Pourquoi répéter les mêmes prières ?..

Pourquoi lit-on “Seigneur, aie pitié” trois, puis douze, puis quarante fois ? “Ayant vu la résurrection du Christ” est également chanté trois fois à Pâques, mais le “Notre Père” n’est toujours chanté qu’une fois ? A quoi bon répéter les mêmes prières – Dieu ne comprend-il pas dès la première fois ce que nous attendons de Lui ? Le père Dimitriy Palamarchuk nous explique tout.

PRIÈRE UNIVERSELLE

Dans notre Église, il existe une tradition qui consiste à répéter plusieurs fois certaines prières. Certainement, le plus souvent, c’est “Seigneur, prends pitié” que les fidèles répètent. Par exemple, il existe une partie de la liturgie appelée Litanie, c’est-à-dire une oraison spéciale par laquelle nous nous adressons à Dieu après avoir lu l’Évangile. Après chaque oraison, nous chantons trois fois “Seigneur, prends pitié”. Nous prononçons ces mots plusieurs fois au cours des prières du matin et du soir, le nombre de répétitions atteignant parfois quarante, comme lors de la lecture du Canon de la Sainte Communion. Pourquoi donc, et pourquoi elle ? Le fait est que “Seigneur, prends pitié” est une prière universelle qui exprime presque toutes nos requêtes. Par “aie pitié”, nous entendons à la fois le pardon de nos péchés, une demande d’aide dans le combat spirituel, une demande de miséricorde envers nos proches, et un espoir de gagner le Royaume des Cieux et d’être délivré des tourments éternels.

Pourquoi ne répétons-nous pas les mots de cette prière le même nombre de fois ? – Parce que nous prions pour des choses différentes et dans des buts différents.

Dès que vous l’avez prononcé une fois, vous avez prié. En la répétant trois fois – vous avez prié et demandé avec plus d’insistance. En la répétant douze ou quarante fois, nous recherchons une plus grande concentration sur cette prière.

On récite quarante fois, “Seigneur, aie pitié” dans les églises à ces moments du service où quelque chose d’important est réalisé. Dans de tels moments, il est nécessaire de rester dans un état de prière spécial, de concentration – nous répétons donc plusieurs fois cette prière simple, mais profonde dans sa signification.

Il est intéressant de noter que naguère il n’y avait pas de chorale dans les églises. Si nous étudions les anciens livres liturgiques, nous constatons qu’ils mentionnent le prêtre, le diacre, le lecteur – et l”image”, c’est-à-dire toutes les personnes qui sont dans l’église. Comme tous ces chrétiens ne pouvaient pas connaître parfaitement la liturgie, et qu’il est très important de prier collectivement, l’Église leur a donné cette possibilité – ils ont lu la prière “Seigneur, aie pitié” plusieurs fois pendant le service. Maintenant, le chœur le fait pour nous, et nous nous joignons mentalement à la prière.

POURQUOI TROIS, DOUZE ET QUARANTE, ET PAS VINGT-HUIT, DIX-NEUF OU TOUT AUTRE NOMBRE ?

Les chiffres trois, douze et quarante ont une signification spéciale et symbolique dans notre Église. Trois est le chiffre de la Sainte Trinité et un symbole de complétude. Douze est le nombre des tribus d’Israël, le nombre des apôtres. Quarante est le nombre de jours du grand déluge, le même nombre d’années pendant lesquelles Moïse a conduit le peuple juif dans le désert. Le Sauveur a jeûné quarante jours dans le désert, le même temps qu’il est resté sur terre après sa résurrection.

La répétition des prières est nécessaire pour que nous comprenions ce que nous demandons. Les personnes qui se considèrent comme spirituellement avancées demandent parfois des dons étranges, comme le don des larmes ou la clairvoyance. D’autres sont tellement préoccupés par les soucis des problèmes immédiats qu’ils ne réclament que des solutions. Malheureusement, tant les premiers que les seconds oublient la chose la plus importante – le salut.

La répétition des prières est également nécessaire pour rassembler les pensées éparses. C’est pour cette raison que la pratique de la récitation du Notre Père est entrée très profondément dans la vie des moines. Elle est courte et empêche les pensées de l’orateur de se disperser. Ainsi, si nous ne récitons pas de prières mais essayons réellement de prier, la répétition de courtes prières aide notre esprit à se concentrer.

De même, en répétant les prières, les orthodoxes partagent la joie. La répétition répétée de “Le Christ est ressuscité des morts” et “Ayant vu la résurrection du Christ” en est un exemple. Nous ne pouvons que nous réjouir, car le Christ est ressuscité, l’enfer est tombé, la mort est passée ! On peut nous demander : comment peut-il n’y avoir aucune mort, alors que des gens meurent chaque jour ? Oui, c’est vrai, mais nous savons maintenant que la mort n’est pas la fin de la vie. À cet égard, je me souviens de l’inscription sur la tombe d’une jeune fille qui appartenait aux premiers chrétiens : “Elle est vivante”.

D’ailleurs, si nous regardons ce qu’était la culture de l’enterrement à l’époque pré-chrétienne et ce qu’elle est devenue après la venue du Christ dans le monde, nous pouvons constater une énorme différence. Dans l’Antiquité, les morts étaient “relogés”, les cimetières étaient déplacés hors des limites de la cité, on créait des “villes des morts” et des nécropoles. Et que voyons-nous des siècles plus tard ? Toutes les villes ont des cimetières. Les chrétiens croient qu’il n’y a pas de mort qui nous sépare de Dieu. Chacun comprend qu’à la fin de sa vie terrestre, il n’est pas envoyé au Sheol, mais dans l’étreinte de Dieu, qu’il a aimé toute sa vie. C’est pourquoi nous nous réjouissons tant lors des offices de Pâques. Nous répétons la bonne nouvelle – et permettons à ceux qui ne l’ont peut-être pas encore entendue de l’entendre.

La prière “Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à Toi, ô Dieu” est aussi l’expression de notre joie et de notre gratitude. Le mot “Alléluia” signifie lui-même “gloire à Toi, ô Dieu”. Ici, c’est très intéressant : nous prions avec un mot emprunté, et ensuite nous l’expliquons – nous prononçons la traduction. Pourquoi ? Parce que tous les chrétiens ne connaissent pas les langues étrangères alors que nous devrions prier ensemble.

POURQUOI NE PAS RÉCITER PLUSIEURS FOIS DE SUITE LA PRIÈRE PRINCIPALE, LA PRIERE DU SEIGNEUR ?

Nous récitons le Notre Père de nombreuses fois au cours de la Divine Liturgie et tout au long de la journée. Aucun service, règle, acathiste ou canon ne peut s’en passer. Nous pouvons le réciter avant les repas, avant d’aller au lit, avant chaque activité – il est universel.

Il s’avère que nous répétons souvent de courtes prières qui ne permettent pas à notre esprit d’être distrait, et trois fois de suite des prières dont nous devons approfondir le sens. Quant au long mais important Notre Père, nous le répétons sans cesse, il n’est donc pas nécessaire de le prier trois fois ou plus. Au contraire, les petites prières qui le précèdent et qui sont répétées nous aident à rassembler notre attention et à le lire avec la plus grande concentration.

Tout est très sagement organisé dans l’Église. Cela vaut la peine de s’en préoccuper et de le comprendre, et votre vie ecclésiale sera remplie de sens et de joie.

Père Dimitriy Palamarchuk
Entretien avec Ekaterina Shcherbakova

Source : http://voskrcerkov.ru/2021/07/21/zachem-povtoryat/

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.