Saint Jean Climaque : L’échelle sainte

DOUZIEME DEGRE
Du mensonge.
1. Le feu naît de la pierre et du fer. le mensonge naît du bavardage et de la plaisanterie.
2. Le mensonge nous fait renoncer à la charité, comme le parjure nous fait renoncer à Dieu.
3. Personne, s’il est sage et réfléchi, ne se mettra en idée que le mensonge n’est qu’une faute légère et un petit défaut. En effet dans nos livres sacrés nous ne trouvons pas de vices contre lesquels l’Esprit saint ait prononcé des sentences plus effrayantes que contre le mensonge. Si donc David, en parlant à Dieu, dit : “Tu perdras Seigneur, toutes les personnes qui profèrent le mensonge (Ps 5,7), que deviendront celles qui, au mensonge ne craignent pas d’ajouter le parjure ?
4. J’en ai vu beaucoup qui, par les applaudissements qu’ils recherchaient dans leurs mensonges, et par le plaisir qu’ils avaient de mentir, s’étudiaient à faire rire les autres par des bouffonneries et par des contes fabuleux; mais, hélas, cette conduite insensée a fait tarir la source des larmes et étouffé les sentiments de pénitents.
5. Les démons s’aperçoivent-ils, lorsque ces conteurs de facéties commencent leurs discours flatteurs, que nous voulons nous retirer de leur compagnie, comme d’un lieu où règne une maladie contagieuse et pestilentielle ? Ils s’efforcent de nous arrêter et de nous retenir par deux motifs faux, mais trompeurs : ils nous disent donc intérieurement qu’en nous en allant ainsi, nous ferons une peine sensible à celui qui parle, et que nous voulons paraître plus modestes, plus pudiques et plus saints que les autres qui écoutent. Mais dans ces circonstances, ne délibérez pas; sortez promptement : car si vous agissez autrement, vous verrez que pendant la prière, votre esprit sera sans cesse tourmenté et agité par l’image et le souvenir des choses que vous aurez entendues, et ne vous contentez pas de fuir, mais tâchez de rompre et de dissiper cet entretien profane par la pensée de la mort et du jugement que vous suggérerez avec adresse. Peut-être bien qu’il vous arrivera un petit sentiment de vaine gloire; mais il vaut mieux souffrir cette imperfection, que de ne pas procurer de grands avantages à tout le monde.
6. L’hypocrisie est la mère, la matière et le sujet du mensonge; Certains enseignent que l’hypocrisie n’est rien autre chose que l’action d’inventer, de préparer et de créer le mensonge; de sorte que le mensonge et l’hypocrisie sont toujours réunis ensemble, et comme entremêlés.
7. Or, tous ceux qui sont remplis de la crainte de Dieu, sont donc nécessairement les ennemis du mensonge; car ils suivent imperturbablement les lumières et les mouvements de leur conscience, qui est un juge qu’on ne peut corrompre.
8. Il en est du mensonge comme des autres vices; et les fautes que l’on commet en s’y livrant, ne sont pas toutes de la même gravité. Ainsi il est menacé d’un jugement moins sévère et d’une condamnation moins rigoureuse, l’homme qui profère un mensonge par la crainte de quelque malheur, que celui qui ment sans avoir cette crainte et ce danger. Il est des gens qui mentent pour le seul plaisir de mentir, il en est d’autres qui cherchent des avantages et des jouissances dans les mensonges qu’ils disent; ici vous rencontrez des personnes qui n’ont d’autre intention, en mentant, que de faire rire les autres. Vous en trouvez d’autres qui se proposent dans leurs mensonges de tendre des pièges à leurs frères, et de les faire tomber dans quelque malheur.
9. Les magistrats et les juges cherchent à détruire le mensonge; mais ce n’est que la véritable pénitence qui est capable de l’exterminer.
10. Les menteurs, pour s’excuser, allèguent ordinairement qu’ils ne mentent que pour de bonnes raisons, que ce n’est jamais qu’en faveur du salut des âmes, et pour l’honneur de la justice et de la charité; ils osent même avancer qu’ils ne font que suivre l’exemple de Rahab, qui par un heureux mensonge, sauva la vie aux envoyés du peuple juif.
11. Quand nous nous sentirons parfaitement délivrés de la sotte vanité de mentir, alors selon les circonstances impérieuses du temps et du lieu, nous pourrons innocemment cacher la vérité par quelques mensonges légers et prudents.
12. Un petit enfant ne sait pas ce que c’est que de mentir; telle doit être une âme pure et innocente.
13. Voyez comme un homme que le vin a rendu gai et content, dit la vérité en toute chose; telle est encore une âme qui s’est spirituellement enivrée par les larmes de la pénitence. Or celui qui sera monté sur ce douzième degré, peut compter qu’il a posé, le fondement de toutes les vertus.

Source : http://www.livres-mystiques.com/partieTEXTES/Climaque/Echelle/climaque.htm#1

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.