Le signe de la croix à travers l’histoire

Le signe de croix chrétien, tel qu’il est pratiqué par les fidèles et le clergé, n’est pas venu de “nulle part”. De même, comme la plupart de nos pratiques rituelles, il renferme un profond symbolisme et même l’expression du dogme lui-même. Je décrirai ici très brièvement l’histoire et le développement du signe de la croix au cours de l’histoire de l’Église, en commençant par le IIe siècle.

La première mention connue du signe de la croix se trouve déjà au IIe s. dans les écrits de Tertullien qui a écrit : ” nous marquons notre front du signe de la croix ” [1]. Nous avons non seulement l’information de Tertullien que le signe de la croix était utilisé, mais aussi comment il était utilisé : “Nous, chrétiens, portons sur nos fronts le signe de la croix”[2], ce qui nous suggère que le signe de la croix était fait sur le front. La plupart soulignent le fait que le signe de la croix était fait sur le front avec un seul doigt, pour symboliser l’unicité de Dieu, car les Juifs et de nombreux païens accusaient les premiers chrétiens d’être polythéistes.

De la même manière, le signe de la croix (sous forme de bénédiction) était fait sur des objets, ce que l’on peut lire dans la vie de sainte Barbe : ” [Barbe] dit : Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et elle traça miraculeusement le signe de la croix sur le mur de marbre de la maison de bain avec son doigt (au singulier, un doigt) “[3]. Saint Épiphane confirme également que le signe de la croix a été, très tôt dans l’histoire de l’Église, fait avec un seul doigt[4]. Le signe de croix d’un seul doigt peut être observé jusqu’au quatrième siècle, lorsque nous commençons à remarquer dans les écrits que plus d’un doigt était utilisé pour le signe de croix. L’utilisation de deux doigts a commencé à apparaître, très probablement comme une réponse et une opposition au monophysisme – deux doigts symbolisaient désormais les deux natures du Christ. Saint Cyrille de Jérusalem remarque dans sa Catéchèse (13:36) que le signe de la croix devait être fait avec “les doigts”, au pluriel. Théodoret de Cyrus, qui a participé à la réfutation et au débat sur la Monophysique au Vème siècle, a écrit : “Ainsi, on bénit avec la main et on se signe de la croix : Tenir trois doigts ensemble, uniformément le pouce et les deux derniers doigts, c’est confesser un mystère à l’image de la Trinité (…) Joindre deux doigts ensemble, l’index et le majeur, et les étendre, le majeur légèrement plié, c’est représenter les deux natures du Christ : Sa Divinité et Son Humanité”. Cette pratique du signe de la croix a prévalu pendant de nombreux siècles.

Le signe de croix à deux doigts
Au VIIIe siècle, saint Pierre Damascène a écrit ce qui suit dans ce qui se trouve aujourd’hui dans la Philocalie : “Les saints Pères nous ont transmis la signification de ce signe sacré, afin de réfuter les hérétiques et les incroyants. Les deux doigts et l’unique main représentent donc le Seigneur Jésus-Christ crucifié, que nous professons comme ayant deux natures en une seule personne”[5]. Il est cependant important de noter que les saints Cyrille et Damascène ainsi que Théodoret faisaient tous deux partie de l’Église locale d’Antioche. Cette église locale était très active dans la lutte contre le monophystisme et ce point de vue sur le signe de la croix y était défendu avec acharnement comme une conséquence directe de l’hérésie monophysite. Ce fait rend plus probable que ce signe de croix, avec deux doigts, n’était pas une pratique universelle de l’Église en tant que telle, ou du moins que cette possibilité puisse être acceptée. Comme cette tradition était répandue dans l’Est orthodoxe (Cappadoce et Asie mineure), il n’est pas surprenant que les Russes l’aient reçue, plus tard, au Xe siècle.

Au IXe siècle, cependant, nous pouvons trouver des traces du signe de croix à trois doigts (tel que pratiqué aujourd’hui par la plupart des chrétiens orthodoxes), qui met bien sûr l’accent sur la Sainte Trinité. Ce signe de croix se trouve dans les écrits du Pape Léon IV de Rome (+855), quand il écrit : “Signe le calice et l’hostie, avec une croix droite et non pas avec des cercles ou avec une variation des doigts, mais avec deux doigts étendus et le pouce caché à l’intérieur, par lequel la Trinité est symbolisée. Veillez à faire ce signe correctement, car sinon vous ne pouvez rien bénir” [6]. Au début du XIe s., l’abbé d’Eynsham, Aelfric, écrit : “Avec trois doigts, on doit se bénir pour la Sainte Trinité” [7]. Ces deux déclarations sont faites à une époque où l’église catholique romaine était orthodoxe dans sa foi. L’éloge et le soutien du signe de croix à trois doigts se sont poursuivis en Occident après le schisme, le pape Innocent III (+1216) écrivant : “Le signe de croix se fait avec trois doigts, car la signature se fait en même temps que l’invocation de la Trinité”.

Signe de croix à trois doigts
L’origine du signe de croix à trois doigts peut être retracée en Occident, au moins jusqu’en 855, date de la mort du pape orthodoxe Léon IV mentionné ci-dessus, ce qui rend historiquement certain que ce signe est né avant le schisme de 1054. Cela a très probablement conduit les orthodoxes géographiquement proches de Rome à utiliser ce signe de croix à trois doigts. Les Grecs, les Serbes, les Albanais, les Bulgares et les Géorgiens ainsi que les Coptes monophysites, les Arméniens et les Syriens ont tous utilisé le signe de croix à trois doigts au moment du grand schisme ou peu après[8]. Il est toutefois important de noter que les monophysites se sont croisés de gauche à droite – contrairement à la pratique orthodoxe. Aujourd’hui, les Nestoriens d’Inde et de Perse se croisent également avec trois doigts. En d’autres termes, cette pratique semble avoir été la pratique officielle en Occident orthodoxe avant le grand schisme, de même pour les Grecs et leurs frères orthodoxes les plus proches qui les entouraient, ainsi que pour les divers groupes monophysites et nestoriens mentionnés ci-dessus. Très probablement en raison de la plus grande distance, elle n’a pas atteint les Russes au moment où elle s’est répandue à partir du continent européen. Il est également important de noter que le signe de croix à trois doigts a été perdu en Occident et est aujourd’hui principalement associé à l’Église orthodoxe – il a été “officiellement” aboli par une déclaration papale en 1569 en faveur du signe de croix à cinq doigts symbolisant les cinq plaies de Jésus. Les Russes ont conservé la pratique qui leur a été donnée aux 10-11e siècles jusqu’aux réformes du 17e siècle, à savoir le signe de croix à deux doigts tel qu’il a été enseigné par des personnes comme Théodoret de Cyrys et Saint Pierre de Damas. Ceci est clair puisque les écrits de ces deux derniers ont été inclus dans le Typicon russe de l’époque.

Comme nous le voyons, le symbolisme du signe de la croix a évolué et a été différent selon les contextes historiques locaux. Ce qui est clair cependant, c’est que le signe de la croix en tant que concept a toujours, depuis les temps les plus anciens, été important pour les chrétiens et qu’il a contenu du symbolisme ainsi que l’expression directe du dogme. Il n’a jamais été ou n’est pas simplement une partie vide du rituel.

Phillip Calington.

[1] De Corona Militis, chapter 3.

[2] De Corona Militis, chapter 3.

[3] http://www.orthodoxchristian.info/pages/st_barbara.htm

[4] Panarion (Adv. Haer.) ch. 12 –

[5] Philocalie p. 642

[6] Liturgie. Rom. Pont.”, III, 37

[7] Thorpe, “The Homilies of the Anglo-Saxon Church” I, 462.

[8] https://orthodoxwiki.org/Sign_of_the_Cross#History

Source : https://phillipcalington.home.blog/

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.