Le 17 novembre, mémoire du saint martyr Alexandre Petropavlovsky, prêtre (+ 1937).

Chaque année, le 17 novembre, dans le village de Prozorovo, district de Breitovsk, est commémorée la mémoire du saint martyr Alexandre Petropavlovsk, glorifié par le Conseil des évêques en 2000 comme nouveau martyr par la nation entière. La célébration est suivie non seulement par les habitants des villages environnants, mais aussi par des pèlerins de Rybinsk, Yaroslavl et Moscou. La liturgie se termine par une procession de la croix autour de l’église, après quoi, au son des cloches, on consacre les filets de pêche pour la prochaine saison de pêche : ce jour-là, avant le début de la saison de pêche d’hiver, des pêcheurs de tout le district viennent ici. Toute la communauté prépare un repas commun, qui comprend nécessairement une soupe de poisson et, après le repas, un concert. Ce festival est une tradition de longue date qui a contribué à rapprocher les gens.

Le héros de cette célébration n’a malheureusement pas encore eu l’histoire qu’il mérite écrite à son sujet, et les informations publiées sont plutôt maigres, mais éloquentes…

Alexandre Vassilievitch Petropavlovsky est né dans une famille noble, son père étant employé comme commis de collège dans l’administration provinciale de Yaroslavl.

Alexandre a perdu son père à un âge précoce ; depuis l’enfance, il chantait dans la chorale de l’église, ce qui a déterminé le choix de son chemin de vie. Après avoir terminé l’école municipale, le futur saint-martyr est entré au séminaire théologique de Yaroslavl, et après son diplôme, il a servi comme sacristain, puis comme diacre dans le village de Rybnitsy dans le district de Bolsheshlesol (aujourd’hui Nekrasovsky), à 40 km de Yaroslavl.

En 1929, le père Alexander a été ordonné prêtre, en hiver 1930, il a été affecté à l’église du village de Breitovo où sa famille de quatre enfants a emménagé.

Les agents de l’OGPU ont confisqué presque tous les biens de la famille, y compris les vêtements et la literie, et même la couverture qui avait été utilisée pour emmailloter le bébé d’un mois. Il ne restait dans la maison qu’un tabouret et une grande bibliothèque. Ils durent dormir sur le sol froid, et bientôt les enfants du père Alexandre tombèrent malades de la pneumonie. Les médecins refusèrent de soigner les enfants du prêtre, et deux enfants, âgés de 3 et 6 ans, sont morts à Pâques. Selon les souvenirs de témoins oculaires, le père Alexandre a servi les matines de Pâques les larmes aux yeux.

Au milieu des années 30, il a été transféré à l’église Saint Michel-Archange dans le village de Prozorovo, où la famille a également vécu dans une très grande gêne et a enduré l’oppression constante des autorités – à Prozorovo, ils ont dû changer 13 fois d’appartements.

Le père Alexandre était un berger instruit, modeste et miséricordieux, prêt à donner son dernier bien aux nécessiteux. Il n’a pas cédé à l’influence de son frère communiste et d’autres membres de sa famille, qui tentèrent de le persuader de renoncer à son ministère pour sauver sa famille, en leur disant : “Si nous n’avons pas de clergé, personne ne luttera pour la droiture et la pureté des âmes humaines, personne n’enseignera aux gens la bonté et la justice, et les gens se vautreront dans le péché, l’ignorance, perdront toute diligence, n’aimeront pas et ne respecteront pas leur prochain, et la société sera secouée par le mal, la peur, l’intolérance …”. C’est ce qui me pousse à porter ma croix jusqu’au bout, sans penser aux conséquences.

Anticipant son martyre, le père Alexandre a longtemps prié la nuit, agenouillé devant des icônes. Plusieurs fois, il a été convoqué au village de Braytovo par le NKVD et on lui a proposé de devenir informateur, mais il a refusé catégoriquement. En 1937, une affaire a été ouverte contre le prêtre, il a été placé sous surveillance. Les travailleurs du Soviet du village, le chef local de l’union des athées militants et l’un des enseignants ont signé la dénonciation calomnieuse nécessaire à l’arrestation du père Alexandre.

Souhaitant retarder son arrestation, le prêtre a essayé d’éviter les situations de confrontation. Lorsqu’on lui a demandé les clés du beffroi afin d’enlever les cloches, il les a données sans opposer de résistance aux autorités. Néanmoins, le 26 octobre 1937, le martyr est arrêté et accusé d’agitation antisoviétique et d’opposition à la suppression des cloches de l’église. Le prétexte de l’arrestation était une conversation entre le Père Alexander et le comptable du conseil du village au sujet de la taxe exagérée sur l’église. Le prisonnier a été maintenu en détention provisoire dans le département Breitovsk de l’UNKVD jusqu’au 6 novembre, puis il a été transféré à la prison de Rybinsk.

Malgré trois semaines de tortures et de passages à tabac cruels, le prêtre Alexandre a rejeté l’accusation de propagande contre-révolutionnaire et n’a incriminé personne. Condamné à mort le 16 novembre 1937, il a été réhabilité le 16 septembre 1959. Il a été glorifié par le Synode des évêques de l’Église orthodoxe russe (2000).

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.