les biens temporels que les méchants t’offraient et te promettaient ; la foi, parce que jusqu’à ton dernier souffle tu l’as bien gardée ; l’amour de Dieu, parce que tu es mort pour Lui d’une mort cruelle et douloureuse.

Comme nous l’avons dit plus haut, la décision du tortionnaire était de le faire mourir sous les coups de boutoir. Ils l’ont battu sans pitié jusqu’à ce que ses ongles de pieds tombent. Mais croyant qu’ils n’avaient pas réussi à le faire changer d’avis pour accepter leur foi, ils ne le laissèrent pas, mais le lièrent par les bras avec une corde et le suspendirent en haut, et ainsi suspendu, il passa le reste de la journée jusqu’au soir. Puis ils le détachèrent et lui firent de nouveau de nombreuses flatteries, mais le menacèrent aussi de diverses tortures. Mais c’est en vain que les fous ont travaillé. En effet, après avoir résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché (Héb. 12, 4), et après que l’amour de la piété eut pris possession de son âme, toute espèce de tourment lui paraissait ridicule. Comme le soir était venu, et qu’ils n’avaient plus le temps de lui faire quoi que ce soit, ils le mirent en prison, lui donnant deux jours pour réfléchir à ce qu’il ferait. Ce qu’ils lui ont fait pendant ces deux jours en prison est resté inconnu et on n’en a pas entendu parler à l’extérieur.

Au bout de deux jours, ils le firent sortir de prison, l’examinèrent de diverses manières, et comme son esprit restait ferme et inébranlable, ils le suspendirent de nouveau par les bras jusqu’au soir de ce jour. Et encore une fois, ils l’ont tiré de là, et l’ont jeté en prison. Le lendemain, ils le firent sortir à nouveau, et lui firent de nouveau beaucoup de flatteries et de promesses, puis de terribles menaces. Mais l’homme béni n’accepta pas leurs flatteries et leurs promesses, et ne fut pas non plus effrayé par leurs menaces, mais tout le temps il avait une défense dans sa bouche :

-Je suis un chrétien ! Je ne me renierai pas !

Pour la troisième fois, ils le pendirent par les bras, puis ils placèrent un brasero sous lui, et comme ils tournaient le brasero dans tous les sens, le feu ardent faisait fondre et épuisait son corps. Et tout au long de cette torture sévère, soit avec des caresses, soit sous la menace de lui infliger des tortures plus sévères, ils l’ont forcé à dire qu’il allait devenir fou. Mais le brave homme a supporté la torture et n’a rien dit d’autre :

-Je suis un chrétien !

Puis ils ont amené un médecin qui lui a dit de ne pas craindre les blessures infligées, car elles pouvaient être guéries. Les autres personnes présentes lui ont aussi dit que le docteur le guérirait :
-Dis que tu te renies pour être libre, et nous ferons de toi un grand agha !
Mais le martyr ne répondait qu’à cela :

-Je crois au Christ. Je suis un chrétien. Je n’abjurerai pas !

Mais comme le saint restait ferme dans la foi, les tortionnaires honteux devenaient plus féroces. En fait, ils ont inventé une autre torture, plus sévère. Ils ont entaillé la peau de son ventre et coupé une sangle à partir de là. Oh, la cruauté ! Oh, inhumanité !” ils ont coupé une sangle de son nombril jusqu’à sa gorge, et une autre sangle de l’arrière encore jusqu’à sa gorge. Et comme si cette torture ne leur suffisait pas, ils salèrent généreusement les endroits écorchés avec du sel, puis le brûlèrent avec des bougies allumées, sans pitié et sans ménagement. Qui ne frémirait pas devant leur cruauté et leur bestialité ? Qui ne s’émerveillera pas devant l’endurance vraiment merveilleuse et surnaturelle du martyr ? (2 Cor. 12:9) Le bon martyr du Christ a supporté même cette terrible épreuve.

Que lui manquait-il encore ? Les pieds bien fixés par les coups excessifs et inhumains pour courir sans entrave dans la voie céleste. Ses mains ont été sanctifiées par la suspension, afin qu’il puisse les étendre avec hardiesse, révérence (1 Tim 2:8) et pureté devant le trône de la majesté de Dieu. Son corps a été brisé et brûlé pour la porte étroite et le chemin douloureux du ciel (Mt 7,14). Ils ont percé son ventre pour rendre manifeste la crainte de Dieu que le martyr avait perçue et possédait. Sa poitrine s’est ouverte pour révéler la flamme d’amour divin qui brûlait dans son cœur. Ils l’ont salé avec du sel et l’ont rôti à la flamme du feu, afin qu’il devienne une nourriture digne de la table céleste !
Que manquait-il d’autre pour le couronner en tant que brillant réalisateur et champion victorieux ? Mais comme les ennemis de la Croix n’avaient plus rien à lui faire et que le Christ Miséricordieux ne voulait pas qu’il souffrît davantage, le Mufti donna à cette heure l’ordre de cesser les tortures et de le décapiter.

Il a donc été décapité et uni à la Tête spirituelle immortelle Jésus-Christ pour coexister et co-créer avec Lui. Il a combattu et mis fin à cette vie temporaire et a commencé la vie éternelle et sans fin le 14 mai 1802 AD. Et nous ne savons pas ce qu’est devenu son corps qui a souffert si longtemps.

Dieu le sait, qui est merveilleux dans ses saints, et qui l’a glorifié par des miracles tels que ceux qui ont suivi.
Nous n’avons écrit que ce que le témoin oculaire et le hiérarque auditeur nous ont dit, pour la gloire du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et pour l’honneur du saint martyr Raiko, qui a beaucoup souffert et a été vaincu, et dont les saintes prières nous permettent d’être délivrés de la damnation éternelle et d’obtenir le Royaume des Cieux ! Amen.


[1] Écrit par ” le plus humble des hiéronymites, Nikephoros de l’île de Chios “, comme le note l’auteur lui-même.

Traduit du grec par l’évêque Parthenius.
Source. St. George Zograph, Montagne Sainte, Mont Athos, 2007.

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.